Projet Pack Horse Library

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bibliothécaires prêtes à distribuer des livres.

Le projet Pack Horse Library est un programme de la Work Projects Administration (WPA) qui a permis à des bibliothécaires à cheval de distribuer des livres aux habitants des régions reculées des Appalaches entre 1935 et 1943. Le projet est constitué de 30 bibliothèques, fournissant 100 000 personnes en livres ; il emploie environ 200 personnes, dont une grande majorité de femmes[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la Grande Dépression, et d'un grave manque de budget, l'American Library Association estime en qu'un tiers des Américains n'ont plus un accès « raisonnable » à une bibliothèque publique[2].

L'Est rural du Kentucky est une zone géographiquement isolée du reste du pays[3]. Avant la création de ce projet, beaucoup d'habitants des Appalaches n'ont pas du tout accès à des livres[4]. On estime que le taux d'illettrisme dans cette région est d'environ 31%. Les gens qui vivent dans ces endroits presque inaccessibles voient l'éducation comme un moyen d'échapper à la pauvreté, et voudraient s'éduquer[5]. Il existe des bibliothèques nomades créées par la Kentucky Federation of Women's Clubs dès 1896, le manque de routes et de villes entrave la création de services bibliothécaires dans l'Est de l'État[6]. Les bibliothèques nomades arrêtent leur activité en 1933[7]. Dans le Kentucky, au début des années 1930, 63 comtés n'ont aucun accès à un service de bibliothèque.

La première Pack Horse Library est créée à Paintsville en 1913 par May F. Stafford[8]. Elle est soutenue par John C.C. Mayo, un propriétaire de mines de charbon, mais à sa mort en 1914, le programme n'est plus financé et doit s'interrompre[8]. Elizabeth Fullerton, qui travaille au sein des projets des femmes et professionnels à la WPA, décide de réutiliser l'idée de Stafford[9]. En 1934, un prêtre presbytérien qui s'occupe d'un centre communautaire dans le comté de Leslie offre sa bibliothèque à la WPA, à condition qu'elle finance un moyen de transport pour acheminer les livres vers les personnes qui n'y ont pas facilement accès[10]. Ceci commence la première Pack Horse Library, administrée par la Federal Emergency Relief Administration (FERA), jusqu'à sa reprise par la WPA en 1935[9][11]. En 1936, on compte huit bibliothèques actives[12].

Programme[modifier | modifier le code]

Le Projet Pack Horse Library est dirigé au niveau fédéral par Ellen Woodward[13], et est actif de 1935 à 1943[14]. Les « femmes aux livres » sont embauchées par la WPA et payées environ 28 dollars par mois pour fournir des livres dans les Appalaches, à dos de cheval ou de mule[15]. Elles livrent à la fois les foyers et les écoles[16].

La WPA ne prend en charge que les salaires de ses bibliothécaires. Les livres proviennent tous de donations[17]. Les membres de la communauté sont également responsables de trouver un lieu de stockage pour les livres, et de fournir un bon matériel aux bibliothécaires à cheval[8]. Chaque bibliothèque locale a un ou une bibliothécaire en chef qui s'occupe de la logistique[8] et de quatre à dix bibliothécaires à cheval[18],[8]. Les bibliothécaires recyclent des objets de tous les jours : des cartons à fromages pour le catalogue, des plaques d'immatriculation pliées comme serre-livres[19]. Chaque mois, les bibliothécaires ont une réunion dans leur local[19]. La plupart des personnes impliquées dans le projet sont des femmes, généralement les seules personnes à gagner un revenu dans leur famille[20].

Les bibliothécaires nomades apportent leur propres chevaux ou mules, parfois prêtés par des fermiers locaux[20]. Certaines routes sont tellement raides qu'une bibliothécaire, Grace Caudill Lucas, raconte avoir dû guider son cheval dans des falaises. D'autres endroits sont remplis d'eau, et ses pieds gèlent parfois. Une autre bibliothécaire décide de faire les trente kilomètres de route à pied, après la mort de sa mule. Une bibliothécaire est accompagnée d'une mule si vieille qu'elle marche à côté d'elle plutôt que de la chevaucher. En un mois, en moyenne, les femmes parcourent 7 893 km. Leurs sacs à livres peuvent contenir environ 100 livres[21].

Une rotation des livres est mise en place entre les bibliothèques. Les livres sont choisis à la préférence des clients, mais les collections sont souvent centrées sur la littérature pour enfants[22]. Maggie Mae Smith, superviseure à la bibliothèque Pack Horse du comté de Whitley, écrit que les enfants couraient en disant « Amenez-moi un livre à lire » vers les bibliothécaires[22]. Pour les adultes, la collection inclut des livres sur l'actualité, l'histoire, la religion, et des biographies[23]. Les livres les plus demandés sont la Bible et de la « littérature éducative »[24]. D'autres livres populaires incluent Robinson Crusoé et les ouvrages de Mark Twain. Les femmes aiment lire des magazines illustrés et des livres sur la santé et l'éducation des enfants[25]. La collection inclut également des recettes et des patrons de matelassage, que les femmes écrivent dans des grands classeurs qui sont partagés dans la région[26]. Ces scrapbooks contiennent aussi des extraits d'autres livres et magazines, et à la fin du programme, plus de 200 livres écrits par les clientes et les bibliothécaires sont en circulation[27]. En 1938, quatre rétroprojecteurs et 40 films sont achetés pour circuler dans les différentes bibliothèques : c'est pour beaucoup l'occasion de voir des images animées pour la première fois[26]. Les livres sont tellement demandés qu'un jeune homme marche plus de dix kilomètres juste pour obtenir de nouveaux ouvrages. En 1936, environ 33 000 livres ont été partagés auprès de 57 000 familles. Les livres sont généralement prêtés pour une durée d'environ une semaine[28].

Les associations de parents d'élèves[29],[30],[31] et les clubs féminins du Kentucky aident beaucoup à financer l'achat de nouveaux livres[32],[33],[11]. À Paintsville, les Filles de la Révolution Américaine aident à payer les frais de port des livres offerts. À la tête de la bibliothèque de Paintsville, Stafford demande également des livres en écrivant à l'éditeur de The Courier-Journal[34].

Le projet ne s'occupe pas que de la distribution de livres, mais donne aussi des leçons de lecture[35]. Les bibliothécaires lisent également à voix haute pour certaines familles[36]. Elles sont souvent considérées comme des éducatrices, apportant des nouvelles connaissances aux régions isolées[37]. Pour le faire, elles doivent braver l'hostilité naturelle des communautés locales envers les étrangers[38] : elles y arrivent tellement bien qu'une famille finit par refuser de changer de comté parce qu'il n'est pas desservi par le service[39].

En 1943, la WPA arrête de financer le programme[40]. Les communautés locales essaient de le faire vivre, mais n'y parviennent pas sans financement[41]. Les communautés rurales isolées devront attendre les années 1950 pour être à nouveau desservies par les bibliobus[41].

Lieux concernés[modifier | modifier le code]

Une bibliothécaire lit un livre à haute voix pour un homme dans le Kentucky rural.

On compte environ 30 bibliothèques fournissant environ 100 000 personnes en livres dans les régions montagneuses. Les bibliothèques fournissent également 155 écoles des mêmes comtés en 1937.

Le premier endroit à avoir sa bibliothèque est le comté de Leslie et plus particulièrement la ville de Wooton[42]. La collection est donnée par le prêtre Benton Deaton, qui démarre le projet[9].

Hindman est le lieu central d'une bibliothèque déjà ouverte en 1935[1]. Le comté de Breathitt ouvre sa bibliothèque en 1935[43]. En 1936, la WPA prépare l'ouverture d'une bibliothèque à Somerset[44], supervisée par Imogene Dutton[45]. En 1937, le comté de Lee a une bibliothèque[46], comme le comté d'Owsley et le comté de Whitely (celle-ci est gérée par Maggie Mae Smith)[22]. Le , Campbellsville ouvre la sienne, gérée par Louise S. Van Cleve[47]. Burkesville en ouvre également une en 1938, avec une collection de 1000 livres et 3000 magazines[48]. En 1938, Grace Moore Burchett organise un événement de donation de livres pour l'ouverture d'une bibliothèque dans le comté de Floyd[49],[50]. En 1939, le comté de Greenup ouvre une bibliothèque[51], et celle de Morehead prend feu[52]. En 1941, une bibliothèque existe dans le comté de Martin[53].

Le comté de Letcher a également sa propre bibliothèque[54], comme la ville de Pikeville dont la bibliothèque est gérée par Naomi Lemon[55]. L'école de Pine Mountain sert de quartier général pour la bibliothèque du comté de Harlan, ouverte en 1937[56]. Elle est supervisée par Ann Richards, une employée de la WPA[57].

Une autre bibliothèque, dans le comté de Laurel, est gérée par Ethel Perryman, une directrice locale de la division féminine de la WPA. La ville de London, dans le comté, sert aussi de centre de don majeur. Paintsville ressuscite également son projet, sous l'égide de May F. Stafford[58]. Cette bibliothèque regroupe 5 000 livres en 1938 : l'entretien du lieu coûte environ 40 dollars par mois[59].

Un centre majeur de gestion est ouvert à Lexington[60].

Postérité[modifier | modifier le code]

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

  • That Book Woman (2008), par Heather Henson, illustré par David Small, est un livre pour enfants qui présente le projet[61].
  • Down Cut Shin Creek (2010), par Kathi Appelt et Jeanne Cannella Schmitzer, est un livre documentaire qui retrace l'histoire des femmes du projet[62].
  • The Great Depression for Kids (2015), Cheryl Mullenbach, également pour les enfants[63].
  • The Giver of Stars (2019), par Jojo Moyes, est un roman qui met en scène les aventures de cinq bibliothécaires de ce projet[64].

On retrouve aussi des poèmes sur les bibliothécaires du projet[65].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Vance 2012, p. 290.
  2. (en-US) « WPA Library Programs · A History of US Public Libraries · DPLA Omeka »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Digital Public Library of America (consulté le ).
  3. Schmitzer 1997, p. 57.
  4. (en) Eliza McGraw, « Horse-Riding Librarians Were the Great Depression's Bookmobiles », Smithsonian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Boyd 2007, p. 113.
  6. Schmitzer 1997, p. 59-60.
  7. Boyd 2007, p. 117.
  8. a b c d et e Schmitzer 1997, p. 62.
  9. a b et c Schmitzer 1997, p. 63.
  10. Griswold 2016, p. 166.
  11. a et b Opdycke 2016, p. 56.
  12. Schmitzer 1997, p. 68.
  13. (en) Beth Rhodenbaugh, « Book Women Started in Kentucky », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. (en-CA) « The Pack Horse Librarians of Eastern Kentucky », Horse Canada,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. (en) Byron Crawford, « Times Were Tough, But the Book Woman Was Tougher », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. (en) « Books Delivered by Pack Horses to Hill Farmers », Medford Mail Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Schmitzer 1997, p. 58.
  18. (en) Byron Crawford, « 'Book Women' Brought Hope to Isolated Kentuckians », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. a et b Vance 2012, p. 295.
  20. a et b Boyd 2007, p. 120.
  21. (en) Ruth Ayers, « Pittsburgh Woman Heads Pack Horse Library Service to Mountain Homes », The Pittsburgh Press,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. a b et c Schmitzer 1997, p. 69.
  23. Schmitzer 1997, p. 70.
  24. (en) « Mountain Trails Used By WPA Employees to Distribute Books », The Cincinnati Enquirer,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. Schmitzer 1997, p. 70-71.
  26. a et b Schmitzer 1997, p. 72.
  27. Vance 2012, p. 290-291.
  28. Chapman 1938, p. 708.
  29. Schmitzer 1997, p. 66.
  30. (en) « Kenton Council Meets Monday at Locust Street School », The Cincinnati Enquirer,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. (en) « Calls For Books », The Cincinnati Enquirer,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. Schmitzer 1997, p. 67.
  33. (en) « Pack Horse Library Aided By P.T.A. During Book Week », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. (en) « Pack Horse Library », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Bishop 1941, p. 18.
  36. (en) « 'Pack-Horse Library' Supplies Mountain People With Books », The Cincinnati Enquirer,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. (en) Lillian Blackstone, « 'Pack Horse Library' Aids Cumberland Mountain Folk », Tampa Bay Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. Chapman 1938, p. 707.
  39. Chapman 1938, p. 709.
  40. Schmitzer 1997, p. 76.
  41. a et b Opdycke 2016, p. 57.
  42. (en) « Kentucky's Packhorse Librarians », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. (en) « Pictoral News Section », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. (en) « Pack-Horse Library Planned in Pulaski », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. (en) « WPA Library at Somerset Unique », The Advocate-Messenger,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. (en-US) « WPA Travelling Libraries - Social Welfare History Project », Social Welfare History Project,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. (en) « Taylor County's Need of Books », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. (en) « Pack Horse Library », Kingsport Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. (en) « At an 'open house' held at », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. (en) « Packhorse Librarian to Broaden Service », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. (en) « Pack Horse Library Project Under Way », Portsmouth Daily Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. (en) « Hotel at Morehead is Razed by Flames », Portsmouth Daily Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. (en) « Maysville », The Cincinnati Enquirer,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. (en) Anika Burgess, « These Women Rode Miles on Horseback Just to Deliver Library Books », Atlas Obscura,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. (en) « The Packhorse Library », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. (en) « Mrs. M.A. James President of Asheville A.A.U.W. Group », Asheville Citizen-Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  57. (en) « Harlan County's 'Book Woman' HitchHikes », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  58. (en) « Books Are Sought in Rural Sections », The Cincinnati Enquirer,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. (en) « Pack Horse Library Appeals for Funds », The Courier-Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  60. (en) « Need in Kentucky », The Indianapolis Star,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  61. THAT BOOK WOMAN by Heather Henson , David Small, Kirkus Reviews (lire en ligne).
  62. DOWN CUT SHIN CREEK by Kathi Appelt , Jeanne Cannella Schmitzer, Kirkus Reviews (lire en ligne).
  63. « The Great Depression for Kids », sur Cheryl Mullenbach Ink (consulté le ).
  64. (en) « The Giver of Stars », sur JoJo Moyes (consulté le )
  65. Jane Hicks, « Pack Horse Librarian », Appalachian Heritage, vol. 30, no 4,‎ , p. 61–61 (ISSN 1940-5081, DOI 10.1353/aph.2002.0060, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Birdena Bishop, « Pine Mountain Community Group », Mountain Life and Work, vol. 17, no 1,‎ , p. 17-18 (lire en ligne)
  • George T. Blakey, Hard Times and New Deal in Kentucky : 1929--1939, University Press of Kentucky, , 271 p. (ISBN 978-0-8131-6213-3, lire en ligne)
  • Donald C. Boyd, « The Book Women of Kentucky: The WPA Pack Horse Library Project, 1936-1943 », Libraries & the Cultural Record, vol. 42, no 2,‎ , p. 111-128 (lire en ligne)
  • Edward A. Chapman, « WPA and Rural Libraries », Bulletin of the American Library Association, vol. 32, no 10,‎ , p. 703–709 (DOI 10.2307/25689501, lire en ligne)
  • (en) Wendy Griswold, American Guides : The Federal Writers’ Project and the Casting of American Culture, Chicago, University of Chicago Press, , 361 p. (ISBN 978-0-226-35797-3, lire en ligne)
  • (en) Sandra Opdycke, The WPA : creating jobs and hope in the Great Depression, New York, Routledge, (ISBN 978-1-317-58846-7, lire en ligne)
  • Jeanne Cannella Schmitzer, « Reaching Out to the Mountains: The Pack Horse Library of Eastern Kentucky », The Register of the Kentucky Historical Society, vol. 95, no 1,‎ , p. 57-58 (lire en ligne)
  • Jason Vance, « Librarians as Authors, Editors, and Self-Publishers: The Information Culture of the Kentucky Pack Horse Library Scrapbooks (1936–1943) », Library & Information History, vol. 28, no 4,‎ , p. 289–308 (ISSN 1758-3489, DOI 10.1179/1758348912z.00000000020, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :