Psyttalia lounsburyi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Psyttalia lounsbury)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Psyttalia lounsburyi est une espèce d'insectes hymènoptères de la famille des Braconidae, d'origine africaine.

C'est un insecte parasitoïde dont l'unique hôte connu dans son aire d'origine (Afrique du Sud) est la mouche de l'olive[1]. Il a été introduit en 2008 comme agent de lutte biologique dans le cadre de programmes d'évaluation en France et en Californie[2].

Description[modifier | modifier le code]

Psyttalia lounsburyi est similaire en taille à Psyttalia concolor, autre parasitoïde de la mouche de l'olive. P. lounsburyi a des marques noires sur le thorax et le propodeum alors que P. concolor est de couleur jaune pâle à orange. L'ovipositeur de P. lounsburyi est aussi légèrement plus court que celui de P. concolor[3].

Biologie[modifier | modifier le code]

Hôtes[modifier | modifier le code]

Psyttalia lounsburyi a été trouvé sur des olives collectées sur le terrains. Le seul hôte confirmé a été Bactrocera oleae (Rossi). Aucun autre hôte n'est connu, qu'il s'agisse de plantes sauvages ou cultivées[4].

Éthologie[modifier | modifier le code]

Selon un travail non-publié de Samira Mohamed, cette espèce pond, en premier, par son ovipositeur, dans des larves du troisième stade. Quelques informations biologiques ont été publiées récemment par Daane et al. (2008), dans le cadre des introductions du contrôle biologique en Californie pour combattre la mouche de l'olive [4].

Essais de laboratoire[modifier | modifier le code]

Psyttalia lounsburyi peut se développer en laboratoire sur la Mouche méditerranéenne des fruits Ceratitis capitata (Wiedemann). Les cultures ont eu lieu sous quarantaine, en Californie (2004/2005), dans le cadre des introductions du programme de contrôle biologique de la mouche de l'olive[4].

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Il a été décrit, à l'origine au Transvaal en Afrique du Sud ; puis, par la suite, il a été collecté au Kenya (R.S. Copeland et al. 2004)[5]

Aspects écologiques[modifier | modifier le code]

Plantes hôtes relais du parasitoïde[modifier | modifier le code]

Historique des expérimentations[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

L'INRA[6] a repris les expérimentations et les élevages dans son centre de Valbonne. Un appel a été fait à des oléiculteurs volontaires de la région méditerranéenne (continent et Corse) en 2005[7]. Ces travaux s'inscrivent dans le cadre européen d'inventaire des espèces envahissantes.

L'expérimentation se base sur l'effet Allee. La commune de Claret (Hérault) est un des cinquante points d'introduction, en France, de l'auxiliaire.

A Claret (Hérault), au petit matin du 18/07/2008, les insectes découvrent leur nouvel environnement dans un olivier et quittent leur tube de transport.

Expérimentations[modifier | modifier le code]

Élevage[modifier | modifier le code]

Opération Psyttalia (INRA)[8].

Efficacité[modifier | modifier le code]

En cours d'évaluation en 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Groussier-Bout G. et al, « Lutte biologique contre la mouche de l'olive : introduction en France d'un nouvel auxiliaire, Psyttalia lounsburyi », Le nouvel olivier, no 72,‎ (lire en ligne).
  2. (en) Kent M. Daane et al, « Biological controls investigated to aid management of olive fruit fly in California », California Agriculture, vol. 65, no 1,‎ , p. 21-28 (lire en ligne).
  3. selon Wharton&Yoder : Parasitoids of fruit ...
  4. a b et c voir Wharton&Yoder, fiche Psyttalia
  5. Copeland, R. S.; White, I. M.; Okumu, M.; Machera, P.; Wharton, R. A. 2004. Insects associated with fruits of the Oleaceae (Asteridae, Lamiales) in Kenya, with special reference to the Tephritidae (Diptera) Bishop Museum Bulletins in Entomology 12:135-164
  6. voir Favery (2009, p. 10
  7. témoignage d'un oléiculteur volontaire de l'Hérault
  8. « Projet Psyttalia (INRA) » (consulté le 22 octobre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Armelle Favery, « Bio-Invasion et lutte bio », INRA Magazine, no 9,‎ , p. 10-11 (ISSN 1958-3923)
  • Géraldine Groussier-Bout et al. (photogr. J.C. Malausa et AFIDOL), « Lutte biologique contre la Mouche de l'Olive : Introduction d'un nouvel auxiliaire, Psyttalia Lounsbury », Le Nouvel Olivier, no 72,‎ , p. 3-7 (ISSN 0249-5856)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :