Prosper Baccuet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Prosper Baccuet
Naissance
Décès
(à 56 ans)
Paris
Nom de naissance
Pierre Henry Prosper Baccuet
Nationalité
Activité
Maître
Mouvement
Distinctions

Pierre Henry Prosper Baccuet, né le à Paris et mort le dans la capitale[1], est un officier et artiste peintre paysagiste français.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Fils d'un négociant parisien, il s'enrôle comme fourrier dans le train d'artillerie de la Garde Napolitaine en avril 1813, alors qu'il n'a pas encore seize ans, puis passe maréchal des logis dans les Chevau-légers de la même garde en juillet 1814, et enfin sous-lieutenant dans l'infanterie de ligne napolitaine en mai 1815.

Après la chute de Joachim Murat du trône de Naples, il est incorporé dans l'armée française, qui homologue ses campagnes en Italie de 1813 à 1815. Rejoignant le régiment de cavalerie des Chasseurs de la Corrèze comme maréchal des logis en janvier 1816, il reconquiert son épaulette dès juillet suivant. Passé dans les Grenadiers à cheval de la Garde royale en 1820, Baccuet est promu lieutenant en 1827.

Licencié lors de la dissolution de la Garde royale en août 1830 à la suite des Trois Glorieuses, il est rappelé à l'activité au 10e régiment de cuirassiers en mai 1831. Promu capitaine en novembre 1831, il participe à la campagne de Belgique en 1832, reçoit la Légion d'honneur en 1833 et est admis à la retraite en janvier 1846.

Biographie artistique[modifier | modifier le code]

Parallèlement à sa carrière militaire, le lieutenant puis capitaine Baccuet cultive son talent pour la peinture. Paysagiste formé dans l'atelier de Louis Étienne Watelet, il expose régulièrement au Salon à partir de 1827.

En décembre 1828, ses talents artistiques lui valent d'être adjoint en qualité de dessinateur-paysagiste à la Commission scientifique organisée dans le cadre de l'Expédition de Morée. Il rapporte de cette mission des paysages et des vues de sites.

De 1841 à 1845, il sert en Afrique du nord comme peintre-dessinateur au sein de la Commission d'exploration scientifique d'Algérie, et participe à l'expédition de Kabylie. Durant cette période, il brosse les paysages qu'il parcourt, les ruines antiques qui y subsistent, et certains épisodes militaire de la conquête de l'Algérie. Il lie connaissance en 1845 avec Théophile Gautier, dont il devient l'ami et le correspondant[2] et dont la collection personnelle incluait un tableau peint par l'officier[3]. Après son retour en métropole, Prosper Baccuet expose de 1845 à 1852 des paysages méditerranéens d'Espagne, d'Italie et d'Afrique du nord. Certaines de ses toiles de cette période sont entrées dans des collections publiques :

Prosper Baccuet a aussi été chargé de la partie « paysages » des illustrations de l’ouvrage collectif publié sur l'Exploration scientifique de l’Algérie 1844–1867.

Dans un registre beaucoup plus convenu, l'église paroissiale de Pisseloup (Haute-Marne) détient un tableau représentant La vision de saint Hubert (1836) signé par Baccuet.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, Fichiers alphabétiques de l’état civil reconstitué.
  2. Correspondance générale de Théophile Gautier 1846-1848, volume 5, item N°756.
  3. Claude Book-Senninger : Théophile Gautier. Auteur dramatique (Paris, Nizet, 1972), p.259 : cette toile représentait une Vue prise du Djurdjura (1845).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dossier de Légion d'honneur de Prosper Baccuet.
  • Charles Gabet : Dictionnaire des artistes de l'école française au XIXe siècle, Peinture, sculpture, architecture, gravure, dessin, lithographie et composition musicale (Paris, 1831), p. 21.
  • Nicolas Schaub, « Un métier de chien que de suivre l’armée ». Prosper Baccuët (1797-1864), peintre militaire au service de l’exploration scientifique de l’Algérie », SOURCE(S) n° 4, 2014, p. 51-64.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]