Prudencio Casamayor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Prudencio Casamayor
Biographie
Naissance
Décès

Prudencio Casamayor (1763-1842) était un négociant et spéculateur immobilier français de Santiago de Cuba au début du XIXe siècle.

Né à Sauveterre dans le Béarn le 18 juin 1763[1], il s'appelait Prudent de Casamajor.

Fils du Béarnais Jean de Casamajor (1710-1790) et de Jeanne Justine de Forcade, décédée en 1778, il est colon dans sa jeunesse à Saint-Domingue, où il arrive en 1785, en s'installant dans le Sud-Ouest, près de l'Anse à Veau. Apparenté à plusieurs réfugiés français de Saint-Domingue à Cuba, il a fondé en 1800 à Santiago de Cuba ce qui va devenir la plus importante maison de commerce de la ville. Comme la plupart d'entre eux, il hispanise son nom de famille et son prénom.

Ensuite, il acheta au Domaine et à des particuliers, les terres montagneuses des "Limones"[2] dans la sierra Maestra, qui sont alors considérées comme des terres incultes, pour y installer des plantations de café, qui vont lancer la révolution du café à Cuba. Un plan de 1815, montre que Prudencio Casamayor acheta toute une région de la sierra Maestra, pour la diviser en lots. Protecteur attitré des Français à Cuba, il introduit, avec d'autres réfugiés, les techniques modernes de culture et de traitement du café. Il développe dans cette Sierra Maestra, couverte d'épaisses forêts, riche en eaux, des plantations jusqu'à 1 500 mètres d'altitude.

Lors des émeutes anti-françaises de mars 1809 à Cuba, les autorités de l'île assurèrent sa protection[3].

Au moment de son testament, le 11 janvier 1828, il possédait deux haciendas plantées en café et deux associés Laurent Mousnier, qui se fait appeler Laurenzo Mousnier, et Jean Sillègue. Sa femme, Madeleine Brun[4], lui a donné six enfants.

Références[modifier | modifier le code]