Pseudotrapelus sinaitus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pseudotrapelus sinaitus
Description de cette image, également commentée ci-après

Pseudotrapelus sinaitus

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Iguania
Famille Agamidae
Sous-famille Agaminae
Genre Pseudotrapelus

Nom binominal

Pseudotrapelus sinaitus
(Heyden, 1827)

Synonymes

  • Agama sinaita Heyden, 1827
  • Agama arenaria Heyden, 1827
  • Agama neumanni Tornier, 1905 (mais voir texte)

Pseudotrapelus sinaitus est une espèce de sauriens de la famille des Agamidae[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre en Libye, en Égypte, au Soudan, en Éthiopie, en Érythrée, en Israël, en Jordanie, en Syrie, en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et en Oman[1].

Description[modifier | modifier le code]

Pseudotrapelus sinaitus femelle près du fleuve Pérès en Israël.
Pseudotrapelus sinaitus

C'est un lézard long de plus de 25 cm, plutôt fin, avec une queue fine et longue (plus de 2/3 de l'animal), et doté d'une tête massive.

Pseudotrapelus sinaitus est actif pendant la journée, se nourrissant d'insectes, d'autres arthropodes et de plantes. Pendant la saison des amours, les mâles prennent une couleur bleue éclatante afin d'attirer les femelles. La femelle adopte alors des taches brun-rouge.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (12 janvier 2016)[2], les deux sous-espèces suivantes sont décrites :

  • Pseudotrapelus sinaitus sinaitus (Heyden, 1827)
  • Pseudotrapelus sinaitus werneri Moravec, 2002

Le taxon Agama neumanni décrit en 1905[3], est placé en synonymie avec P. sinaitus en 1980[4]. En 2012, Melnikov et al. traitent ce taxon comme une espèce à part entière, Pseudotrapelus neumanni[5], et celle-ci serait plus étroitement liée à P. aqabensis qu'à P. sinaitus[6].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom d'espèce lui a été donné en référence au lieu de sa découverte, le Sinaï. La sous-espèce est nommée en l'honneur de Yehudah Leopold Werner[7].

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Heyden, 1827 : Atlas zu der Reise im nördlichen Afrika. I. Zoologie. Reptilien. H. L. Brönner, p. 1-24 (texte intégral).
  • Moravec, 2002 : A new subspecies of the Sinai agama Pseudotrapelus sinaitus from Southern Syria and northern Jordan (Reptilia: Squamata: Sauria: Agamidae). Abhandlungen aus dem Staatlichen Museum fur Tierkunde in Dresden, vol. 23, p. 131-140.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Reptarium Reptile Database, consulté le 12 janvier 2016
  3. (de) G. Tornier, « Schildkröten und Eidechsen aus Nordost-Afrika und Arabien », Zoologische Jahrbucher. Abteilung Für Systematik, vol. 22,‎ , p. 365-388 (lire en ligne)
  4. (en) E.N. Arnold, « Reptiles and amphibians of Dhofar, Southern Arabia », dans S.N. Shaw-Reade, J.B. Sale, M.D. Gallagher et R.H. Daly, The scientific results of the Oman flora and fauna survey 1977, Dhofar, coll. « J. Oman Stud., Special Report »,‎ , 273-332 p.
  5. (en) D. Melnikov, R. Nazarov, N.B. Ananjeva et A. Disi, « A new species of Pseudotrapelus (Agamidae, Sauria) from Aqaba, southern Jordan », Russian Journal of Herpetology, vol. 19,‎ , p. 143-154
  6. (en) Karin Tamar, Sebastian Scholz, Pierre-André Crochet, Philippe Geniez, Shai Meiri, Andreas Schmitz, Thomas Wilms et Salvador Carranza, « Evolution around the Red Sea: Systematics and biogeography of the agamid genus Pseudotrapelus (Squamata: Agamidae) from North Africa and Arabia », Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 97,‎ , p. 55–68 (DOI 10.1016/j.ympev.2015.12.021)
  7. Beolens, Watkins & Grayson, 2009 : The Eponym Dictionary of Reptiles. Johns Hopkins University Press, p. 1-296