Prosper d'Epinay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Prosper d'Épinay)
Aller à : navigation, rechercher
Le Marocain (1869), aquarelle par Marià Fortuny, musée du Prado. Prosper d’Épinay a pris la pose.

Prosper d'Epinay ou Nemo[1], né le 13 juillet 1836 à Pamplemousses (Île Maurice) et mort le 23 septembre 1914 à Saint-Cyr-sur-Loire, est un sculpteur et caricaturiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Prosper d’Epinay est le fils du comte Adrien d'Epinay et le neveu de Prosper d'Epinay, hommes politiques mauriciens.

Son père, avocat et descendant d’une ancienne famille de la noblesse bretonne est marié à Marguerite Le Breton de la Vieuville. À peine âgé de trois ans, ses parents l’emmènent en France. Son père y décède au bout de quelques mois, au retour d’un voyage à Londres. Prosper retourne avec sa mère dans son île natale, où il fait des études dans la petite école de Pamplemousses, puis au pensionnat Snellgrove à Port-Louis. Dès son jeune âge, il manie l’ébauchoir et pétrit la terre glaise[2]. Il est aussi caricaturiste.

Jeanne d'Arc au Sacre (1902), statue polychrome, cathédrale de Reims.

1851-1864 : Paris, Rome et Londres[modifier | modifier le code]

Prosper d’Epinay part faire ses études à Paris, en 1851. En France, c’est un ancien préfet, Jacques Éloi Mallac, qui lui sert de tuteur légal. Après un court retour en 1857, il doit quitter à nouveau l'île Maurice pour, cette fois, aller étudier la sculpture à Paris dans l’atelier Jean-Pierre Dantan. Il se forme à son art de 1858 à 1860 et réalise des portraits charges. Il éprouve une attirance pour l’art du XVIIIe siècle, dont l’influence va se retrouver dans son œuvre.[réf. nécessaire]

Résident à la Villa Médicis[3] à Rome, il découvre la sculpture antique. Il y est l'élève du sculpteur Luigi Amici, auteur du tombeau du pape Grégoire XVI.

En 1864, il s’établit à Rome et fonde l’atelier de la via Sistina, qu’il va diriger de 1864 à 1912[4].

En Italie, il devient l’ami de deux célèbres artistes, le peintre catalan Marià Fortuny, et le peintre orientaliste Henri Regnault. Fortuny brosse le portrait de Prosper d’Epinay.

Les débuts[modifier | modifier le code]

En 1864, d’Epinay connaît un premier succès à Londres avec son groupe caricatural[5] intitulée Entente cordiale représentant Napoléon III et Lord Palmerston bras dessus bras dessous et « s’étudiant du coin de l’œil en politiciens retors ». Des copies en bronze sont tirées à plusieurs milliers d’exemplaires par un éditeur londonien[2].

Le vrai succès arrive la même année avec la statue de L’Innocence que le duc de Luynes lui commande pour son château de Dampierre. En 1865, Prosper d’Epinay sculpte le Buste de la princesse de Galles, future reine du Royaume-Uni, Alexandra de DanemarkDont l’amitié lui ouvre les portes de la haute société britannique.[réf. nécessaire].

La statue de son père est inaugurée à l'Île Maurice au jardin de la Compagnie à Port-Louis le 26 septembre 1866. En 1867, également sûr son île natale, il exécute la statue de William Stevenson, gouverneur de l'île. Il réalise aussi un grand nombre de statuettes et de portraits de types orientaux.

Il revient en Europe. À cette époque, le jeune sculpteur est membre de plusieurs associations telles que le cercle de l’union artistique de Paris, ainsi que le circolo della Caccia de Rome, qu’il contribue activement à fonder toutes deux avec quelques amis, respectivement en 1860 et 1870.

Prosper d’Epinay se marie le 25 novembre 1869, à Paris, avec Claire Mottet de La Fontaine[6], fille d’Adolphe Mottet de La Fontaine, capitaine au service du Nizam de l'Hyderâbâd Asaf Jah IV et d’Élisabeth de Warren, une artiste-peintre. Claire est comme lui une « quasi-orientale », aux yeux des Européens de son époque. Elle est née à Golconde[7].

Sculpteur des familles princières[modifier | modifier le code]

Buste de l'impératrice Élisabeth d'Autriche (1869)

Parmi ses clients figurent des souverains, des nobles, ou de multiples célébrités. Durant sa carrière, il exécute nombre de bustes, parmi lesquels ceux de reines et de princesses, Ce qui lui valut le surnom de « sculpteur de souveraines »[réf. nécessaire]. En 1870, il réalise un buste de l’impératrice Élisabeth d’Autriche.

En 1873, le musée de Madrid[Lequel ?] lui commande le buste en bronze du peintre Marià Fortuny[8]. Il partage sa vie entre Rome, Paris et Londres, où il s’installe. Il est proche des milieux légitimistes parisiens et du comte de Chambord, mais aussi du prince Demidoff et des aristocrates anglais, souvent beaucoup plus libéraux.

Le Salon de 1874 voit le couronnement de son talent et détermine l’orientation de son art. Son œuvre en marbre de Carrare d'une jeune femme nue, essayant de fermer une ceinture, Ceinture dorée, connaît une grande notoriété en France, mais aussi à l’étranger. Dans le même temps, Prosper d’Epinay réalise plusieurs portraits de l'épouse du roi Édouard VII.

Il sculpte également les bustes de Napoléon III, d’Eugénie et du prince impérial, conservés au château de Compiègne.

En 1881, la mairie de Port-Louis lui commande le groupe Paul et Virginie[9]. Une autre version se trouve dans le jardin de l’hôtel de ville de Curepipe.

En 1898, il expose le portrait du duc d’Aumale et ceux du marquis de Morès et de son épouse Medorahau au Salon du cercle de l’union artistique. À la mort du marquis de Morès, il réalise un portrait de celui-ci et de sa femme pour orner leur tombe.

Les dernières années[modifier | modifier le code]

Il réalise une statue polychrome de Jeanne d'Arc intitulée Jeanne d’Arc au Sacre qu'il expose au Salon des artistes français en 1902. Elle est offerte par un mécène à la cathédrale de Reims en juillet 1909, à l'occasion des fêtes de la béatification de Jeanne d'Arc. Cette œuvre est placée à l’endroit précis où Jeanne d’Arc se tint durant le sacre de Charles VII.

En 1908, lors de l'exposition anglo-française de Londres, il envoie le buste en marbre de la reine Alexandra de Danemark[10], réalisé en 1906. En 1909, Prosper d’Épinay figure au Salon des humoristes.

D’Epinay est aussi un collectionneur de peintures, entre autres de José Villegas Cordero[11]. Il aide le jeune Alexandre Falguière[Comment ?]. Il possède une bibliothèque que le conseil de Curepipe décide d’acquérir après sa mort et qui constitue le noyau de l’actuelle bibliothèque Carnegie. Il fournit des caricatures à Vanity Fair de novembre 1868 à 1914. Il se retrouve au centre d’une polémique ourdie par quelques artistes, au sujet du buste de Benivieni, acheté comme authentique par le musée du Louvre et payé 50 000 francs[12].

Prosper d’Epinay meurt le 23 septembre 1914 à La Chanterie, à Saint-Cyr-sur-Loire. Il est enterré au cimetière du Montparnasse à Paris. Sa tombe est ornée du médaillon de celle qu'il appelait « sa fille chérie ».

Les autres portraits[modifier | modifier le code]

Prosper d’Epinay est l’auteur d'environ cinq cents portraits parmi lesquels ceux de l’impératrice de Russie, la reine d’Italie, la princesse Marie de Bade, de la princesse A. de Broglie, de Sarah Bernhardt, de Lady Walter Scott, etc.

D’Epinay « a donné d’eux plus que la ressemblance physique, le signalement moral. Ils ont tous un je ne sais quoi dans le regard, dans le port, dans un simple pli de la lèvre qui trahit leur naissance »[13].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Il est commandeur de l'ordre royal de Victoria, commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique, officier de l’Ordre du Lion d'Or de la Maison de Nassau, chevalier de la Légion d’honneur, chevalier de l’ordre des Saints-Maurice-et-Lazare, officier de l’ordre impérial de la Rose, de l’ordre de Saint-Georges, de l’ordre de Saint-Grégoire-le-Grand.

Il participe régulièrement aux séances de la Royal Academy de 1865 à 1881.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patricia Roux-Foujols, Prosper d’Épinay. Un sculpteur mauricien à la cour des princes, L'Amicale Ile Maurice-France, 1996 ISBN 9990336024
  • Allister Macmillan, Mauritius Illustrated Historical and Descriptive, Commercial and Industrial…, W.H. et L.Collingridge, Londres, 1914.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pseudonyme en tant que caricaturiste.
  2. a et b La Nouvelle revue, 1887/11-12 (A9,T49), p.832.
  3. La Nouvelle revue, 1887/11-12 (A9,T49), p.835.
  4. Dictionnaire national des contemporains: contenant les notices des membres de l'Institut de France, du gouvernement et du parlement français, de l'Académie de médecine... / sous la dir. de C.-E. Curinier, Paris : Office général d'éd. de librairie et d'impr., 1899-1919, p. 189.
  5. À cette époque toutes ses charges sont signées Nemo
  6. 1844-1936
  7. Les peintres de la femme, de comtesse de Alix Laincel, Alix Laincel - 1888 - Page 234.
  8. Louis Dussieux, Les Artistes français à l'étranger, 1876.
  9. L'original se trouve aujourd'hui au Blue Penny Museum de la ville
  10. Photo sur le site gac.culture.gov.uk
  11. Les orientalistes de l'école italienne par Caroline Juler (1996), p. 186.
  12. Claude Vento, Les salons de Paris en 1889, p.23.
  13. La Nouvelle revue, 1887/11-12 (A9,T49), p.833.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :