Prononciation du danois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pour plus d'information sur la langue danoise, rapportez-vous à l'article principal.

Prononciation de l'alphabet danois.

Ci-dessous se trouve la prononciation du danois, transcrite en symboles de l'Alphabet phonétique international.

Consonnes[modifier | modifier le code]

  b (c) d f g h j k l m
Initiale [] [s], [] 1) [] 2) [f] [] [h] 3) [j] [] [l] [m]
Après voyelles [] / [ʊ̯] 4) [s], [] 1) [ð̠ˡ] / [] 5) [f] [ʊ̯]~[ɪ̯]~- / [] 6)   [ɪ̯] [] [l] [m]
  n p (q) r s t v (w) (x) (z)
Initiale [n] [] [] [ʁ] 8 [s] 7) [] [ʋ]   [s] [s]
Après voyelles [n], [ŋ] 9) [] [] [ɐ̯] 8 [s] 7) [], [ð̠ˡ̩] 10) [ʊ̯]   [g̊s] [s]
  • 1) c = [s] devant e, i, y, æ ou ø, [k] devant a, o, u et une autre consonne. La combinaison ch = [ɕ] dans les mots français, [tɕ] dans les mots anglais.
  • 2) d ne se prononce pas après l, n ou r et avant t et s.
  • 3) h = n'est pas prononcé avant v ou j.
  • 4) b = [w] dans la prononciation quotidienne de quelques mots (e.g. løbe, købe).
  • 5) d = [ð̠ˡ] (approximante alvéolaire latéralisée, c'est à dire la spirante [ð̠] avec les 2 ouvertures latérales de l'approximante latérale [l]) dans la plupart des mots.
  • 6) g = I. [ʊ̯] après a [ɑ], o [ʌ]/[ɔ], å ou r ; II. [ɪ̯] ou muet après a [æ], æ, e, ø et l ; III. muet après i, y, o [o], u.

Les combinaisons eg et øg se prononcent [ɑɪ̯] et [ʌɪ̯] dans les plusieurs cas.

Le double gg (écrit g finalement) se prononce []. Dans les mots français, la spirante voisée g = [ʒ] est rendue comme [ɕ].

  • 7) La combinaison 'sj = [ɕ].
  • 8 r se vocalise après les voyelles (comme c'est le cas dans l'anglais d'Angleterre et, en partie, l'allemand). Dans les mots anglais, on a [ɹ].
  • 9) ng, nk = [ŋ], [ŋg̊]. Dans les mots français, les voyelles nasalisées sont rendues comme voyelles régulières + [ŋ] (e.g. chance = ɕɑŋsə).
  • 10) La terminaison -et (du participe passé) se prononce [ð̠ˡ̩], c'est à dire [ð̠ˡ] syllabique (dans la partie orientale du pays, on écoute pour cela [-(ə)d̥]).

Voyelles[modifier | modifier le code]

  a e i o u y æ ø å
Brève [æ], [ɑ] 1) [ɛ], [e] 2,6) [e], [i] 2,6) [ʌ]/[ɔ], [o] 2) [o], [u] 2) [ø], [y] 2) [ɛ] 6) [ø], [œ] 3) [ʌ]/[ɔ]
Longue [æː] [] 6) [] [] [] [] [ɛː] 6) [øː] [ɔː]
  ar er ir or ur yr ær ør år
  [ɑː] [æɐ̯], [ɛɐ̯] 2) [iɐ̯] [ɒː], [oɐ̯] 2) [uɐ̯], [oɐ̯] 2) [yɐ̯], [ɶɐ̯] 2) [æɐ̯], [ɛɐ̯] 2) [ɶɐ̯], [øɐ̯] 2) [ɒː]
  ra re ri ro ru ry
Brève [ʁɑ] [ʁa], [ʁɑ] 4) [ʁæ], [ʁi] 2) [ʁʌ] [ʁɔ], [ʁu] > [ʁo] 2,5) [ʁœ], [ʁy] 2) [ʁa], [ʁɑ] 4) [ʁœ], [ʁɶ] ³ [ʁʌ]
Longue [ʁɑː] [ʁæː] [ʁiː] [ʁoː] [ʁuː] > [ʁoː] 5) [ʁyː] [ʁæː] [ʁœː] [ʁɔː]
  • 1) a = |[æ] avant t, d, n, l, s et finalement, [ɑ] avant k, g, nk, ng, p, b, m, f, r, j, v.
  • 2) La variation entre les variantes ouvertes et les variantes fermées n'est pas déterminé par le contexte phonétique. En partie, le choix est dû à une analogie avec les formes qui ont une voyelle longue (fedt, kørte : fed, køre).
  • 3) ø = [œ] ([ɶ]) avant n, [ø] ([œ]) d'ailleurs.
  • 4) e, æ = [a] avant k, g, nk, ng, [ɑ] d'ailleurs (dans la langue contemporaine).
  • 5) u après r tend vers [o] dans la langue contemporaine, où brug « usage » et bro « pont » sont homonymes ([jɑ ˈtˢʁo:ð̪̩ ˈhɑm] = « je le menaçais » (jeg truede ham) ou « je le croyais » (jeg troede ham)).
  • 6) On voit une tendance naissante vers une confusion de [ɛ], [ɛː] et [e], []. La plupart des locuteurs ne distinguent pas les verbes ligge « être couché » et lægge « poser » dans l'infinitif et dans le présent (les Jutlandais confondent ces deux mots dans l'imparfait et le participe aussi, mais la confusion n'est pas due à une cause phonétique ici).

Variantes dialectales[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]