Provinces et territoires proposés au Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Depuis la Confédération canadienne de 1867, il existe plusieurs propositions de création de nouvelles provinces ou nouveaux territoires.

Procédure[modifier | modifier le code]

Évolution du Canada
Article principal : Évolution territoriale du Canada.

Lors de sa création en 1867, la Confédération canadienne comptait quatre provinces : l'Ontario, le Québec, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick.

Depuis, six provinces et trois territoires ont rejoint le Canada :

L'admission de Terre-Neuve, de l'Île-du-Prince-Édouard et de la Colombie-Britannique ainsi que l'intégration de la Terre de Rupert et du Territoire du Nord-Ouest était prévu par l'article 146 de la Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1867[1]. L'Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1871 a autorisé la création de nouvelles provinces par le Parlement du Canada, ce qui a permis de créer l'Alberta et la Saskatchewan.

La création de territoires relève d'une loi du Parlement du Canada. C'est ainsi qu'a été créé le Nunavut.

Depuis 1982 et l'adoption de la Loi constitutionnelle de 1982, la création d'une nouvelle province au sein de la Confédération nécessite une modification de la Constitution. L'article 42 de la Loi constitutionnelle de 1982 prévoit qu'une telle modification nécessite l'accord de chaque chambre du Parlement et des deux tiers des provinces[2].

Propositions de nouvelles provinces au sein du territoire canadien[modifier | modifier le code]

Région Territoire Description
Provinces de l'Atlantique Union maritime Proposition de fusion des trois provinces maritimesNouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse et Île-du-Prince-Édouard — en une seule province et qui serait la cinquième plus grande en termes de population. Un projet d'« Union de l'Atlantique » existe en y ajoutant la province de Terre-Neuve-et-Labrador.
Acadie Projet soutenu par le Parti acadien et la République du Madawaska qui propose de former une nouvelle province à partir des régions francophones du Nouveau-Brunswick.
Île du Cap-Breton L'Île du Cap-Breton a déjà été une colonie britannique séparée de 1713 à 1763 et de 1784 à 1820, mais elle fait maintenant partie de la Nouvelle-Écosse. L'idée d'une séparation entre l'île et la province a refait surface avec le Cape Breton Labour Party entre 1982 et 1984.
Labrador Le Labrador Party a déjà milité pour la séparation du territoire du Labrador du reste de Terre-Neuve-et-Labrador.
Nunatsiavut Le Nunatsiavut est un territoire au nord du Labrador habité principalement par des Inuits et il a été proposé qu'il quitte la province de Terre-Neuve-et-Labrador pour former un territoire similaire à celui du Nunavut.
Québec Montréal La proposition de faire de Montréal une province séparée du Québec existe depuis le XXe siècle, principalement dans le cadre des référendums sur l'indépendance québécoise : en 1995 un mouvement exigeait d'avoir le droit de faire sécession du Québec si le Québec faisait sécession du Canada afin notamment que quelques régions anglophones, dont le West Island, puissent rester au sein du Canada.
Kanienkehaka Au cours de la période préparatoire au référendum de 1995 au Québec, des leaders Mohawk demandaient d'avoir le droit de faire sécession du Québec si le Québec faisait sécession du Canada. Dans un documentaire présenté sur CBC Television, le premier ministre québécois de 1995, Jacques Parizeau, avait affirmé que si le « oui » l'avait emporté, il aurait permis au communautés Mohawk de se séparer du Québec.
Saguenay-Lac-Saint-Jean André Harvey, ancien député fédéral de la circonscription de Chicoutimi—Le Fjord, aurait eu l'idée de créer une nouvelle province au Saguenay-Lac-Saint-Jean en raison du nombre élevé de séparatistes dans cette région. Il affirmait aussi que la région avait une culture différente du reste du Québec et qu'elle avait déjà son propre drapeau.
Ontario Comtés unis de Prescott et Russell Un projet a été découvert sur Facebook du Mouvement Fédération-Indépendance des Comtés unis de Prescott et Russell afin réalise ce comté ontarien devenir une province francophone au Canada selon ce wiki MFICUPR[3]
Région de la capitale nationale À plusieurs moments, un projet a été proposé pour la région métropolitaine, constituée d'Ottawa, en Ontario, et Gatineau, au Québec, serait un quartier séparé, un peu comme le Territoire de la capitale australienne ou comme Washington.
Nord de l'Ontario Le Northern Ontario Heritage Party a déjà proposé la création d'une province distincte et séparée du Sud de l'Ontario dans les années 1970, mais le parti n'a pas attiré un large soutien électoral. Plus tard, un nouveau groupe connu sous le nom de "Northern Ontario Secession Movement" a commencé une campagne similaire en 2006 et n'a pas plus eu de soutien électoral. Aussi, un journal de Sudbury a publié un certain nombre d'éditoriaux dans le but à ce que la province crée un nouveau palier de gouvernement suprarégional qui donnerait à la région de Nord de l'Ontario plus d'autonomie dans ses propres affaires. De plus, le Northern Ontario Heritage Party a fait son retour en 2010, mais préconise une plus grande autonomie régionale et a cessé l'idée de créer une nouvelle province.
Nord-ouest de l'Ontario En 2006, plusieurs résidents du nord-ouest de l'Ontario, soit au nord et à l'ouest du Lac Supérieur jusqu'aux frontières du Manitoba, ont proposé que cette région se sépare de l'Ontario pour se joindre au Manitoba, en raison de la perception que le gouvernement de l'Ontario ne perçoit pas une attention suffisante aux questions de la région. Un papier dans le Canadian Public Policy suggérait de fusionner la région à la province du Manitoba pour créer une nouvelle province au nom de Mantario.
Province de Toronto Toronto est reconnu comme étant la plus grande ville du Canada. Certains soutiennent que le reste de l'Ontario bénéficie de Toronto, mais pas l'inverse. Certains militants ont fait pression pour créer la province de Toronto. L'ancien maire de Toronto, Mel Lastman, alors qu'il était en poste, a d'ailleurs proposé cette idée, car il percevait que la province de l'Ontario demandait beaucoup de ressources fiscales de Toronto sans fournir le support nécessaire pour les services publics dans la ville.
Ouest canadien Province de Buffalo Buffalo a été proposé pour la création d'une nouvelle province canadienne dans les années 1990. Elle aurait été composée des parties du sud des provinces de la Saskatchewan et de l'Alberta ainsi que les plus grandes villes de ces provinces (Calgary, Edmonton, Saskatoon et Regina, qui aurait été la capitale de la province). Les régions au nord des deux provinces aurait appartenu aux Territoires du Nord-Ouest. Le promoteur principal était Sir Frederick Haultain, qui était premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, qui avait affirmé en 1904 que "Une grande province pourrait faire des choses qu'aucune autre province ne pourrait faire". Par contre, la proposition de créer une nouvelle province n'était pas populaire, spécialement avec la majorité de la population de Calgary et de Edmonton qui avaient chacun leurs propres ambitions d'être une capitale (seul Edmonton est devenu la capitale de l'Alberta). Par la suite, le premier ministre du Canada, Sir Wilfrid Laurier a divisé les provinces de l'Alberta et de la Saskatchewan.
Nord canadien Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut Chacun des trois territoires canadiens a déjà fait pression pour passer de statut de territoire à statut de province.

Propositions hors du Canada[modifier | modifier le code]

Territoires Britanniques[modifier | modifier le code]

La Grande-Bretagne a plusieurs territoires dans les Caraïbes qui ont déjà manifesté leurs intentions de se joindre au Canada.

Territoires Description
Îles Turques-et-Caïques Un archipel des Antilles composé d'un chapelet de plusieurs îles dans les Caraïbes du Nord. Les dirigeants de l'archipel ont entamé des discussions avec le gouvernement du Canada. En 1990, le support pour l'intégration des îles dans le Canada en tant que "11e province" était de 90 %. De plus, Peter Goldring, un député d'Edmonton, a aussi milité pour l'intégration des îles au Canada. Par contre, l'archipel a besoin d'un amendement constitutionnel pour rejoindre le Canada, ce qui est une position risquée au Canada. En 2004, la Nouvelle-Écosse a voté pour inviter et annexer les îles à se joindre à la province. Par contre, la petite économie de l'île ainsi que l'aide du Canada en Haïti ont causé une controverse. En conséquence, le projet n'a pas abouti. En 2009, le Ottawa Citizen a publié un article sur l'intérêt du gouvernement canadien d'ouvrir un port en eau profonde dans les Caraïbes pour un nouveau marché pour les produits canadiens.En 2011, c'est un policier canadien détaché qui a pris le commandement de la police de l'archipel
Bermudes En 1949, Henry Vassey, le président du conseil de développement du commerce des Bermudes, a fait pression pour créer une union politique avec le Canada.

Anciens territoires britanniques[modifier | modifier le code]

D'anciens territoires britanniques ont exprimé leurs intentions de se joindre au Canada.

Territoire Description
Barbade En 1884, la société de l'agriculture au Barbade a envoyé une lettre à Sir Francis Hincks où elle affirmait une position favorable à ce que l'île soit membre de la confédération canadienne. En 2008, l'ancien président du BIBA s'est questionné sur une possible union politique entre la Barbade et le Canada.
Jamaïque À la fin du XIXe siècle, il y a eu quelques discussions pour former une union politique entre le Canada et la Jamaïque.
Fédération des Indes occidentales En 1952, dans une lettre de T.G. Major, un délégué commercial du Canada à Trinité-et-Tobago, celui-ci a déclaré à la sous-secrétaire d'état aux affaires extérieures que le président de la fédération ne pouvait pas parvenir à un consensus clair pour le style exact d'une union fédérale avec le Canada. Lors d'une conférence parlementaire qui s'est tenue à Ottawa, il a été mentionné que le Honduras Britannique (connu aujourd'hui sous le nom de Bélize) a montré le plus d'intérêt dans une union avec le Canada.

États-Unis[modifier | modifier le code]

Le Canada et les États-Unis partagent la plus longue frontière non militarisée entre les deux pays, qui s'étant sur 8 891 km en tout. Par contre, il y a eu plusieurs mouvements de sécession et de conflits au sujet de la démarcation de la frontière

Territoire Description
Alaska Plusieurs Canadiens et Alaskains ont discuté de la possibilité que l'État de l'Alaska devrait se séparer des États-Unis pour se joindre au Canada.
Vermont Plusieurs supporters du mouvement pour l'indépendance du Vermont ont proposé que leur État puisse se joindre au Canada pour former une nouvelle province.
Maine Plusieurs personnes ont proposé que le Maine se sépare des États-Unis pour se joindre au Canada comme nouvelle province.
Dispute de la frontière de l'Alaska La Dispute de la frontière de l'Alaska, soit depuis l'achat de l'Alaska par les États-Unis en 1867, est devenu critique lorsque de l'or a été découvert au Yukon à la fin des années 1890. Le Canada a fait valoir sa limite historique avec l'Amérique russe, qui inclut le Canal Lynn (qui se trouve près de la rivière Taiya) et le port de Skagway, tous deux occupés par les États-Unis. Les États-Unis, quant à eux, réclamaient le District d'Atlin (une région de la Colombie-Britannique, la partie inférieure du fleuve de Stikine et même aussi Whitehorse. La dispute s'est réglée en 1903 avec le délégué britannique qui s'est mis du côté des Américains.
Tout ou une partie des États-Unis Dans l'Élection fédérale canadienne de 1979, le Parti Rhinocéros du Canada, un parti politique fédérale satiriste, voulait annexer les États-Unis pour proposer de créer un 3e territoire (alors qu'il n'y avait que le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest à l'époque). Plus tard, lors de l'Élection présidentielle américaine de 2004, quelques Américains ont distribué la carte du Jesusland, qui proposait que les 19 États des États-Unis de couleur bleue se séparent des États-Unis pour se joindre au Canada comme étant de nouvelles provinces. Dans les deux cas, ces annexions étaient des idées purement satiriques, bien plus qu'une proposition sérieuse.
Angle nord-ouest du Minnesota et Elm Point En raison des lois qui restreignent les droits de pêche au Lac des Bois, certains habitants de cette partie du Minnesota ont suggéré l'idée de se séparer des États-Unis pour se joindre au Canada en 1997. L'année suivante, le représentant du congrès américain Collin Peterson a proposé un amendement constitutionnel qui permettrait aux résidents de l'Angle nord-ouest du Minnesota de voter sur la sécession de leur État pour se joindre au Canada, suscitant la colère des dirigeants du Red Lake Indian Reservation, qui détient la plupart des terres de l'Angle nord-ouest.

Territoires Européens[modifier | modifier le code]

Pays Territoire Description
France Saint-Pierre-et-Miquelon Un archipel français d'Amérique du Nord situé dans l'Océan Atlantique au sud de Terre-Neuve et de la Péninsule de Burin. À quelques reprises, des résidents et des politiciens à Saint-Pierre-et-Miquelon ont proposé que l'île se sépare de la France pour rejoindre le Canada (soit en étant annexé à la province de Québec, ou en devenant un territoire), de sorte que l'île, où l'économie dépend surtout de la pêche, pourrait participer à la zone maritime de pêche du Canada plutôt que la zone limitée de la France
Danemark Île Hans L'Île Hans est une petite île de 1,3 km2 située au centre du canal Kennedy dans le détroit de Nares, le détroit qui sépare l'île d'Ellesmere au Canada du nord du Groenland et qui connecte la mer de Baffin avec la mer de Lincoln. L'île Hans est revendiquée entre le Canada et le Danemark depuis les années 1970. En 1973, les deux pays signent un traité sur la définition de leur frontière commune mais laissent la question de la souveraineté sur l'île indécise. Le Canada affirme que l'île est située au nord de la frontière, sur le territoire canadien et affirme que l'île a été découverte par un explorateur britannique. Le Danemark revendique le territoire qu'il aurait découvert en 1852. De plus, ils affirment que la Cour internationale de la justice lui a reconnu en 1933 la possession du Groenland et que l'île se trouve dans le territoire du Groenland. En 2005, l'Assemblée générale des Nations unies et les ministres des affaires étrangères des deux pays ont publié une déclaration conjointe affirmant : « nous continuerons d'unir nos efforts pour trouver une solution à long terme au différend au sujet de l'île Hans. Par contre, en 2007, une photo satellite a mené le Canada à reconnaître la frontière internationale traversant le milieu de l'île Hans et non jusqu'au nord de l'île selon les revendications précédentes.
Groenland Le Groenland est un territoire autonome du Royaume du Danemark.
Norvège Îles Sverdrup Otto Sverdrup, un explorateur norvégien réclame les îles Sverdrup au nom de la Norvège en 1898, mais le gouvernement de la Norvège ne montrait plus aucun intérêt dans la poursuite de cette réclamation jusqu'en 1928. Le 11 novembre 1930, après une intervention canadienne, la Norvège a reconnu la souveraineté canadienne sur les îles Sverdrup.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]