Prusse royale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Prusse royale, Prusy Królewskie

14661772

Drapeau Blason
Description de cette image, également commentée ci-après

La Prusse royale 1466-1772

Informations générales
Statut province du Royaume de Pologne
Capitale Gdańsk
Religion Catholicisme - la religion dominante
Histoire et événements
v. 966 Poméranie orientale partie du Royaume de Pologne
1308 Prise de Danzig - occupation par les Chevaliers de Poméranie orientale
1454-1466 Guerre de Treize Ans - La reprise Poméranie orientale en Royaume de Pologne
1772 Premier partage de la Pologne

La Prusse royale est le nom donné aux territoires cédés par l'Ordre Teutonique au Royaume de Pologne lors du Traité de Torun en 1466. Elle reste possession polonaise jusqu'au Premier partage de la Pologne en 1772 où elle est cédée de nouveau au Royaume de Prusse. Après plus d'un siècle d'occupation, elle retourne partiellement à la Pologne après l'indépendance de la Pologne en 1918-1919.

Composition territoriale[modifier | modifier le code]

Celle-ci est constituée de la principauté-épiscopale ou évêché de Warmie et des anciennes commanderies suivantes de l'Ordre teutonique : Starogród, Bierzgłowo, Gdańsk (en partie), Tczew, Elbląg (en partie), Golub-Dobrzyń, Grudziądz, Chełmno, Malbork, Gniew, Nieszawa, Papowo Biskupie, Radzyń Chełmiński, Rogóźno-Zamek, Człuchów, Kowalewo Pomorskie, Świecie, Brodnica, Toruń et Tuchola.

Celle-ci fut divisée en :

  • Trois voïvodies :
    • La voïvodie de Poméranie (en latin : Palatinatus Pomeranensis ; en polonais : Województwo pomorskie), à l'ouest (en bleu ciel) ;
    • La voïvodie de Marienbourg (Palatinatus Marienburgensis ; Województwo malborskie), au centre (en vert clair) ;
    • La voïvodie de Culm (Palatinatus Culmensis ; Województwo chełmińskie), au centre (en rose) ;
  • Une principauté :
    • La principauté-épiscopale ou évêché de Warmie (Dioecesis Varmiensis ; Biskupie Księstwo Warmińskie ; Fürstbistum Ermland), (en jaune).
La Prusse royale en 1466 (Le futur Duché de Prusse est en gris)

Mise en place[modifier | modifier le code]

La révolte de la population prussienne contre les chevaliers teutoniques pousse le roi de Pologne Casimir IV à intervenir à nouveau contre les Chevaliers teutoniques. La Guerre de Treize Ans éclate alors entre l'Ordre et le Royaume de Pologne en 1454.

La bataille de Puck en 1462 qui voit la victoire décisive des polonais aboutit au traité de Thorn, dans lequel les teutonniques cèdent cette région aux Polonais que l'on baptise alors du terme de Prusse royale.

Évolution sous tutelle polonaise[modifier | modifier le code]

Le Traité de Thorn aboutit à la création d'une frontière totalement artificielle entre les territoires annexés à la Pologne et les territoires teutoniques. Ainsi, les villes du centre de la Prusse dépendent ainsi directement du roi de Pologne, tandis que Königsberg, la principal ville prussienne, siège de l'ordre teutonique, échappe à une tutelle polonaise directe : elle subit les soubresauts de la Prusse orientale, dépendant d'abord de l'ordre teutonique, puis, à partir du 1525, du duché de Prusse[1].

En dépit de la séparation politique, les villes de Prusse royale, polonaise perpétuent les liens économiques avec les territoires teutoniques, dans un contexte de forte croissances des échanges, du moins au XVIe siècle[2].

Reconquête prussienne[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

= Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]