Prosper Barbot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Prosper Barbot
P1140328 Carnavalet Prosper Barbot Le pont de la Concorde vers 1830 rwk.JPG
Le Pont de la Concorde, vers 1830, Paris, musée Carnavalet.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ChambellayVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Maîtres
Lieux de travail

Prosper Barbot, né le près de Nantes, mort le à Chambellay (Maine-et-Loire), est un peintre paysagiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père travaille au Ministère du Trésor[1]. Prosper Barbot étudie la peinture à Paris avec Louis Étienne Watelet et Jules Coignet. Il se rend pour plusieurs années en Italie en 1824, où il croise Jean-Baptiste Corot, Guillaume Bodinier et Louis Léopold Robert. Après un passage en Sicile, il envoie deux toiles à l'Académie : Vue des ruines d'Agrigente et Vue de l’amphithéâtre romain de Taormine, avec lesquels il obtient une médaille d'or[1]. Il rentre en France et s'installe à Chambellay, en Maine-et-Loire, en 1828, ville dont il fut conseiller municipal.

En 1842 il part peindre en Algérie, et en Égypte de 1844 à 1846.

Prosper Barbot expose ses paysages au Salon et en province jusqu'en 1841 avant d'arrêter la peinture. Il meurt le 12 octobre 1877 à Chambellay[1].

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1817 :
    • Vue de Sicile
    • Paysage de Sicile
  • 1827 : il obtient une médaille d'or
  • 1831 :
    • Paysages
    • Intérieurs dont des deux fut acquis par le roi[2]
  • 1833 : La Forêt de Woodstock et plusieurs autres vues
  • 1835 : Vue prise de Dieppe

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En 1933, les héritiers de Barbot donnent un ensemble de ses œuvres au musée des beaux-arts d'Angers, dont les deux tableaux qui remportèrent la médaille d'or[1]. Ils sont exposés dans la galerie consacrée aux paysagistes du XIXe siècle : Vue du théâtre de Traormine en Sicile, Rochers à Civita Castellane, Ruines à Rome, Procession au Forum.

Le département des Arts graphiques du Louvre conserve un ensemble de ses dessins[3]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denise Delouche, Peintres de la Bretagne : découverte d'une province, Publications de l'Université de Haute Bretagne, (lire en ligne)
  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Port 1965, p. 232
  2. Statistique des beaux-arts de France ..., par Guyot de Fère, Paris, 1835, p.25.
  3. Œuvres référencées sur la base Joconde.

Liens externes[modifier | modifier le code]