Proto-écriture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Divers systèmes de signes ont été utilisés depuis le néolithique sans former une écriture phonétique. Certains de ces systèmes sont plus anciens que l'écriture sumérienne.

Une sémasiographie est un système de signes graphiques porteurs de sens (les sémasiogrammes) dont le fonctionnement ne s'appuie pas sur une représentation directe de la parole. Une sémasiographie ne passe donc pas par une conceptualisation parlée dans une langue. Elle ne comporte pas non plus d'indication grammaticale. Le terme a été introduit en 1952 par Ignace Gelb dans A Study of Writing, The Foundations of Grammatology[1].

Relations avec l'écriture[modifier | modifier le code]

Les spécialistes ne s'accordent pas sur la question de savoir si les sémasiographies doivent être considérées comme relevant de l'écriture à proprement parler. On observe historiquement que les plus anciens systèmes d'écriture connus, le cunéiforme, les hiérogyphes égyptiens et les caractères chinois, prennent leur source dans des sémasiographies, d'où les termes de pré-écritures ou de proto-écritures employés pour qualifier ces dernières par ceux qui n'y voient pas des écritures vraies. Dans cette optique, le passage à l'écriture proprement dite se fait quand une composante phonétique commence à être incorporée au système, typiquement pour exprimer sur le mode du rébus certaines significations difficiles à évoquer directement de manière graphique.

D'autres spécialistes ont une conception plus large de l'écriture et distinguent écritures sémasiographiques (sans référence à la langue parlée) et écritures glottographiques (comportant une composante redevable de la langue parlée).

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Les lettres des Youkaguirs en Sibérie.
  • Les symboles Adinkra des Akans au Ghana et en Côte d'Ivoire.
  • Le nsibidi du Nigeria (si ce n'est pas une écriture logographique à part entière).
  • Les rongorongo de l'île de Pâques.
  • Les signes gravés sur les tablettes exhumées à Glozel, s'ils ne sont pas des faux, seraient une proto-écriture datant de l'âge du fer, selon les datations par thermoluminescence. Le docteur Morlet, qui a conduit les fouilles dans les années 1925-1936, les attribuait au néolithique.
  • Les signes de la culture de Vinča, dans les Balkans. Certains auteurs considèrent ces signes des Ve et IVe millénaires avant J.-C. comme une écriture à part entière[2]. Si elles sont authentiques, les tablettes de Tărtăria, en Roumanie, relèvent de la même époque.
  • La tablette de Dispilio, près de Kastoria en Grèce : en bois, elle a été datée d'environ 5 200 avant J.-C[3].
  • Des signes gravés du paléolithique, par exemple sur un bâton en bois de renne trouvé dans le commune de Lacave, et publiés par Armand Viré[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Boüüaert, « Comptes rendus - Gelb (Ignace J.). A Study of Writing, The Foundations of Grammatology », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. 32, nos 32-4,‎ , p. 1118-1130 (ISSN 2295-9068, lire en ligne, consulté le 2 octobre 2014).
  2. (en) Shan M. M. Winn, Pre-writing in Southeastern Europe : the sign system of the Vinča culture, ca. 4000 B.C., Calgary, Western Publishers, , ix-421 p. (ISBN 0-919119-09-3).
  3. (en) Yorgos Facorellis, Marina Sofronidou et Giorgos Hourmouziadis, « Radiocarbon Dating of the Neolithic Lakeside Settlement of Dispilio, Kastoria, Northern Greece », Radiocarbon, vol. 56, no 2,‎ , p. 511–528 (ISSN 0033-8222 et 1945-5755, DOI 10.2458/56.17456, lire en ligne, consulté le 21 novembre 2020)
  4. Armand Viré, « Un signe d'écriture magdalénienne de la Crozo de Gentillo, à Lacave (Lot) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. XXIII,‎ , p. 166-167.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maxime Gorce, Les pré-écritures et l'évolution des civilisations, Paris, Klincksieck, 1974, 197 p. (ISBN 2-252-0-1553-5)
  • Claude Gruaz, Du signe au sens : pour une grammaire homologique des composants du mot, Mont-Saint-Aignan, Publications de l'université de Rouen, , 195 p., 24 × cm (ISBN 2-87775-016-7, OCLC 417604008, notice BnF no FRBNF35098533, lire en ligne), chap. 6 (« Systèmes d'écriture : de la typologie à la supralangue »)
  • Richard Leeman, « Gare au graphe », Linx, vol. 31, no 31,‎ , p. 65-80 (ISSN 2118-9692, lire en ligne, consulté le 2 octobre 2014)
  • Larissa Bonfante, John Chadwick, B. F. Cook, W. V. Davies, John F. Healey, J. T. Hooker, C. B. F. Walker (trad. Christiane Zivie-Coche, préf. J. T. Hooker), La naissance des écritures : du cunéiforme à l'alphabet [« Reading the Past : Ancient Writing from Cuneiform to Alphabet »], Paris, Seuil, , 503 p., 25 cm (ISBN 2-02-033453-4)
  • L'Histoire de ta vie (1998), nouvelle de Ted Chiang à l'origine du film Premier contact (Arrival) de Denis Villeneuve et dans laquelle les extra-terrestres semblent employer un langage sémasiographique.
  • Premier contact (2016), film de Denis Villeneuve

Articles connexes[modifier | modifier le code]