Public Population Project in Genomics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
P3G (Public Population Project in Genomics)
Image illustrative de l'article Public Population Project in Genomics

Devise : « "Promouvoir la collaboration entre les chercheurs dans le domaine de la génomique des populations[1]" »

Création 2004
Type association à but non lucratif travaillant sur la génétique des populations
Siège à l’Université de Montréal (Canada)
Langue Anglais
Site web http://www.p3g.org

P3G (Public Population Project in Genomics), est un organisme international à but non lucratif. Son principal objectif est de faciliter la collaboration entre les chercheurs et les biobanques dans le domaine de la recherche sur des populations[2]. Pour ce faire, il compte sur un réseau de membres, experts provenant de toutes les disciplines interpellées par ce type de recherche, tel que l’épidémiologie, le droit, l’éthique, les technologies de l’information, les statistiques, la science biomoléculaire, etc. P3G a pour philosophie le partage des connaissances avec toute la communauté scientifique en vue de soutenir les chercheurs qui œuvrent à l’amélioration de la santé des populations.

L’Organisation[modifier | modifier le code]

P3G est un organisme à but non lucratif fondé sur des membres regroupés en trois catégories : membres corporatifs, membres associés et membres individuels. Les membres de P3G proviennent de plus de 40 pays à travers le monde[3]. Ces membres élisent le Conseil d’administration qui assure la direction de l’organisme. Le siège social est herbergé à l’Université de Montréal (Canada).

Les activités scientifiques[modifier | modifier le code]

Pour parvenir à son objectif de susciter la collaboration à une échelle globale, P3G développe, avec ses membres et d’autres experts, des outils, méthodes et ressources visant à optimiser et harmoniser les infrastructures de biobanques et les projets de recherche incluant le domaine de la génétique des populations, de l’épidémiologie et de l’environnement. Tout ce savoir est partagé gratuitement avec toute la communauté scientifique, notamment via l’Observatoire P3G. P3G réunit ses membres deux fois par année, dans divers endroits du monde :

  • Montreal (Canada) Avril 2010
  • Luxembourg septembre 2009
  • Brussels (Belgium) Mars 2009
  • Philadelphie (USA) Novembre 2008
  • Barcelone (Spain) Mai 2008
  • San Diego (USA) Octobre 2007
  • Montreal (Canada) Mai 2007
  • 4eme conférence sur l'échantillonnage de l'ADN: "Genomics and public health"
  • Salt Lake City, Utah (USA) Octobre 2005
  • Hinxton (RU) September 2005
  • Helsinki (Finland) et Tallinn (Estonie) 2004
  • Manchester (RU) 2003
  • Montreal (Canada) Juillet 2003

Ces réunions sont l’opportunité notamment d’identifier les difficultés auxquelles la communauté est confrontée, de partager des stratégies novatrices de recherche ou de travailler à l’élaboration de nouveaux outils de recherche. Pour assurer le développement scientifique, quatre groupes de travail internationaux multidisciplinaires ont été formés:

  1. Recherches Sociales, Environnementales et Biochimiques
  2. Gestion de Données et Technologies de l’Information
  3. Éthique, Gouvernance et Participation Publique
  4. Épidémiologie et Statistiques.

P3G organise également diverses séances de travail et offre une école d’été sur les biobanques.

L’Observatoire P3G[modifier | modifier le code]

L’observatoire P3G est une vitrine qui présente de l’information et des outils scientifiques visant à promouvoir et faciliter le développement, la réalisation et l’harmonisation de la recherche. Le site Internet de l’Observatoire présente, entre autres, trois sections majeures.

  • La première section présente des catalogues qui documentent les principales biobanques en études populationnelles à travers le monde. Les catalogues permettent un survol rapide des similarités et des différences des différentes études qui s’y retrouvent et donnent un aperçu du potentiel d’harmonisation entre elles. Cette section accueille également des catalogues créés spécifiquement pour certains partenaires qui tirent profit de la structure des catalogues pour décrire les études faisant partie de leurs réseaux ou répondant à leurs critères ou intérêts de recherche.
  • On retrouve également un « Entrepôt » donnant accès à de l’information, scientifique et technique, relative aux différents secteurs d’activités qu’on retrouve dans une biobanque.
  • Le projet DataSHaPER[4] (Data Schema and Harmonization Platform for Epidemiological Research) présente une approche scientifique et une suite d’outils scientifiques dont les applications sont multiples:
    • Faciliter, dans une optique prospective, l’harmonisation des biobanques en émergence, en rendant disponible des DataSchemas, qui sont des listes de noyaux de variables thématiques identifiées et sélectionnées pour leurs intérêts scientifiques;
    • Les DataSchemas développés dans l'environnement du DataSHaPER peuvent également être utilisés par certains logiciels développés par Obiba, un groupe de recherche qui développe des logiciels "Open source" pour les biobanques.
    • Fournir un environnement et des ressources permettant la mise en commun des données de recherche provenant de projets de recherche différents dont la collecte de données est déjà terminée ou a été entamée;
    • Supporter le développement de questionnaires et de procédures standards répondant à un certain niveau de qualité en donnant accès à des questionnaires et des protocoles de référence ayant été sélectionnés ou développés pour leur fiabilité à générer les variables d’un DataSchema.

L’Observatoire P3G est un site dont l’accès est entièrement libre et gratuit. De plus, tous les documents, sites web et outils présentés sur le site sont également d’origine non commerciale et libre d’accès.

Il est possible d’avoir un aperçu des projets de recherches entrepris par les membres de P3G sur la page «Cores » ainsi que la liste de publications impliquant ses derniers à la page « P3G Publications ».

Financement et notes historiques[modifier | modifier le code]

L’Organisme P3G a été incorporé en 2004. P3G a été conçu par et pour des chercheurs impliqués dans le domaine de la génomique des populations sous le leadership du Professeur Bartha Maria Knoppers et du Dr. Thomas Hudson. Il est financé, depuis ses débuts, par Génome Québec et Génome Canada[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Site web de P3G Observatory »
  2. European Journal of Human Genetics (2008) 16, 664–665; doi:10.1038/ejhg.2008.55; published online 2 April 2008 Population Genomics: The Public Population Project in Genomics (P3G): a proof of concept? http://www.nature.com/ejhg/journal/v16/n6/full/ejhg200855a.html
  3. (en) « Site web de P3G Secretariat »
  4. (en) « Site web du projet DataSHaPER »
  5. Genome Canada, Genome Quebec and Université de Montreal Launch P3G Consortium and CARTaGENE Project http://www.medicalnewstoday.com/articles/72178.php

Liens externes[modifier | modifier le code]