Provence-Alpes-Côte d'Azur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Image illustrative de l'article Provence-Alpes-Côte d'Azur
Drapeau
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la France France
Siège de la préfecture Marseille
Départements et collectivités territoriales Alpes-de-Haute-Provence (04)
Hautes-Alpes (05)
Alpes-Maritimes (06)
Bouches-du-Rhône (13)
Var (83)
Vaucluse (84)
Arrondissements 18
Cantons 237
Communes 963
Conseil régional Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Président Renaud Muselier (LR)
2017-2021
Préfet Pierre Dartout[1]
ISO 3166-2 FR-PAC, FR-U
Démographie
Population 4 983 938 hab. (2014)
Densité 159 hab./km2
Rang (population) 7e sur 18
Langues
régionales
Langue d'Oc dans ses dialectes provençaux : rhodanien, maritime, niçard et gavot[2]
Géographie
Superficie 31 400 km2
Rang 10e sur 18
Localisation
Localisation de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Liens
Site web regionpaca.fr

Provence-Alpes-Côte d'Azur[3],[4] (prononcé /pʁɔ.vɑ̃.salp(ə) kot da.zyʁ/ en français standard) est une région du Sud-Est de la France. Son acronyme est PACA. Son chef-lieu est Marseille.

En 1970, Provence-Côte d’Azur-Corse devient Provence-Côte d’Azur à la suite de la constitution de la région Corse. En 1976, elle est rebaptisée Provence-Alpes-Côte d’Azur[5].

Provence-Alpes-Côte d'Azur est formée de six départements issus des anciennes provinces de Provence et du Dauphiné. Une partie de Vaucluse est issue du Comtat Venaissin et la rive gauche du Var, dans les Alpes-Maritimes constituait autrefois le comté de Nice, les villes de Menton et Roquebrune-Cap-Martin ayant fait partie de la principauté de Monaco jusqu'à leur rattachement à la France en 1861.

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur est baignée au sud par la mer Méditerranée et limitrophe à l'est des régions italiennes de Ligurie et Piémont. Elle est bordée au nord par la région Auvergne-Rhône-Alpes et à l'ouest par la région Occitanie, le Rhône marquant la frontière régionale. Son territoire couvre une grande partie des Alpes du Sud. Provence-Alpes-Côte d'Azur comptait 4 983 938 habitants en 2014, ce qui en fait la septième région française la plus peuplée. En 2013 et en tenant compte de la fusion des régions de 2016, avec un PIB de 152 130 , c'est la cinquième région la plus riche de France alors que le PIB par habitant est de 30 688 , la classant à la troisième place. En raison d'une forte attractivité, pendant plusieurs décennies, pour les populations venant d'autres régions, et d'une proportion d'immigrés de 10,2 % en 2013[6], 47 % des habitants de la région ne sont pas nés sur son territoire[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Après le décret du [8], la région Provence-Côte d'Azur-Corse est créée : elle comprend les départements des Basses-Alpes, des Hautes-Alpes, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, de la Corse, du Var et de Vaucluse. La Corse en est détachée par le décret du .

La dénomination « Provence-Alpes-Côte d'Azur » est utilisée par le Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur, les organismes de l'État et de l'Union européenne. Elle s'écrit avec deux traits d'union. La graphie « Provence-Alpes-Côte-d’Azur », avec trois traits d'union, est peu usitée bien que préconisée par la Commission nationale de toponymie[9] conformément aux règles de la typographie française qui prescrivent des traits d'union entre tous les mots composant un nom de territoire politique ou administratif déterminé.

En , Michel Vauzelle, président du conseil régional, lance une consultation afin de rebaptiser la région, à la demande de plusieurs associations de promotion de l'identité régionale qui rappellent que « pacan » signifie « paysan » en provençal[réf. nécessaire] et jugeant que « Provence-Alpes-Côte d'Azur est un beau nom, mais il est trop long et peu pratique. L'acronyme PACA n'illustre ni la richesse, ni la diversité de ses territoires et de son patrimoine culturel exceptionnel ne permet pas non plus de nommer ses habitants »[10]. Les termes « Provence » et « Méditerranée » se dégagent, laissant de côté « Alpes » et « Côte d'Azur », ce qui provoque la protestation d'élus des zones délaissées[11]. Finalement, le projet est abandonné quelques mois plus tard[11] et le nom de la région reste inchangé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte topo de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Carte topographique de Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Les provinces historiques au sein de la région actuelle.

Provence-Alpes-Côte d'Azur recouvre une superficie de 31 400 km2 et s'étend du Rhône à l'ouest à la frontière italienne à l'est. Ses frontières incluent[12] :

La principauté de Monaco est une encoche côtière indépendante.

Reliefs[modifier | modifier le code]

Provence-Alpes-Côte d'Azur accueille une grande diversité de paysages.

À l'ouest, le relief est relativement plat, baigné par le Rhône et ses affluents (Aygues, Durance notamment). Les plaines de Vaucluse sont des plaines alluviales alors que la Crau est une plaine caillouteuse sèche[12]. Le delta du Rhône forme la Camargue, formée d'étangs (étang de Vaccarès) et de pâturages amphibies[12].

La côte d'Azur compte deux massifs forestiers, l'Esterel et le massif des Maures. Plus à l'ouest, le littoral est dominé par des falaises de calcaires blancs accidentées de gorges : les calanques[12].

Les Préalpes forment la moyenne et la haute Provence : Ventoux, montagne de Lure, préalpes de Digne et de Castellane, plateau de Valensole, plan de Canjuers (coupé des gorges du Verdon), plan de Caussols. Plus au sud se trouvent les reliefs du Luberon, des Alpilles, de la montagne Sainte-Victoire et de la Sainte-Baume. À l'est, les Préalpes s'achèvent près de la mer, vers Nice et Menton[12].

Enfin, la région comprend plusieurs zones de moyenne et haute montagne : le Mercantour à l'est, avec son point culminant à 3 143 m : la Cime du Gélas, le massif des Écrins au nord qui culmine à plus de 4 000 m d'altitude (Barre des Écrins à 4 102 m, Pelvoux à 3 946 m), et les massifs moins étendus du Dévoluy, du Queyras et des Cerces[12].

Climat[modifier | modifier le code]

La région se caractérise par un climat méditerranéen au niveau du littoral et à l'intérieur des terres et par un climat montagnard qui décline vers le froid en fonction de l'altitude. Sur la période 1971-2000, les secteurs les plus chauds en moyenne se situent sur le littoral est, de Nice à Sainte-Maxime, avec des températures moyennes annuelles[13] d'environ 16 °C; les hivers sont doux (de 7 à 14 °C) et les étés chauds (de 21 à 29 °C en moyenne). Les températures moyennes décroissent en s'enfonçant dans les terres avec des valeurs comprises entre 13 et 15 °C mais les étés y sont particulièrement chauds (31 °C en moyenne l'après-midi au Luc qui détient le record de France avec 42,7 °C en 1982). Les Alpes connaissent des températures plus ou moins froides en fonction de l'altitude avec des températures moyennes annuelles d'environ 10 °C à 1 000 m ; °C à 2 500 m.

La région est particulièrement ensoleillée : de 2 700 à 3 000 heures d'ensoleillement par an[12].

Les hivers sont froids, voire rudes et neigeux en montagnes, mais doux sur le littoral, notamment sur la côte d'Azur. La vallée du Rhône et une partie de la côte subissent le mistral, vent froid et fort soufflant du nord.

Les précipitations annuelles varient de 600 mm (delta du Rhône) à 1 000 mm (Alpes) mais sont très inégalement réparties dans l'année : s'il pleut autant à Nice et Marseille qu'à Brest et Paris, la sécheresse est très marquée l'été mais les averses sont violentes[12], notamment à l'automne.

Environnement[modifier | modifier le code]

La montagne occupe la moitié du territoire régional et le littoral s'étend sur 700 km. Provence-Alpes-Côte d'Azur compte quatre parcs nationaux, cinq parcs régionaux dont quatre sont contigus, un parc régional marin et une dizaine de réserves naturelles[14]. Certains sites font aussi l'objet de classements en zones Natura 2000etc.

Du fait de l'urbanisation, les territoires agricoles subissent une forte pression : entre 1970 et 2000, la surface agricole productive a été réduite de 20 %. C'est particulièrement le cas sur le littoral et dans le pays d'Avignon[14].

Population[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Provence-Alpes-Côte d'Azur compte près de 5 millions d'habitants, ce qui en fait la septième région de France la plus peuplée.

Bien que son dynamisme soit aujourd'hui en diminution, la région se caractérise par une très forte croissance démographique dans la seconde moitié du XXe siècle : elle est la région de France qui a connu la plus forte progression de sa population entre 1962 et 2009[14]. Elle représentait 4,5 % du total de la population française en 1975 contre 7,8 % en 2014. Cette croissance est le fruit à la fois de l'excédent naturel et d'un fort apport migratoire.

Contrairement aux idées reçues, les migrations résidentielles ont contribué à ralentir le vieillissement de la population régionale[14]. Reste que près de 27 % des habitants ont plus de 60 ans (le taux national s'élevant à 24 %)[15] et la région compte plus de 500 000 personnes de 75 ans et plus. On estime qu'en 2030, un habitant de la région sur trois aura plus de 60 ans[14].

L'immigration internationale joue également un rôle important dans la démographie de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Il y a aujourd'hui environ 430 000 immigrés dans la région, soit près de 10 % de la population. L'histoire de l'immigration est ancienne : dès le XIXe siècle, un tiers des employés des arsenaux de Toulon sont italiens, tout comme 43 % des ouvriers des parfumeries de Grasse au début du XXe siècle[16]. Marseille en particulier accueille de nombreux migrants au cours des 150 dernières années : travailleurs italiens puis nord-africains à partir des années 1920 et surtout 1950, comoriens plus récemment, réfugiés arméniens, espagnols puis Pieds-Noirs. Nice et la Côte d'Azur connaissent une immigration de luxe, composée de Britanniques, Russes et Allemands principalement[16].

La géographie, l'exode rural et l'industrialisation font que la population est aujourd'hui très inégalement répartie. 75 % des habitants se concentre sur 10 % du territoire[14] et 80 % de la population de la région habite sur le littoral, qui abrite les plus grandes villes régionales : Marseille, Nice, Toulon. La population de Provence-Alpes-Côte d'Azur est d'ailleurs très urbanisée, avec un taux de 94,3 %[15] et une périurbanisation très marquée[14].

Villes[modifier | modifier le code]

Sur le plan strictement administratif, voici la liste des communes de plus de 30 000 habitants avec leur population en 2014 :

Code Insee Commune Département Population (2014) Rang national
13055 Marseille Bouches-du-Rhône +0858 120, 2
06088 Nice Alpes-Maritimes +0343 895, 5
83137 Toulon Var +0165 584, 15
13001 Aix-en-Provence Bouches-du-Rhône +0142 149, 23
84007 Avignon Vaucluse +0092 209, 46
06004 Antibes Alpes-Maritimes +0075 731, 65
06029 Cannes Alpes-Maritimes +0073 744, 69
83126 La Seyne-sur-Mer Var +0064 675, 78
83069 Hyères Var +0056 502, 97
83061 Fréjus Var +0053 511, 111
13004 Arles Bouches-du-Rhône +0052 697, 118
06069 Grasse Alpes-Maritimes +0050 409, 122
13056 Martigues Bouches-du-Rhône +0048 870, 131
06027 Cagnes-sur-Mer Alpes-Maritimes +0047 811, 136
13005 Aubagne Bouches-du-Rhône +0045 128, 145
13103 Salon-de-Provence Bouches-du-Rhône +0044 187, 155
13047 Istres Bouches-du-Rhône +0043 463, 160
06030 Le Cannet Alpes-Maritimes +0042 454, 167
05061 Gap Hautes-Alpes +0040 225, 180
83050 Draguignan Var +0040 154, 181
13028 La Ciotat Bouches-du-Rhône +0035 631, 211
83118 Saint-Raphaël Var +0034 567, 223
13117 Vitrolles Bouches-du-Rhône +0034 236, 225
13054 Marignane Bouches-du-Rhône +0034 154, 226
83129 Six-Fours-les-Plages Var +0033 652, 231

Grandes zones urbaines[modifier | modifier le code]

L'acte III de la décentralisation renforce essentiellement deux types de collectivités : la région grâce à la loi NOTRe et l'intercommunalité grâce à la loi MAPTAM. Le premier volet a donné lieu à la création des nouvelles grandes régions française qui n'a pas changer les limites administratives de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur tandis que le second est axé sur les grandes agglomérations régionales. La région Provence-Alpes-côte-d'Azur compte en effet quatre grandes agglomérations de plus de 400 000 habitants au centre de grandes aires urbaines dépassant toutes 500 000 habitants qui sont répartis sur six zones. Il s'agit de Marseille - Aix-en-Provence, Nice - Cannes-Antibes-Grasse, Toulon et Avignon. Ces quatre agglomérations forment les six grandes zones économique régionales qui correspondent aux six grandes zones d'emploi.[17] Pour être considéré comme une grande zone d'emploi, la zone doit dépassé les 400 000 habitants, seuil requis pour la création d'un Métropole, ce qui est le cas de cinq zones : Marseille-Aubagne, Nice, Toulon, Avignon et Cannes-Antibes. Même si la zone d'emploi d'Aix-en-Provence ne dépasse pas les 400 000 habitants, elle est considéré comme grande zone d'emploi car elle fait partie d'une grande zone urbaine (3e de France).

Liste des quatre grandes zones urbaines (population au )[18]

Ville centre Aire urbaine 2014

(Habitants)

Unité urbaine 2014

(Habitants)

Zone d'emploi Population PIB/Hab.[19]
Marseille-Aix-en-Provence 1 743 990 1 578 484 Marseille-Aubagne 1 299 767 29 367 €
Aix-en-Provence 389 126 47 923 €
Nice 1 006 289 944 022 Nice 621 698 26 126 €
Cannes-Antibes 408 865 43 344 €
Toulon 616 763 565 951 Toulon 603 699 19 459 €
Avignon 524 490 453 296 Avignon 485 872 35 059 €

Ces agglomérations concentrent l'essentiel des services déconcentrés de l'État, des zones commerciales, des infrastructures culturelles, des zones industrielles, des technopoles, des ports fluviaux et maritimes, et des infrastructures aéroportuaires. Afin de piloter la dynamique de ces grandes agglomération (politique de l'habitat, de mobilité, aménagement du territoire, etc.), une partie importante des communes qui les composent se sont donc regroupées au sein d'établissements publics de coopération intercommunale.

La Métropole d'Aix-Marseille Provence (1 876 019 habitants) est une fusion de 6 anciennes intercommunalités : communauté urbaine Marseille Provence Métropole (1 045 823 habitants), communauté d'agglomération du Pays d'Aix (402 040 habitants), Agglopole Provence (140 879 habitants), communauté d'agglomération du Pays d'Aubagne et de l'Étoile (103 497 habitants), Syndicat d'agglomération nouvelle Ouest Provence (98 113 habitants), communauté d'agglomération du Pays de Martigues (70 457 habitants) sur le territoire de l'aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence mais également celle de Salon-de-Provence et celle de Toulon (La Ciotat et Ceyreste).

La Métropole Nice Côte d'Azur (538 555 habitants) quant à elle n'englobe que la partie est de son aire urbaine. La partie ouest est divisée en trois communautés d'agglomérations : Pays de Lérins (158 812 habitants) autour de Cannes, Sophia-Antipolis (176 647 habitants) autour d'Antibes et Pays de Grasse (101 101 habitants) autour de Grasse.

La communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée (427 839 habitants) est positioné sur le territoire très central de l'aire urbaine de Toulon. Cette dernière s'étant sur le centre Var autour du Val de l'Issole anciennement communauté de commune du Val de l'Issole (22 903 habitants), actuellement réunit a la communauté d'agglomération de la Provence Verte, et du Gapeau avec la communauté de commune de la Vallée du Gapeau (30 315 habitants). Elle s'étant aussi à l'est de Toulon avec la communauté de commune Méditerranée Porte des Maures (39 891 habitants) ainsi qu'à l'ouest de Toulon avec la communauté d'agglomération Sud Sainte-Baume (60 013 habitants) jusque dans les Bouches-du-Rhône (La Ciotat et Ceyreste). A noter que le , l'Assemblée nationale donne son accord pour la création de sept nouvelles métropoles dont Toulon, afin qu'elles rejoignent les 15 métropoles déjà existantes.

La communauté d'agglomération du Grand Avignon (193 563 habitants) est centré uniquement sur Avignon et ses communes avoisinantes. Son aire urbaine s'étant aussi autour de Carpentras et la communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin (68 641 habitants), d'Orange et la communauté de commune des Pays du Rhône et Ouvèze (44 901 habitants), L'Isle-sur-la-Sorgue et la communauté de commune des Pays de Sorgues et des Monts de Vaucluse (32 161 habitants), Cavaillon et la communauté d'agglomération Lubéron Monts de Vaucluse (54 717 habitants), mais aussi autour de Châteaurenard dans les Bouches-du-Rhône et sa communauté d'agglomération Terre de Provence (57 602 habitants).

Vieux-Port de Marseille
Zone urbaine Marseillaise[modifier | modifier le code]

La zone urbaine de Marseille — (Marselha / Marsiho en provençal) — se situe dans les Bouches-du-Rhône et dans la Var. Marseille est le chef-lieu du département des Bouches-du-Rhône et de la région, ainsi que le siège de sa préfecture.

Marseille constitue, en termes de population, la deuxième commune de France, avec 858 120 habitants, la troisième agglomération avec 1 578 584 habitants et la troisième aire urbaine après celles de Paris et Lyon avec 1 743 990 habitants en 2014. Marseille est depuis le 1er janvier 2016 le siège de la métropole d'Aix-Marseille-Provence, la seconde plus peuplée de France avec 1 859 922 habitants.

Étang de Berre depuis Vitrolles

Plus ancienne ville de France, fondée sous le nom de Μασσαλία (Massalía) vers 600 av. J.-C. par des marins grecs originaires de Phocée, Marseille est depuis l'Antiquité un important port de commerce et de passage. Elle connait notamment un essor commercial considérable au cours du XIXe siècle devenant une ville industrielle et négociante prospère.

Héritage de ce passé, le Grand port maritime de Marseille (GPMM) et l'économie maritime sont encore des pôles majeurs de l'activité régionale et nationale et Marseille reste le premier port français, le deuxième port méditerranéen et le cinquième port européen.

L'ouverture de Marseille sur la mer Méditerranée en fait depuis ses origines une ville cosmopolite d'échanges culturels et économiques avec l'Europe du Sud, le Proche-Orient, l'Afrique du Nord et l'Asie. Elle est d'ailleurs souvent considérée comme la « Porte de l'Orient ».

Baie des Anges de Nice
Zone urbaine Niçoise[modifier | modifier le code]

La zone urbaine de Nice — (Nissa / Niça en provençal niçois) — se situe dans les Alpes-Maritimes et les Alpes-de-Haute-Provence. Nice le chef-lieu du département des Alpes-Maritimes et siège de sa préfecture. Nice est la deuxième ville de la région derrière Marseille.

Nice constitue, en termes de population, la cinquième commune de France, avec 343 895 habitants, la cinquième agglomération avec 943 695 habitants et la septième aire urbaine avec 1004914 habitants. La ville est le centre d'une métropole, Nice Côte d'Azur, qui rassemble quarante-neuf communes et 536 327 habitants.

Vallée du Var et Alpes d'Azur

Capitale historique du Comté de Nice, elle a appartenu à la Provence avant d'en faire sécession et de choisir de rejoindre les États de Savoie en 1388 (Acte de Dédition). Nice ne devient française qu'en 1860, un an avant la réalisation de l'unité italienne.

Située entre mer et montagnes, capitale économique et culturelle de la Côte d'Azur, Nice bénéficie d'importants atouts naturels. Le tourisme, le commerce et les administrations (publiques ou privées) occupent une place importante dans l'activité économique de la ville. Elle possède la deuxième capacité hôtelière du pays, après Paris, et accueille chaque année 4 millions de touristes. Elle dispose également du troisième aéroport de France (le premier de Province) et de deux palais des congrès consacrés au tourisme d'affaires. La ville possède aussi une université et plusieurs quartiers d'affaires. Nice est enfin dotée de certains équipements culturels importants. Elle possède ainsi de nombreux musées (il s'agit même de la ville qui en compte le plus en France, après Paris), un théâtre national, un opéra, une bibliothèque à vocation régionale, un conservatoire à rayonnement régional et des salles de concert.

Elle se situe à une trentaine de kilomètres de la frontière franco-italienne, elle est établie sur les bords de la mer Méditerranée, le long de la baie des Anges et à l'embouchure du Paillon.

La Rade de Toulon
Zone urbaine Toulonnaise[modifier | modifier le code]

La zone urbaine de Toulon — (Tolon / Touloun en provençal) — se situe dans le Var. Toulon est le chef-lieu du département du Var et siège de sa préfecture. Elle abrite également le siège de la préfecture maritime de la Méditerranée.

Aéroport de Toulon à Hyères

Toulon constitue, en termes de population, la quinzième commune de France, avec 165 584 habitants, la neuvième agglomération avec 561 155 habitants et a treizième aire urbaine avec 611 237 habitants. La ville est le siège d'une communauté d'agglomération, Toulon Provence Méditerranée, la première de France, qui rassemble douze communes et 425 612 habitants.

Située entre mer et montagnes, capitale économique du Var, Toulon bénéficie de nombreux atouts naturels. La base navale (plus grand port militaire français), le commerce, les administrations (publiques ou privées), le tourisme et la recherche (pôle Mer PACA, IFREMER…) sont l'essentiel de l'activité économique de la ville, qui partage avec Hyères un aéroport par lequel transitent environ 500 000 passagers par an..

La ville possède aussi une université (sciences, sciences humaines, lettres, droit, Staps et des pôles d’enseignement supérieur : les classes préparatoires aux grandes écoles des lycées Dumont-d'Urville et Rouvière, l’Institut supérieur de l'électronique et du numérique (ISEN Toulon) et l'école d'ingénieurs SeaTech.

Toulon est enfin dotée d'un Opéra, d'un Conservatoire national de région, de plusieurs musées, salles de concert (Palais Neptune et Zénith-Omega) et d'un théâtre labellisé « scène nationale » : le Théâtre Liberté.

La ville de Toulon est située dans le Midi de la France dans le sud-ouest du département du Var sur le littoral méditerranéen, à mi-chemin entre Marseille, à l'ouest, et Saint-Tropez, à l'est. On la considère parfois comme la première ville à l'ouest de la Côte d'Azur.

Pont d'Avignon
Zone urbaine Avignonnaise[modifier | modifier le code]

La zone urbaine d'Avignon — (Avinhon / Avignoun en provençal) — se situe dans le département du Vaucluse, des Bouches-du-Rhône et du Gard. Avignon est le chef-lieu du département du Vaucluse et siège de sa préfecture.

Avignon constitue, en terme de population, la quarante-cinquième commune de France, avec 92 209 habitants, la quatorzième agglomération avec 453 296 habitants et la seizième aire urbaine avec 518 981 habitants. La ville est le siège d'une communauté d'agglomération, Grand Avignon, qui rassemble dix-sept communes et 193 563 habitants.

Confluent Rhône (gauche) et Durance (Droite)

Surnommée la « cité des papes » en raison de la présence des papes de 1309 à 1423, elle est actuellement la plus grande ville et le chef-lieu du département de Vaucluse. C'est l'une des rares villes françaises à avoir conservé ses remparts, son centre historique, composé du palais des papes, de l'ensemble épiscopal, du Rocher des Doms et du pont d’Avignon. Elle a été classée patrimoine mondial de l'UNESCO sous les critères I, II et IV.

La renommée de son festival, véritable vitrine artistique et culturelle de la ville, a largement dépassé les frontières françaises. La ville fut capitale européenne de la culture en 2000.

Elle est installée sur la rive gauche du Rhône qui marque la limite avec le Gard et la région Occitanie. Au sud d'Avignon, c'est la Durance qui sépare la ville des Bouches-du-Rhône.

Port de Cannes et la Croisette
Zone urbaine Cannoise[modifier | modifier le code]

La zone urbaine de Cannes — (Canas / Cano en provençal) — se situe dans le département des Alpes-Maritimes, du Var et des Alpes-de-Haute-Provence.

Vue depuis Grasse

Cannes constitue, en terme de population, la soixante-neuvième commune de France, avec 73 744 habitants. Elle fait partie de la même aire urbaine que Nice qui comptait 1004941 habitants. La ville est le siège d'une communauté d'agglomération, Cannes Pays de Lérins, qui rassemble cinq communes et 158 812 habitants. A noter que les trois communautés d'agglomération de l'ouest des Alpes-Maritimes (Pays de Lérins, Sophia-Antipolis, Pays de Grasse) rassemble cinquante-deux communes et 436 560 habitants.

Village de pêcheurs ligure pendant l’Antiquité, liée aux légendes de Saint-Honorat et de l’homme au masque de fer sur les îles de Lérins au large de la baie de Cannes, station climatique et balnéaire de la Côte d'Azur au XIXe siècle, la ville prend son essor avec la construction de résidences de villégiature par les aristocrates anglais et russes puis, dès le début du XXe siècle, d'hôtels de luxe destinés aux touristes fortunés, constituant son patrimoine architectural.

Dotée d'une industrie de pointe, d’un petit aéroport d'affaires, de plusieurs ports et d’un palais des congrès, Cannes est aujourd’hui mondialement connue pour ses festivals du film et de la plaisance et pour sa Croisette bordée de quelques palaces.

Centre ville d'Aix-en-Provence et vue sur la Sainte-Victoire
Zone urbaine Aixoise[modifier | modifier le code]

La zone urbaine d'Aix-en-Provence — (Ais de Provença / Ais de Prouvènço en provençal) — se situe dans le département des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse.

Logo du Pays d'Aix
Logo du Pays d'Aix

Aix-en-Provence constitue, en terme de population, la vingt-quatrième commune de France, avec 142 149 habitants. Elle fait partie de la même aire urbaine que Marseille qui comptait 1 743 990 habitants La ville fait partie depuis le 1er janvier 2016 de la métropole d'Aix-Marseille-Provence, la seconde plus peuplée de France avec 1 859 922 habitants. À noter que l'ancienne communauté d'agglomération du Pays d'Aix rassemblait trente-six communes et 402 040 habitants.

Fondée en 122 av. J.-C. sous le nom d'Aquae Sextiae par la garnison romaine de Gaius Sextius Calvinus, Aix devient par la suite la capitale du comté de Provence.

Ville thermale depuis l'Antiquité, Aix-en-Provence dispose d'un important patrimoine culturel (architecture, festival d'art lyrique, Grand Théâtre de Provence, etc.) et constitue un important pôle touristique.

Autres zones urbaines[modifier | modifier le code]

Liste des autres aires urbaines ayant plus 50 000 habitants (population au 1er janvier 2014)[18],[20],[21]

Ville centre Aire urbaine 2014

(Habitants)

Unité urbaine 2014

(Habitants)

Zone d'emploi Population
Fréjus 95 400 95 400 Fréjus-Saint-Raphaël 173 872
Draguignan 84 736 80 728 Draguignan 111 497
Menton-Monaco 73 138 68 781 Menton-Vallée de la Roya 82 831
Gap 62 567 40 700 Gap 101 346
Salon-de-Provence 59 351 59 351 Salon-de-Provence 117 130
Arles 55 575 55 575 Arles 76 418

Cohésion sociale[modifier | modifier le code]

Provence-Alpes-Côte d'Azur est une des régions les plus touchées par la pauvreté : 15 habitants sur 100 vivent sous le seuil de pauvreté. Les inégalités sont également plus marquées que la moyenne nationale[14].

La région est par ailleurs une des régions où l'accès au logement est le plus difficile. On compte seulement 10 % de logements sociaux (contre 14 % en France) et Provence-Alpes-Côte d'Azur est la région où le logement est le plus cher après l'Île-de-France[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Collectivités territoriales[modifier | modifier le code]

La région est administrée par le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur dont le siège est à Marseille. Il compte 123 conseillers régionaux et est présidé depuis 2017 par Renaud Muselier (LR).

Provence-Alpes-Côte d'Azur compte six départements :

Département Superficie Population (2013)[22] Préfecture Sous-préfectures Densité (2013)
04 Alpes-de-Haute-Provence 6 944 km2 161 588 Digne-les-Bains Barcelonnette, Castellane et Forcalquier 23 hab/km2
05 Hautes-Alpes 5 549 km2 139 883 Gap Briançon 25 hab/km2
06 Alpes-Maritimes 4 299 km2 1 083 312 Nice Grasse 251 hab/km2
13 Bouches-du-Rhône 5 112 km2 2 006 069 Marseille Aix-en-Provence, Arles et Istres 392 hab/km2
83 Var 5 973 km2 1 038 212 Toulon Brignoles et Draguignan 172 hab/km2
84 Vaucluse 3 566 km2 554 374 Avignon Apt et Carpentras 154 hab/km2

On compte 18 arrondissements, 237 cantons et 963 communes, elles-mêmes regroupées en 86 intercommunalités. Provence-Alpes-Côte d'Azur compte deux métropoles : Nice Côte d'Azur (créée en 2011) et Aix-Marseille-Provence.

Administration déconcentrée[modifier | modifier le code]

Le préfet de région, également préfet des Bouches-du-Rhône, est basé à Marseille. En plus des directions régionales, la région est du ressort du Centre d'études techniques de l'Équipement Méditerranée, de la Direction interdépartementale des Routes Méditerranée, de la Direction interrégionale de la mer Mer Méditerranée, de la Direction interrégionale des services pénitentiaires de Marseille et de la Direction de la protection judiciaire de la jeunesse Sud-Est.

Pour l'Éducation nationale, la région est divisée en deux académies : Aix-Marseille et Nice.

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Le département des Alpes-Maritimes a longtemps été dirigé par des hommes politiques centristes, bien que, depuis les années 1980, les partis de droite n'aient cessé de progresser. Les Bouches-du-Rhône et le Var ont longtemps été considérés comme appartenant au « Midi rouge ». Le courant socialiste y est influent dès la fin du XIXe siècle, comme le rappelle l'élection en 1881 du premier député socialiste de France, Clovis Hugues. Plus tôt, en 1851, le département des Basses-Alpes, ainsi que le Var et le Vaucluse, s'étaient distingués par une résistance républicaine au coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte.

Le Parti communiste a longtemps dirigé de nombreuses communes de la région (comme Aubagne, Draguignan, La Ciotat, Beausoleil) et maintient quelques bastions (Martigues, Gardanne, Arles notamment).

À partir des années 1980, la région a progressivement glissé à droite avec les changements démographiques et économiques, à l'exception des Alpes-de-Haute-Provence. Le Front national y enregistre également des scores particulièrement élevés. Si ce glissement est particulièrement fort pour les élections nationales, la gauche résiste cependant bien aux élections locales et conservent de nombreuses collectivités (conseil régional de 1998 à 2015, conseils généraux des Bouches-du-Rhône, de Vaucluse jusqu'en 2015, des Alpes-de-Haute-Provence, certaines communes).

Élection / collectivités Droite Gauche
Élection présidentielle de 2012 (2d tour) 57,62 % (Nicolas Sarkozy) 42,38 % (François Hollande)
Conseil régional de 2015 123 (LR-UDI-FN) 0
Conseils départementaux de 2015 5 1
Députés 27 15
Sénateurs 13 9
Villes chefs-lieux de département 4 2

Jumelages[modifier | modifier le code]

Régions jumelées avec la région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Drapeau de la Californie Californie États-Unis 1990 États-Unis[23]
Carte de Guangdong Guangdong République populaire de Chine 1985 République populaire de Chine[24]
Carte du Maroc Tanger-Tétouan-Al Hoceima Royaume du Maroc 2000 Royaume du Maroc[25]

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Variétés du provençal.
Articles détaillés : Occitan, Provençal, Niçois et Vivaro-alpin.

Selon la classification de la linguistique romane actuelle, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur appartient à l'aire occitane. Elle est d'ailleurs, depuis le redécoupage des régions françaises, l'unique région entièrement comprise dans l'aire occitane. Cependant, il existe une école revendiquant le provençal et le niçois comme langues distinctes de l'occitan, et distinctes entre elles-mêmes, (en contradiction avec le travail de Frédéric Mistral sur le sujet[26]) tout en appartenant à la famille des langues d'Oc, sur le modèle des langues par élaboration ou langues ausbau. Le conseil régional a adopté en décembre 2003 une motion affirmant « que la langue occitane ou langue d’Oc est la langue régionale de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur : le provençal rhodanien, le provençal maritime, le niçard et l’alpin sont les formes régionales de la langue occitane ou langue d’Oc en Provence-Alpes-Côte d’Azur »[2],[27].

La langue régionale est généralement appelée provençal et on distingue plusieurs variétés ou dialectes : rhodanien, maritime, niçard, vivaro-alpin (ou provençal alpin). Si la pratique du provençal est aujourd'hui marginale comme langue maternelle, il subsiste cependant dans la création locale musicale (Massilia Sound System, Moussu T e lei Jovents, Lo Còr de la Plana, Crous e Pielo, Fatche d'eux, Zou mai Aqui, Guy Bonnet, André Chiron, etc.) ou littéraire (Mas-Felipe Delavouet, Jean-Pierre Tennevin, Roland Pécout ou précédemment Théodore Aubanel, Frédéric Mistral, Joseph d'Arbaud, Victor Gelu). Des associations, dont le Félibrige, l'Union provençale, le Collectif Provence, l'IEO Provence, l''Astrado prouvençalo, l'Ostau dau País marselhés, Parlarèn, etc., entretiennent ce patrimoine linguistique.

Du fait des migrations, d'autres langues sont également parlées en Provence-Alpes-Côte d'Azur, notamment le corse, le kabyle, l'arabe maghrébin, le comorien ou l'italien.[réf. nécessaire]

Cuisine[modifier | modifier le code]

Partie intégrante du bassin méditerranéen et proche de l'Italie, la cuisine de Provence-Alpes-Côte d'Azur est marquée par ces influences : utilisation d'huile d'olive, d'olives (tapenade…), d'ail, d'herbes aromatiques (thym, romarin, laurier, sauge, etc.). La consommation de légumes d'été et des légumes secs l'hiver est importante : aubergines, poivrons, courgettes, tomates, etc. Dans le sud et le centre, l'agneau et le mouton sont très utilisés ainsi que les produits de la mer. Dans les Alpes, la cuisine comporte une abondance de salaisons et de fromages et certaines recettes traditionnelles font partie de la cuisine dauphinoise.

Parmi les produits locaux : la truffe (dont le Vaucluse est le premier producteur en France), le pastis, les herbes de Provence, l'huile d'olive (la région compte plusieurs AOC).

Littérature[modifier | modifier le code]

De nombreuses œuvres littéraires évoquent la région, dont l'œuvre littéraire (mais aussi théâtrale et cinématographique) de Marcel Pagnol. Ses Souvenirs d'enfance, par exemple (La Gloire de mon père, Le Château de ma mère, etc.), se déroulent principalement à Marseille et dans les collines environnantes, de même que le diptyque L'Eau des collines. On peut noter aussi les nouvelles qui composent les Lettres de mon moulin d'Alphonse Daudet et qui se situent pour la plupart dans les environs de Beaucaire (20 km à l'est de Nîmes et en face de Tarascon), et reprennent parfois des récits tirés du folklore provençal.

De nombreuses autres œuvres s'inspirent ou racontent la Provence, les Alpes du sud ou encore le territoire de l'ancien comté de Nice et dont les auteurs sont Frédéric Mistral, Joseph Roumanille, René Char, Théodore Aubanel, Clovis Hugues, Henri Bosco, Marie Mauron, Yvan Audouard, Pierre Magnan, Jean-Yves Royer, Jean Giono et bien d'autres. D'autres œuvres prennent place dans les diverses zones de montagnes de la région.

Musique[modifier | modifier le code]

La musique en provençal est très créative, aussi bien dans les genres traditionnels que dans les genres plus modernes, avec une vague folk depuis les années 1970 (Miquèla e lei Chapacans, Jan Nouvè Mabelly, Daumas…) et une seconde vague renouvelée depuis les années 1990 avec des genres nouveaux (comme Jean-Bernard Plantevin et les groupes Massilia Sound System, Nux Vomica, Gacha-Empega, Dupain, Crous e Pielo, Terro de Sau, lo Còrou de Berra, D'Aquí Dub, lo Còr de la Plana par exemple). On retrouve une riche production de rap en région PACA, à la fois ancienne (depuis le début des années 1990) et dynamique (avec de nombreux disques d'or et de platine), avec des groupes comme IAM (Akhenaton, Kheops, Freeman, Imhotep, Shurik'n, ce dernier étant originaire de Miramas), Psy'4 de la Rime (Alonzo, Soprano, Vincenzo, Sya Styles) ou la Fonky Family (Le Rat Luciano, Sat l'Artificier, Don Choa, Menzo, Pone, DJ Djel, Fel) à Marseille, Chiens de Paille (Sako et Hal) à Cannes, le collectif D'en Bas Fondation[28] (Veust Lyricist, Infinit', Mr Agaz..), les artistes solo Jul, Bouga, REDK, Keny Arkana et l'Algerino à Marseille, SCH à Aubagne, Saigne J[29],[30], Dialectic Pimp et Deen Burbigo à Toulon, Hooss[31] à Fréjus, Kalash l'Afro à Berre-l'Etang et bien d'autres encore

Cinéma[modifier | modifier le code]

Les frères Lumière, qui possédaient une maison à la Ciotat, y ont réalisé leurs premières œuvres cinématographiques avec celles tournées à leur usine de Lyon : L'Arrivée d'un train en gare de La Ciotat, L'Arroseur arrosé. La première salle de cinéma de l'histoire, L'Éden, se situe à La Ciotat.

De nombreux films ont été réalisés dans la région, notamment de Marcel Pagnol et d'Henri Verneuil : Napoléon d'Abel Gance, Toni, réalisé et tourné à Martigues par Jean Renoir, La Femme du boulanger de Marcel Pagnol, tourné au Castellet.

Symboles[modifier | modifier le code]

Arms of the French Region of Provence-Alpes-Côte d'Azur 2.svg

Blasonnement :
parti, au premier d’or aux quatre pals de gueules, au second coupé en premier d’or au dauphin d’azur crété, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules, et en second d’argent à l’aigle couronné de gueules, empiétant une montagne aux trois coupeaux de sable issant d’une mer d’azur et ondée d’argent

Le blason adopté par le conseil régional rassemble les armes anciennes de la Provence avec celles du comté de Nice et du Dauphiné. Sur le drapeau, les couleurs de Provence occupent les deux tiers de la surface à la hampe :

Flag of Provence-Alpes-Cote dAzur.svg

Économie[modifier | modifier le code]

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur produit 7 % du PIB français, ce qui la situe au troisième rang national et 16e européen[14].

L'économie régionale a été touchée par la crise économique de 2008, mais moins que le reste du pays. Toutefois, la croissance démographique forte crée un déficit d'emplois et un chômage structurellement plus important[14].

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture est diversifiée : viticulture (Côtes-du-Rhône, Côtes-de-Provence), maraîchage (Vaucluse), primeurs (Var), fleurs à parfums (Côte d’Azur), riziculture (Camargues). L'élevage reste extensif[32] : bovins et chevaux (Camargue) ou ovins (Alpes).

La forêt occupe un tiers du territoire régional, mais est peu utilisée par l'agriculture[12]. La région PACA est par ailleurs la première région de France, proportionnellement, en termes d'agriculture biologique, avec en 2012 13 % de la surface agricole utile (SAU) certifiée, contre 3,6 % en moyenne sur le territoire national[33]. Des initiatives ont été prises afin de favoriser les commandes publiques, notamment en restauration scolaire, de produits issus du bio[34].

Industries[modifier | modifier le code]

Longtemps, l'activité industrielle s'est concentrée autour des ports (construction navale, industries alimentaires et savonneries) puis dans la vallée du Rhône (chimie). Après la Seconde Guerre mondiale, le port de Marseille s'est étendu vers l'étang de Berre et le golfe de Fos, débouchant sur la création d'un important complexe pétrolier et industriel. Le secteur pétrochimique est ainsi particulièrement important (butadiène, chlore gazeux, propylène, éthylène, caoutchouc)[12].

L'industrie de l'aluminium est implantée à Gardanne, né de la proximité d'un bassin houiller et des mines de bauxite du Var[12], et qui subsiste même si les mines sont aujourd'hui fermées, ainsi que l'industrie du parfum à Grasse et, plus récemment, des activités liées aux télécommunications (micro-électrique, multimédia, informatique)[12].

L'agroalimentaire est présent par la production de fruits confits, lentilles en conserve, conserves de truffes, semoule, pâtes, confiserie, plats cuisinés[12]. Enfin, on note la présence d'industries liées à la mer, telle la Comex[12].

Comme ailleurs en France, l'emploi industriel est en déclin en Provence-Alpes-Côte d'Azur, mais moins que dans le reste du pays car les secteurs les plus touchés par ce déclin (automobile, textile) sont moins présents dans la région[14].

Un très important développement des industries chimiques notamment a eu lieu sur le quartier des Riaux

Commerce et services[modifier | modifier le code]

L'économie de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur est dominée par le secteur tertiaire, qui représente plus de 80 % des emplois[14].

Le tourisme est un secteur particulièrement important : fort de son climat et de la variété de ses paysages, Provence-Alpes-Côte d'Azur est la deuxième région touristique de France, après l'Île-de-France. Un tourisme d'hiver a émergé sur la côte d'Azur dès le XIXe siècle pour une riche clientèle étrangère. Il a été remplacé par un tourisme d'été populaire à partir des années 1950, qui a gagné l'ensemble du littoral.

Recherche et enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Provence-Alpes-Côte d'Azur compte quatre universités :

À cela s'ajoute des écoles d'ingénieurs (notamment l'École centrale de Marseille et Polytech Marseille) et 14 organismes publics de recherche, pour un total de 17 000 chercheurs et enseignants-chercheurs[35]. La région abrite également six technopôles ainsi qu'un centre du Commissariat à l'énergie atomique à Cadarache où est conduit le projet international ITER de réacteur nucléaire utilisant la fusion.

Transports[modifier | modifier le code]

Provence-Alpes-Côte d'Azur est desservie par les aéroports de Nice-Côte d'Azur et Marseille Provence, respectivement les premier et troisième aéroports de France hors région parisienne, ainsi que des aéroports moins importants (Toulon-Hyères, Avignon-Provence, Cannes-Mandelieu).

La ligne de train à grande vitesse Méditerranée relie Paris à Marseille Saint-Charles en trois heures et dessert Avignon et Aix-en-Provence. Le projet de LGV jusqu'à Nice a été abandonné récemment au profit du renforcement de lignes classiques sur lesquelles pourront rouler les TGV.

Les TER Provence-Alpes-Côte d'Azur comptent un réseau de 1 008 km et environ 64 300 voyageurs par jour. Ce réseau souffre toutefois de retards fréquents[36]. La ligne de Nice à Digne est exploitée par les Chemins de fer de Provence. Le réseau ferroviaire régional est complété par des lignes d'autobus.

Marseille est la seule ville de la région dotée d'un métro. Elle dispose également d'un réseau de tramway, tout comme Nice ; un réseau de tramway est en construction à Aubagne et un autre en projet à Avignon.

Les principales autoroutes de la région sont l'A7 (Lyon à Marseille via Avignon), l'A8 (A7 vers Nice et l'Italie), l'A50 (Marseille à Toulon), l'A51 (Marseille à Gap), l'A52 (Aubagne à Aix), l'A54 (Salon de Provence vers Saint-Martin-de-Crau, Arles et Nîmes), l'A55 (Marseille à Martigues) et l'A57 (Toulon à l'A8).

Provence-Alpes-Côte d'Azur est une importante région portuaire : le port de Marseille, qui s'étend du Vieux-Port de Marseille à Fos-sur-Mer, est le premier port de France, le deuxième de Méditerranée et le quatrième d'Europe. Le port militaire de Toulon est la principale base navale française.

Sports[modifier | modifier le code]

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur compte de nombreux clubs de sport importants :

Provence-Alpes-Côte d'Azur a accueilli plusieurs compétitions internationales :

La région accueille par ailleurs de nombreuses épreuves cyclistes, dont certaines étapes du Tour de France et parfois des étapes du Tour d'Italie.

La pétanque est un sport particulièrement associée à la région et Marseille accueille chaque année le Mondial la Marseillaise qui en est une des plus importantes compétitions.

Stades Capacité Club résident
Stade Vélodrome 67 394 places Olympique de Marseille
Allianz Riviera 35 624 places OGC Nice
Parc des Sports 17 518 places AC Arles-Avignon
Stade du Ray 17 415 places aucun, réaménagement immobilier prévu
Stade Parsemain 17 170 places FC Istres
Stade Mayol 15 500 places RC Toulon

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pierre Dartout, préfet de la Nouvelle-Aquitaine nommé préfet de la région PACA », francetvinfo.fr, (consulté le 22 novembre 2017)
  2. a et b Motion votée le 5 décembre 2003 énonçant que le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur « affirme solennellement que la langue occitane ou langue d’Oc est la langue régionale de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur : le provençal rhodanien, le provençal maritime, le niçard et l’alpin sont les formes régionales de la langue occitane ou langue d’Oc en Provence-Alpes-Côte d’Azur » Les Confettis de Babel Diversité linguistique et politique des langues, Louis-Jean Calvet et Alain Calvet, Organisation internationale de la francophonie, Éditions Écritures, 2013, (ISBN 2359051121), (ISBN 9782359051124)
  3. La Commission nationale de toponymie utilise la version Provence-Alpes-Côte-d’Azur, conformément à l'usage français des traits d'unions.
  4. occitan : Provença-Aups-Còsta d'Azur
  5. [PDF] Décret no 76-722 du 2 août 1976 portant modification du nom d'une région, publié au Journal officiel de la République française du .
  6. Insee - Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration en Provence-Alpes-Côte d’Azur, consulté le 11 novembre 2016
  7. « Provence-Alpes-Côte d'Azur : on y naît, on y (re)vient et souvent on y reste », Insee Provence-Alpes-Côtes d'Azur - Synthèse Flash, n° 6, janvier 2011, consulté le 11 novembre 2016
  8. Décret n° 60-516 du 2 juin 1960 portant harmonisation des circonscriptions administratives
  9. Liste des collectivités territoriales françaises, Commission nationale de toponymie.
  10. « La région PACA va changer de nom », Le Monde, 4 août 2009.
  11. a et b Vauzelle renonce à changer le nom de Paca, Var-Matin, 29 septembre 2010.
  12. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Provence-Alpes-Côte d'Azur », sur Larousse.fr
  13. « PACA CLIMAT », sur pacaclimat.blogspot.fr (consulté le 28 juillet 2016)
  14. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m « Portrait de la région PACA », sur pas.regionpaca.fr
  15. a et b « Le découpage en unités urbaines de 2010 », sur le site de l'Insee
  16. a et b Yvan Gastaut, Histoire de l’immigration en PACA, Université de Nice
  17. « Zones d'emploi PACA », sur INSEE
  18. a et b « Zone d'emploi PACA », sur Gouv
  19. « France Urbaine », sur FranceUrbaine
  20. « Liste des unités urbaines de france », sur Wikipédia
  21. « Liste des aires urbaines de france », sur wikipédia
  22. « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur le site de l'Insee, consulté le 6 novembre 2016
  23. California's sister state relationships
  24. Relations entre la France et le Guangdong, http://www.ambafrance-cn.org
  25. [1], http://www.amb-maroc.fr
  26. http://www.lexilogos.com/provencal/felibrige.php?p=-1
  27. Louis-Jean et Alain Calvet, Les Confettis de Babel, Éditions OIF, p. 12-13
  28. (en) « Collectif D'en Bas Fondation », sur Discogs (consulté le 26 septembre 2017)
  29. « [Section de Toulon de la LDH] rappeur toulonnais poursuivi pour injures envers la police : relaxe », sur section-ldh-toulon.net (consulté le 26 septembre 2017)
  30. (en) « Saigne J on Apple Music », sur Apple Music (consulté le 26 septembre 2017)
  31. (en) « Hooss », sur Genius (consulté le 26 septembre 2017)
  32. « La filière Élevage », sur draaf.paca.agriculture.gouv.fr
  33. Rapport au Parlement de juillet 2013 sur le Programme national pour l'alimentation, p. 48
  34. Par exemple, http://www.offre-alimentaire-paca.fr/
  35. « Recherche et innovation », sur regionpaca.fr
  36. « Palmarès des Régions », La Vie du Rail,‎ (ISSN 0042-5478).[réf. incomplète]
  37. « Mondial de L’Escalade 2017 - Serre Chevalier », sur www.serre-chevalier.com (consulté le 20 juin 2017)
  38. « Hautes-Alpes : Le Mondial d'escalade à Briançon se dévoile », sur www.dici.fr, (consulté en juin 2017)
  39. (en) « Mondial de l'escalade de Briançon », sur mondial de l'escalade (consulté le 20 juin 2017)
  40. (en) « FFME - Escalade - Résultats », sur FFME (consulté le 20 juin 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]