Prosper Blanchemain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanchemain.
Prosper Blanchemain
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
Nationalité
Activités

Jean-Baptiste-Prosper Blanchemain, né le 16 juillet 1816 à Rouen[1] et mort le 25 décembre 1879 à Oulches, est un poète et critique littéraire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prosper Blanchemain étudia le droit et fut reçu licencié en 1838. Attaché la même année comme rédacteur au ministère de l’Intérieur, il y remplit ensuite, pendant plusieurs années, les fonctions de bibliothécaire. Ayant épousé, en 1842 à Paris, la fille du député Jean Marie Hercule Boissel, il put désormais se livrer comme il l’entendait à son goût pour les lettres et la bibliographie.

Poète agréable, aux productions faciles et gracieuses, il obtint, en 1837 et en 1843, des mentions aux concours de l’Académie française et il devint, en 1853, maître ès Jeux floraux. Outre des poésies détachées publiées dans divers recueils, on lui doit : Poèmes et poésies (1845, in-18 et in-8°), plusieurs fois réédités ; Foi, Espérance et Charité (1853, in-12), poésies religieuses et morales ; l’Idéal (in-18), recueil de poésies ; Recherches sur les noms véritables des dames chantées par les poètes français du XVIe siècle (1868, in-8°) ; Jacques Du Lorens et le Tartuffe (1867, in-8°) ; Notice sur le président François de Maynard (in-8°); le Vicomte de Beauchesne (1875, in-8°).

Comme bibliophile, il a fourni des articles au Bulletin du bouquiniste et publié un assez grand nombre d’éditions de poètes et d’écrivains appartenant pour la plupart à l’époque de la Renaissance. On lui doit notamment des éditions, avec notes et préfaces, des Œuvres poétiques de Vauquelin des Yveteaux, des Bouquets poétiques d’Angot de l’Éperonnière, des Œuvres poétiques de Sonnet de Courval, des Œuvres complètes de Ronsard, des Élégies de Jean Doublet, des Satires de du Lorens, des Épigrammes inédites de Gombauld, des Œuvres de Louise Labé, des Rondeaux et vers d’amour de Jehan Marion, de Philandre, poème de Maynard ; des Œuvres complètes de Mellin de Saint-Gelais, des Mignardises amoureuses et des Poésies de Jacques Tahureau, des Foresteries de Vauquelin de la Fresnaye, L’odieux et sanglant meurtre commis par le maudit Cain, (1580) tragédie de Thomas Le Coq, etc.

Il a également écrit sous le pseudonyme d’« Épiphane Sidredoulx ».

Il est chevalier de l'ordre de Charles III d'Espagne et membre de la Société des bibliophiles français.

Au début des années 1850, il visite la vallée de la Creuse dont il tombe sous les charmes et il acquiert en 1853 l'ancien prieuré Notre-Dame de Longefont à Oulches. Plus tard, son fils Paul Blanchemain, agronome et membre fondateur de la Société des agriculteurs de France, hérite du domaine paternel qu'il réunit à sa propriété de Castel-Biray.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au no 5 rue des Carmes.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]