Prostitution en Russie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La prostitution en Russie est illégale. La sanction pour engagement dans la prostitution est une amende de 1500 à 2000 roubles[1]. De plus, l'organisation de la prostitution est passible d'une peine de prison. La prostitution reste un problème en Russie[2].

Aperçu historique[modifier | modifier le code]

Le passeport jaune était une carte d'identité spéciale délivrée aux prostituées.

La prostitution en Russie est devenue courante après les réformes militaires de Pierre Ier le Grand, qui ont créé une classe considérable d'hommes célibataires qui servaient dans l'armée. Ces soldats ont commencé à générer une demande en prostitution. Les monarques qui ont suivi Pierre I ont eu différentes approches de la prostitution, allant de l'abolition complète à la décriminalisation.

À partir du 6 octobre 1843, la prostitution était légale dans l'Empire russe et les prostituées recevaient une carte d'identité spéciale. De nombreux bordels existaient dans la plupart des villes, variant considérablement en classe et en prix. Les clients comprenaient divers groupes allant de l'aristocratie à la classe ouvrière. Légalement, seules les femmes étaient autorisées à posséder des bordels. Cependant, la prostitution de rue illégale était encore dominée par des proxénètes masculins. Le terme kot (russe : кот, tomcat) a été utilisé pour un proxénète homme, tandis qu'une proxénète femme était appelée bandersha (russe : бандерша).

Après l'ouverture du Japon, Vladivostok devint le centre de colonisation des Japonais émigrant en Russie. Une succursale de l'Japanese Imperial Commercial Agency (日本貿易事務官, Nihon bōeki Jimukan?) été ouverte en 1876[3]. Leur nombre est passé à 80 personnes en 1877 à 392 en 1890; les femmes étaient plus nombreuses que les hommes par un facteur de 3/2, et beaucoup travaillaient comme prostituées (Karayuki-san)[4]. Cependant, leur communauté est restée petite par rapport aux communautés chinoises et coréennes plus nombreuses ; une enquête du gouvernement russe de 1897 a révélé que 42 823 Chinois, 26 100 Coréens, et 2 291 Japonais habitaient dans l'ensemble de la région de Primorye. Une grande partie de l'immigration provenait des villages du nord de Kyūshū.

Dans l'Extrême-Orient russe, à l'est du lac Baïkal, les prostituées et les marchands japonais constituaient la majorité de la communauté japonaise de la région après les années 1860[5]. Des groupes nationalistes japonais, comme la Société de l'Océan noir et la Société du Dragon noir, ont glorifié et applaudi l'armée amazonienne de prostituées japonaises dans l'Extrême-Orient russe et en Mandchourie et les ont enrôlées comme membres[6]. Certaines missions et collectes de renseignements ont été effectuées autour de Vladivostok et d'Irkoutsk par des prostituées japonaises[7].

Avant 1917, il y aurait eu entre 25 000 et 30 000 prostituées à Moscou. Des prophylactoriums, centres de traitement médical, ont été créés en 1925 pour soigner les alcooliques et les prostituées. En 1929, il y en avait cinq à Moscou. Le conseil de prophylactorium de Moscou a estimé qu'il y avait 3000 prostituées à Moscou en 1928. Des coopératives artisanales ont été créées pour leur fournir un emploi alternatif. Selon des recherches secrètes menées à la fin des années 1920, près de 60% des hommes soviétiques urbains recouraient aux services de prostituées. Il y avait aussi une catégorie distincte de prostituées qui travaillaient dans des hôtels pour touristes étrangers et n'acceptaient les paiements qu'en devises étrangères. Les femmes qui travaillaient dans les hôtels ordinaires et dans les gares étaient souvent protégées de la police locale, mais celles des hôtels de luxe étaient sous l'aile du KGB[8].

La prostitution est illégale en Russie depuis la création de l'Union soviétique. Cependant, pendant les années post-soviétiques, cette industrie a connu une croissance significative.

«Tochka»[modifier | modifier le code]

Tochka est un euphémisme populaire pour un marché en plein air des prostituées à Moscou et dans d'autres grandes villes russes, un mot qui signifie littéralement «point» ou « emplacement » en russe.

Actions du gouvernement de la ville de Moscou[modifier | modifier le code]

À partir de la fin des années 1990, le gouvernement de la ville de Moscou a fait de nombreuses tentatives notables pour éliminer la prostitution en Russie, et il y eut de lourdes peines de prison pour éliminer ces marchés, comme le long de Tverskaya, l'avenue principale de Moscou. Les Tochkas sont contrôlés par des gangs criminels organisés qui corrompent les services de police locaux afin de rester aux affaires. Au lieu de cela, la police de la ville a vérifié au hasard les documents des femmes voyageant seules après la tombée de la nuit. Pour cette raison, les prostituées emportaient souvent une centaine de roubles pour soudoyer la police[9],[10],[11],[12].

Prostitution des enfants, prostituées étrangères, prostitution forcée et traite des femmes[modifier | modifier le code]

La Russie est une source majeure de femmes victimes de la traite dans le monde à des fins d'exploitation sexuelle[13]. La Russie est également une destination et un pays de transit importants pour les personnes victimes de la traite à des fins d'exploitation sexuelle et par le travail des pays régionaux et voisins vers la Russie, puis vers l'Europe, l'Asie et l'Amérique du Nord. À Tel-Aviv, le nombre de bordels est passé de 30 à 150 entre 1996 et 2001 - en grande partie à cause d'un afflux de prostituées russes en Israël[14].

L'Organisation internationale du travail estime que 20 pour cent des cinq millions d'immigrants illégaux en Russie sont victimes de travail forcé, qui est une forme de trafic. Des rapports font état de trafic d’enfants et de tourisme sexuel impliquant des enfants en Russie. Le gouvernement russe a fait des efforts pour lutter contre la traite, mais a également été critiqué pour ne pas avoir respecté les normes minimales pour l’éliminer[15]. Le Bureau de surveillance et de lutte contre la traite des personnes du Département d'État des États-Unis classe la Russie comme un pays de « niveau 3 »[16].

Un cas important de prostitution forcée et de meurtre de masse a été découvert en 2007 près de la ville industrielle de Nijni Taguil. Une bande de proxénètes avait enlevé des filles et les avait forcées à travailler comme prostituées dans leur bordel, tuant celles qui refusaient. Une fosse commune avec jusqu'à 30 victimes a été trouvée.

Trois prostituées chinoises ont été arrêtées à Moscou en janvier 2009[17]. En 2011, un bordel à Moscou avec des prostituées chinoises et vietnamiennes qui ne servait que des citoyens chinois comme clients a été découvert, il a fait de la publicité à ses clients chinois via des messages codés dans un journal en langue chinoise mais a été découvert par la police[18].

Des passeurs de clandestins ont contraint des femmes vietnamiennes à travailler dans des bordels à Moscou. Les passeurs ont saisi les papiers de voyage des femmes vietnamiennes et leur ont mentis en leur disant qu'une usine textile allait les embaucher. La police russe n'a pas réussi à arrêter les coupables car l'un des directeurs du bordel vietnamien était un membre de la famille d'un l'employé de l'ambassade du Vietnam, qui a prévenu les criminels à temps. Le nombre de prostituées vietnamiennes involontaires se chiffre en milliers. Les bordels basés en Russie sont des destinations via la Chine pour les filles vietnamiennes qui ont été contraintes de se livrer au commerce du sexe par des passeurs.

Une Américaine vietnamienne, Hui Danh, a demandé de l'aide pour extraire du bordel de Moscou sa sœur cadette Huynh Thi Be-Huong. L'effort de Hui Danh a permis au bordel de libérer ces 15 femmes vietnamiennes. Une adolescente de 16 ans seulement faisait partie des 15 prostituées forcées[19]. Trois femmes vietnamiennes sont rentrées dans la ville d'Ho Chi Minh après avoir été amenées en Russie à se prostituer par une autre femme[20].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Le passeport jaune - un long métrage américain de 1916
  • Le Passeport jaune - un long métrage américain de 1931
  • Interfille - un film dramatique de 1989
  • Tochka - un film dramatique de 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Russian Federation: Code of Administrative Offences of the Russian Federation No. 195-FZ of December 30, 2001 (as amended up to April 2, 2012) », www.wipo.int (consulté le )
  2. (en) Hays, « PROSTITUTION, SEX ABUSE AND RAPE IN RUSSIA | Facts and Details », factsanddetails.com (consulté le )
  3. Saveliev et Pestushko, Yuri S., « Dangerous Rapprochement: Russia and Japan in the First World War, 1914-1916 », Acta Slavica Iaponica, vol. 18,‎ , p. 19–41 (lire en ligne, consulté le ) See section "Japanese Communities within the Russian Far East and Their Economic Activities"
  4. Sharon A. Minichiello, Japan's Competing Modernities: Issues in Culture and Democracy 1900-1930, Hawaii, United States, University of Hawaii Press, (ISBN 978-0-8248-2080-0) (Pages 47-49)
  5. Li Narangoa et R. B. Cribb, Imperial Japan and National Identities in Asia, 1895-1945, vol. Volume 31 of NIAS studies in Asian topics: Nordisk Institut for Asienstudier, illustrated (no Issue 31 of Nordic Institute of Asian Studies monograph series, Issue 31 of Studies on Asian topics, Nordisk Institut for Asienstudier København), (ISBN 978-0700714827, lire en ligne), p. 45
  6. Li Narangoa et R. B. Cribb, Imperial Japan and National Identities in Asia, 1895-1945, vol. Volume 31 of NIAS studies in Asian topics: Nordisk Institut for Asienstudier, illustrated (no Issue 31 of Nordic Institute of Asian Studies monograph series, Issue 31 of Studies on Asian topics, Nordisk Institut for Asienstudier København), (ISBN 978-0700714827, lire en ligne), p. 46
  7. Jamie Bisher, White Terror: Cossack Warlords of the Trans-Siberian, Routledge, (ISBN 978-1135765958, lire en ligne), p. 59
  8. (en) « Russia's intimate salons », openDemocracy, (consulté le )
  9. Nyet to Trafficking, Nationalreview Online, June 18, 2003
  10. Stanley, Alessandra. (1998-03-03) With Prostitution Booming, Legalization Tempts Russia – NYTimes.com. New York Times. Retrieved on 2011-03-30.
  11. Russia's sex slave industry thrives, rights groups say. CNN (2008-07-18). Retrieved on 2011-03-30.
  12. Moscow targets sex trade at last | World news. The Guardian. Retrieved on 2011-03-30.
  13. Johanna Granville, "From Russia without Love: the 'Fourth Wave' of global human trafficking," Demokratizatsiya; vol. 12, no. 1 (winter 2004), pp. 147–155.
  14. The Skin Trade. TIME (2001-06-24). Retrieved on 2011-03-30.
  15. Human Trafficking & Modern-day Slavery – Russia. Gvnet.com. Retrieved on 2011-03-30.
  16. « Russia 2018 Trafficking in Persons Report » [archive du ], U.S. Department of State (consulté le )
  17. In Moscow, arrested three Chinese prostitutes . TIME (January 14, 2009). Retrieved on 2012.03.06
  18. Prostitutes from China to Moscow was caught on the verses!. TIME (08.04.2011). Retrieved on 2012-03-06.
  19. NGO, « From BPSOS/CAMSA, Dr. Nguyen Dinh Thang's letter » [archive du ], GiveForward,
  20. HoangLe, « AAT's center receives four women victims of human trafficking repatriated from Russia and Malaysia » [archive du ], Alliance Anti Trafic,

Liens externes[modifier | modifier le code]