Proto-État

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (novembre 2015).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

image illustrant le [[droit <adj>]]
Cet article est une ébauche concernant le droit.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Un proto-État est littéralement un État en formation ; le terme proto vient du grec prôtos : « Premier en temps ou lieu ».

Description[modifier | modifier le code]

On parle de proto-État pour évoquer une structure ne pouvant être qualifiée d'État car trop primitive. Un proto-État dispose d'un certain nombre de caractéristiques propres aux États modernes sans disposer de toutes les caractéristiques.

Pour Georges El Khoury, chargé d’enseignement à la Faculté de gestion de management de l'Université Saint-Joseph de Beyrouth, « le terme de proto-État a d’abord été utilisé par les préhistoriens, les historiens et les géographes pour désigner une organisation politique et sociale intermédiaire entre l’organisation de type communautaire (clans, tribus, chefferies, royautés pré-étatiques, etc.) et l’organisation politique de type étatique. »[1] Ce terme est inspiré du concept de proto-nation[2] développé par Jean Ziegler dans un contexte différent dans son ouvrage Terre qu'on a : « c'est une société hétérogène. Le pouvoir politique y fait l'objet de luttes, de négociations, de transactions permanentes. La proto-nation opère au niveau de la conscience collective une sorte de consensus contractuel. Ce consensus est extrêmement fragile mais existe. »[3]

Dans la littérature et dans différents contextes ou époques, on trouve des exemples de proto-États : le Mali post-colonial[2], la Palestine[4], la République démocratique du Congo[réf. nécessaire] et l'État islamique[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges El Khoury, « Typologie de réformes de l’Etat : Un moyen de changement garantissant la souveraineté étatique »
  2. a et b Pierre Jacquemot, « Le proto-État africain : quelques réflexions autour de l'histoire contemporaine du Mali », Tiers-Monde, t. 24, no 93 « Le rôle de l'État dans le Tiers Monde, sous la direction de Moïses Ikonicoff »,‎ , p. 127-141 (DOI 10.3406/tiers.1983.4263, lire en ligne).
  3. Jean Ziegler, Terre qu'on a, Éditions de l'Atelier, (lire en ligne), page 89
  4. Adrien Jaulmes, « Ramallah, capitale d'un proto-État », sur Le Figaro,‎
  5. Édouard de Mareschal, « L'acronyme «Daech» peut-il encore désigner la réalité de l'Etat islamique ? », sur Le Figaro,‎