Pujols (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pujols.
Ne doit pas être confondu avec Pujols-sur-Ciron dans le même département.
Pujols
La mairie dans le château (juillet 2014).
La mairie dans le château (juillet 2014).
Blason de Pujols
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Libourne
Canton Les Coteaux de Dordogne
Intercommunalité Communauté de communes Castillon-Pujols
(siège)
Maire
Mandat
Marie-Émilie Sallette
2014-2020
Code postal 33350
Code commune 33344
Démographie
Gentilé Pujolais
Population
municipale
579 hab. (2014)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 48′ 28″ nord, 0° 01′ 47″ ouest
Altitude Min. 9 m – Max. 98 m
Superficie 7,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Pujols

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Pujols

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pujols

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pujols
Liens
Site web communepujols33.fr/

Pujols est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur un promontoire surplombant les vallées de l'Escouach et de la Dordogne, à environ 5 km à vol d'oiseau au sud (rive gauche) de cette dernière, au sud de Castillon-la-Bataille, la commune de Pujols se trouve à 49 km à l'est de Bordeaux, chef-lieu du département et à 24 km au sud-est de Libourne, chef-lieu d'arrondissement[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Mouliets-et-Villemartin au nord, Doulezon à l'est, Ruch au sud-est sur environ un kilomètre, Bossugan au sud-ouest et Saint-Pey-de-Castets à l'ouest.

Communes limitrophes de Pujols
Mouliets-et-Villemartin
Saint-Pey-de-Castets Pujols Doulezon
Bossugan Ruch

Communications et transports[modifier | modifier le code]

La principale voie de communication routière est la route départementale D 17 qui passe à moins d'un kilomètre à l'ouest du village et qui conduit vers le nord à Castillon-la-Bataille et vers le sud à Bossugan et, au-delà, à Pellegrue ; le village est traversé par la route départementale D 18 qui mène vers l'ouest à cette D 17 puis à Saint-Pey-de-Castets et vers l'ouest vers Doulezon et, au-delà, à Gensac ainsi que par la route départementale D 232 qui rejoint la D 17 au nord et au sud du village.
L'accès à la rive gauche de la Dordogne (département de la Dordogne) le plus proche est le pont dit de Castillon-la-Bataille (pont de pierre entre Mouliets-et-Villemartin et Castillon-la-Bataille), sur la route départementale D 17, distant de 5,5 km vers le nord ; le pont dit de Saint-Magne-de-Castillon (pont « Eiffel » entre Mouliets-et-Villemartin et Saint-Magne-de-Castillon), sur la route départementale D 119, distant de 6 km vers le nord-nord-ouest.
L'accès à l'autoroute A89 (Bordeaux-Lyon) le plus proche est celui de l'échangeur autoroutier avec la route nationale 89 qui se situe à 25 km vers le nord-ouest, tandis que l'accès no 11, dit de Coutras, est distant de 28 km vers le nord et l'accès no 12, dit de Montpon, est distant de 32 km vers le nord-est.
L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est le no 4, dit de La Réole, distant de 38 km par la route vers le sud.

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 6,5 km vers le nord-nord-ouest, de Castillon-la-Bataille, sur la ligne Libourne - Sarlat du TER Aquitaine.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les cours d'eau notables arrosant le territoire communal sont, d'une part, au sud, l'Escouach, qui fait office de limite territoriale avec la commune de Ruch, puis continue vers l'ouest vers Saint-Pey-de-Castets et Civrac-sur-Dordogne où il se jette dans la Dordogne, d'autre part, au nord, son affluent, le Romédol qui fait office de limite avec Mouliets-et-Villemartin avant de rejoindre l'Escouach sur la commune de Saint-Pey-de-Castets et, enfin, le ruisseau de Pedayne, affluent du Romédol, qui naît dans l'est de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme « Pujol Ce lien renvoie vers une page d'homonymie », également patronyme, est assez fréquent en aires linguistiques occitane et catalane ; il s'agit d'un mot occitan issu du bas latin podiollum avec le sens de « petite colline » et dérivé lui-même du latin podium qui désigne une « console », une « élévation ». Le nom de Pujols est dû à sa situation à une centaine de mètres d’altitude.

Le nom de la commune est Pujòus en gascon.

Les habitants en sont les Pujolais[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la paroisse Notre-Dame de Pujols forme la commune de Pujols[3].

Le 22 juillet 1944, l'amiral Charles Platon, secrétaire d'État du maréchal Pétain, est enlevé par les maquisards du 6e Bataillon FTP à son domicile de Pujols. Condamné à mort, il est exécuté le 18 août 1944 à Valojoulx[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Gachinard    
mars 2008 en cours Marie-Émilie Sallette   Retraitée de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 579 habitants, en augmentation de 4,7 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 006 1 012 944 916 892 839 755 839 760
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
838 803 818 753 770 764 726 745 791
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
813 765 714 688 668 669 669 636 629
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
580 534 465 517 573 604 580 595 579
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Pujols se blasonnent ainsi : Écartelé, au premier et au quatrième d'argent à la bande d'azur, au deuxième et au troisième de gueules à la grappe de raisin tigée d'argent feuillée d'une pièce d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 43 km pour Bordeaux et 20 km pour Libourne. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 26 août 2014.
  2. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 25 août 2014.
  3. Historique des communes, p. 42, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 25 août 2014.
  4. Patrice Rolli, « L’Exécution de l’amiral Platon où les errements d’un soldat perdu », Le Périgord dans la Seconde Guerre mondiale, Chronique des années noires du Mussidanais et de l'Ouest de la Dordogne, Éditions l'Histoire en Partage, 2012.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Classement MH de l'église Saint-Pierre », notice no PA00083689, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 24 août 2014.
  10. Jacques Gardelles - Aquitaine gothique - pp. 224-225 - Picard - Paris - 1992 - (ISBN 2-7084-0421-0)
  11. « Classement MH du sarcophage », notice no PM33000635, base Palissy, ministère français de la Culture, consulté le 25 août 2014.
  12. « Inscription MH du château », notice no PA00083688, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 24 août 2014.