Publius Cornelius Rutilus Cossus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Publius Cornelius Cossus.

Publius Cornelius Rutilus Cossus est un homme politique de la République romaine, dictateur en 408 et tribun militaire à pouvoir consulaire en 406 av. J.-C.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est membre des Cornelii Cossi, branche de la gens patricienne Cornelia. Il est le fils d'un Marcus Cornelius et le petit-fils d'un Lucius Cornelius. Son nom complet est Publius Cornelius M.f. L.n. Rutilus Cossus[1]. Il pourrait être le frère de Servius Cornelius Cossus, tribun consulaire en 434 av. J.-C., et d'Aulus Cornelius Cossus, consul en 428 av. J.-C.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dictature (408)[modifier | modifier le code]

En 408 av. J.-C., le tribun consulaire Caius Servilius Ahala nomme Publius Cornelius dictateur pour mener à bien une campagne militaire contre les Èques et les Volsques, malgré l'opposition des deux autres tribuns Caius Iulius Iullus et Publius Cornelius Cossus[2],[a 1]. Une fois dictateur, Publius Cornelius prend Ahala comme maître de cavalerie[3]. Il remporte plusieurs victoires sur les Èques et les Volsques[2],[a 2].

Tribunat consulaire (406)[modifier | modifier le code]

Publius Cornelius est élu tribun consulaire en 406 av. J.-C. avec trois autres patriciens pour collègues : Cnaeus Cornelius Cossus, Numerius Fabius Ambustus et Lucius Valerius Potitus[4].

Les tribuns consulaires poursuivent la guerre contre les Volsques et se répartissent sur plusieurs fronts. Publius Cornelius se dirige vers Ecetrae[a 3] tandis que Numerius Fabius prend Anxur[a 4] et que Lucius Valerius lance une attaque sur Antium[a 3]. C'est durant leur mandat que débute la guerre contre Véies et qu'est introduite pour la première fois la paye pour les soldats[4],[a 5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. Brougthon 1951, p. 78.
  2. a et b Broughton 1951, p. 78.
  3. Broughton 1951, p. 79.
  4. a et b Broughton 1951, p. 80.
  • Sources antiques :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) T. Robert S. Broughton (The American Philological Association), The Magistrates of the Roman Republic : Volume I, 509 B.C. - 100 B.C., New York, Press of Case Western Reserve University (Leveland, Ohio), coll. « Philological Monographs, number XV, volume I », , 578 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]