Puits de Barhout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Puits de Barhout
Localisation
Pays Yémen
province Al-Mahra
Coordonnées géographiques 17° 20′ 27″ N, 52° 26′ 42″ E
Caractéristiques
Type puits
Largeur 30 mètres
Profondeur 100 à 250 mètres
Géolocalisation sur la carte : Yémen
(Voir situation sur carte : Yémen)
Puits de Barhout

Le puits de Barhout, ou Biʾr Barhūt (parfois Barahūt ou Balahūt[1]), également surnommé « puits de l'enfer[2] », est une cavité naturelle sur les flancs de l'oued Barhout, une vallée du Hadramaout à l'extrême est du Yémen[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le puits de Barhout se situe sur le versant de l'oued homonyme, à l'extrême est du Yémen, à une trentaine de kilomètres à vol d'oiseau de la frontière avec le sultanat d'Oman et à environ 900 km de la capitale Sanaa, au sein du désert du gouvernorat d'Al-Mahra[3]. Son diamètre est de 30 mètres et sa profondeur serait de 100 à 250 mètres[3].

Il s'agit plus d'une grotte que d'un puits aquifère. Les explorations menées au XIXe et XXe siècles n'ont pas décelé d'activité volcanique : l'odeur qui, selon certains observateurs, s'en dégage semble engendrée par l'activité des chauves-souris ou par l'érosion des roches, et n'évoquent pas la présence de vapeurs soufrées[4].

Les autorités géologiques de la province l'ont exploré récemment sur les soixante premiers mètres[3].

Légendes[modifier | modifier le code]

Il est réputé dans des traditions locales comme « le plus mauvais puits sur terre », hanté par les âmes d'« infidèles »[1] ou de « débauchés »[5], pour avoir été créé afin de servir de prison aux démons[3] ou pour être une porte de l'Enfer[6]. Les nomades l'évitent en raison d'une superstition qui voudrait que les objets proches soient aspirés vers le trou, et des prétendues odeurs nauséabondes qu'il dégage[3].

Paronymes proches[modifier | modifier le code]

  • Un tombeau connu comme celui du prophète Houd se situe plus en aval sur l’oued. Des légendes associent le puits et le prophète, en les opposant[4].
  • À plusieurs centaines de kilomètres au sud-est de cette cavité, il existe un volcan nommé Bir Borhut[7].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) G. Rentz, « Barhūt », Encyclopédie de l’Islam,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « Au Yémen, un mystérieux "puits de l'enfer" fascine les géologues », sur LExpress.fr, (consulté le )
  3. a b c d et e GEO avec AFP, « Au Yémen, un mystérieux trou noir de 30 mètres de large fascine les géologues », sur Geo.fr, (consulté le )
  4. a et b (en) Daniel McLaughlin, Yemen, Bradt Travel Guides, (ISBN 978-1-84162-212-5, lire en ligne), p. 218
  5. (en) Scott Reese, Imperial Muslims: Islam, Community and ity in the Indian Ocean, 1839-1937, Edinburgh University Press, (ISBN 978-0-7486-9766-3, lire en ligne), p. 26
  6. (en) Christian Lange, Paradise and Hell in Islamic Traditions, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-50637-3, lire en ligne), p. 256
  7. (en) « Global Volcanism Program | Bir Borhut », sur Smithsonian Institution | Global Volcanism Program (consulté le )