Projet Mercure (Eurorégion Pyrénées-Mediterranée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le projet Mercure entre dans le cadre du programme Erasmus for Young Entrepreneurs[1],[2] créé en octobre 2011 avec le Réseau Entreprise Europe de l’EPM et le GECT Pyrénées-Méditerranée. Il cherche à encourager la mobilité de jeunes entrepreneurs (installés depuis moins de deux ans) dans toute l’Europe et les doter des compétences nécessaires pour démarrer ou gérer avec succès une entreprise à travers des séjours d’apprentissage dans des entreprises déjà établies[3].

Le Projet[modifier | modifier le code]

Objectifs du Projet[modifier | modifier le code]

L’objectif global de ce projet est d’encourager « la mobilité de jeunes entrepreneurs et de les doter des compétences nécessaires pour démarrer ou gérer avec succès une entreprise. » Ce projet est la contribution d'acteurs de régions qui travaillent ensemble dans le cadre de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, sous la coordination d'une structure européenne (le Groupement européen de coopération territoriale) pour des TPE (très petite entreprise) et PME (petites et moyennes entreprises) européennes solides et compétitives. Ainsi, les échanges créés permettent d’atteindre les objectifs spécifiques identifiés suivants :

Objectifs spécifiques :

  • Stimuler l’innovation et l’entreprenariat en apportant un soutien structuré au développement de projets d’entreprenariat et en mettant en réseau des compétences existantes
  • Positionner dans un contexte économique européen un espace de coopération existant (l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée) au tissu économique attractif
  • Renforcer les partenariats économiques et commerciaux entre l’Eurorégion et les autres régions et pays de l’Europe
  • Permettre aux entrepreneurs de l’Eurorégion de se développer par l’ouverture à l’international

Le dispositif "Erasmus for Young Entrepreneurs" s’inscrit complètement dans la lignée de la politique de coopération de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée en matière de développement économique dans la mesure où elle permet de renforcer les liens existants entre opérateurs économiques et d’impliquer dans ce projet d’échanges des territoires aux potentialités économiques et industrielles énormes.

Acteurs et bénéficiaires directs du projet[modifier | modifier le code]

Le partenariat proposé composé de cinq organismes est représentatif de cet espace de coopération : il regroupe en effet la Chambre régionale de commerce et d'industrie Midi-Pyrénées, la Chambre régionale de commerce et d'industrie du Languedoc-Roussillon, la Chambre de commerce et d’industrie de Barcelone (intervenant au niveau de la communauté autonome de la Catalogne) et le Centre Baléares Europa intervenant au niveau des Iles Baléares. Enfin, le Groupement européen de coopération territoriale, instrument opérationnel de l’Eurorégion (GECT Pyrénées-Méditerranée), intervient comme chef de file de ce partenariat. Ces organismes travaillent déjà ensemble de façon globale et ont développé des mécanismes de coopération (existants et avérés), via le réseau Creamed[4] (projet Interreg IVB SUDOE) ou le Réseau Entreprise Europe (EEN) de la Direction générale Entreprise et Industrie (Commission européenne) dont sont membres 4 des 5 partenaires du projet.

Le partenariat constitue par conséquent un maillage déjà opérationnel fort d’une expérience de coopération au niveau eurorégional (pour organiser la demande des nouveaux entrepreneurs et des entrepreneurs expérimentés sur le territoire de l’Eurorégion) comme au niveau européen (pour établir des contacts avec d’autres organismes à échelle européenne, attirer des entrepreneurs sur le territoire eurorégional et envoyer des entrepreneurs dans d’autres pays, favorise le partenariat transnational d’entreprise).

Les bénéficiaires du projets peuvent être identifiés comme :

  • Les très petites entreprises (TPE) hébergées et/ou ayant été hébergées dans une Pépinière d'entreprises
  • Les entreprises industrielles, commerciales et de services avec lesquelles sont en contact les membres du partenariat et qui souhaitent élargir et développer leurs relations au sein de l’UE, notamment au niveau commercial et/ou technologique et se créer des réseaux transnationaux. Elles constituent des candidates potentielles pour accueillir de nouveaux entrepreneurs
  • Les porteurs de projet à potentiel accompagnés par les CCI (Chambre de commerce et d'industrie en France) qui souhaitent observer un entrepreneur expérimenté ou conduire une étude de marché.
  • Les jeunes entreprises accompagnées par les CCI cherchant à développer de nouveaux marchés et se créer de nouveau réseaux
  • Les jeunes diplômés ayant un projet de création d’entreprises des Écoles supérieures de commerce de Toulouse (groupe ESC Toulouse) et Montpellier (groupe Sup de Co Montpellier Business School) gérées toutes deux par les CCI. De façon plus générale, les jeunes diplômés et jeunes chercheurs ayant un projet de création d’entreprises via l’Eurocampus. Il s’agit d’un projet majeur (comprenant aussi une plateforme numérique, animé par le GECT qui regroupe les acteurs du monde académique et de la recherche de l’Eurorégion Pyrénées – Méditerranée) c'est-à-dire 510 000 étudiants, 45 000 chercheurs et 100 centres d’enseignement supérieur.

C’est sur la base de la capacité des organismes partenaires à cibler les potentiels entrepreneurs (jeunes et expérimentés), et comptant sur la forte demande existante en France pour participer à ce programme, que le projet a prévu de mobiliser 56 entrepreneurs[5]. Ce chiffre se répartit de façon équitable entre 28 jeunes entrepreneurs et 28 entrepreneurs accueillants. La proposition de budget du projet est basée sur cette estimation. Le partenariat, de par son réseau et l’accès qu’il a aux groupes susmentionnés, est en mesure de parvenir à mobiliser les nombreuses TPE et PME présentes sur le territoire, et attirer de jeunes entrepreneurs au regard de l’attractivité du territoire et de la diversité des secteurs d’activités. Répartition :

  • GECT Pyrénées - Méditerranée : 4 HE et 4 NE
  • CCIR Midi-Pyrénées : 6 HE et 6 NE
  • CCIR Languedoc-Roussillon : 6 HE et 6 NE
  • CCI Barcelone : 6 HE et 6 NE
  • Centre Balears Europa : 6 HE et 6 NE

(NE = Nouvel Entrepreneur et HE = Entrepreneur accueillant)

Les partenaires sont quotidiennement au contact des entreprises et réceptifs à leurs besoins, leurs attentes ainsi que leurs difficultés (telles que l'isolement du créateur d’entreprise face aux problèmes basiques ou stratégiques rencontrés, la difficulté à trouver des programmes de formation spécifiques adaptés à son propre projet, d’atteindre son marché, de réaliser ses objectifs commerciaux, de financer son projet puis les différents paliers de sa croissance, l’ambition internationale des projets à potentiel dès leur création : « Pensez loin, pensez grand »...).

Promotion du projet[modifier | modifier le code]

Objectif de la promotion[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’opter une méthodologie commune et efficace de recrutement des jeunes entrepreneurs d’une part, et des entrepreneurs accueillants d’autre part. Le succès de cette action est directement basé sur la réussite de l’activité précédente.

Trois types de publics se doivent être convaincus par le programme :

  • les entreprises existantes soucieuses de conforter leur croissance (qui dans le cadre du programme EYE peuvent l’appuyer sur un élargissement et le développement de relations au sein de l’UE, notamment au niveau commercial et/ou technologique et se créer des réseaux transnationaux),
  • les jeunes entreprises nouvellement créées (qui dans le cadre de MERCURE pourront tenter de développer de nouveaux marchés et se créer de nouveaux réseaux),
  • les porteurs de projets à potentiel suivis par les CCI et les Pépinières d’entreprises (qui dans le cadre de MERCURE pourront compléter leur préparation et leur formation par l’observation d’un entrepreneur expérimenté et la conduite d’une étude de marché dans un spectre plus large et européen).

C’est notamment à l’occasion des nombreuses visites en entreprise réalisées par les collaborateurs des partenaires, que sera assurée la promotion auprès de ces cibles pour inciter les chefs d’entreprise à se proposer comme entreprise d’accueil. Ces entrepreneurs représentent pour le projet une cible privilégiée en vue d’accueillir des jeunes chefs d’entreprise et peuvent être informés lors des Assemblées Générales et des commissions de travail des CCI. En fonction de leur tissu économique, les partenaires pourront mobiliser des candidats HE dans les secteurs classiques du commerce de détail, du tourisme, du bâtiment, de la métallurgie et de l’électronique mais aussi dans les domaines des TIC, de la production de matériel médical et de la santé, des énergies renouvelables, de l’agro-alimentaire, l’aéronautique et les systèmes embarqués les nouveaux matériaux, procédés et composites, le textile.

Traitement des demandes des jeunes entrepreneurs et des entrepreneurs accueillants[modifier | modifier le code]

Détail des activités de traitement des demandes[modifier | modifier le code]

Le jeune entrepreneur est accompagné dans la phase amont et la formulation de son projet :

  • Aide du NE dans le dépôt d’une candidature (pour s’assurer que les informations sont complètes) et assistance dans la procédure d’inscription (via l’unique outil numérique du programme)
  • Assistance pour la définition de son projet d’échange dans le cadre de MERCURE : le type d’entreprise et la destination recherchés pour correspondre à ses attentes (un dossier de candidature reprenant tous les points importants qui seront évalués sera remis au NE)
  • Vérification et validation des critères de participation au programme pour les NE (éligibilité)
  • Mise en place d’un système d’évaluation de la qualité de la demande du NE (viabilité de son business plan). Les partenaires disposent d’une expérience forte dans ce domaine. Les CCIR des Régions de Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées sont particulièrement impliquées dans la sélection de dossiers de demande de financement (forum régional des investisseurs MIDINVEST en Midi Pyrénées, comité Pacte de la région LR, plates-formes d’appui PME où sont présentés des projets de développement de jeunes entreprises, comité d’engagement des sociétés de capital risque régionales)
  • La CCI de Barcelone impliquera ses partenaires régionaux en demandant en parallèle que le business plan du jeune entrepreneur soit validé par un organisme accrédité comme gage de solidité du projet

Ce système d’évaluation et sa méthode correspondante seront adoptés par tous les partenaires, ce qui suppose un transfert d’expériences et la définition de critères communs et objectifs à adopter. Une étude détaillée de la candidature sera ainsi faite à partir de critères qui pourraient être les suivants :

  • Qualifications cohérentes et suffisantes avec le projet à réaliser
  • Vérification des connaissances linguistiques (niveau suffisant ou niveau insuffisant). Le niveau B2 ou B1 selon les cas sera considéré suffisant (à accréditer par diplômes expériences professionnelles ou séjour à l’étranger)
  • Vérification des disponibilités du NE
  • Examen de la motivation et des attentes (pertinente ou non pertinente)
  • Examen du projet d’entreprise initial (expérience et qualité du Business Plan [6])

L’évaluation se fera systématiquement à partir de l’examen du dossier et à partir d’un entretien (téléphonique ou physique). Le protocole est identique pour les Entrepreneurs Accueillants (HEs) avec quelques variations comme la vérification de ses possibilités d’accueil, l'examen du besoin et du projet de développement, l'identification du profil NE recherché, l'identification des tâches à accomplir par le NE et la valeur ajoutée à apporter par le HE au NE.

Le chef de file se charge de s’assurer que les délais fixés par le programme sont respectés par tous les partenaires. Une personne par partenaire a la responsabilité de la gestion de l’outil numérique et de son actualisation. Parallèlement à l’outil officiel du programme, un système de suivi au niveau du partenariat permet d’assurer de façon plus efficace le suivi du traitements et validation des inscriptions des entrepreneurs.

Mise en relation[modifier | modifier le code]

Cette action a un impact direct sur la réussite du projet et à fortiori du programme. Il s'agit d’obtenir un échange réussi et donc de s’assurer que le choix des deux interlocuteurs a été mûrement préparé et étudié. La mise en relation entre NE et HE constitue, de fait, la clé du programme.

Une relation partenariale avec les organismes intermédiaires du programme EYE doit être développée afin de créer le cadre d’un dialogue constructif et transparent permettant d’optimiser les mises en relation et de créer les conditions de leur réussite. Il est impératif de s’assurer en amont de la mise en relation que l’ensemble des attentes détaillées par les NE et les HE au moment de leur candidature et de leur sélection. La mise en relation doit être :

  • Pertinente (cohérence entre les attentes du NE et du HE),
  • Profitable tant pour le NE (en accord avec son BP) que pour le HE (création de relations durables, échanges sur le regard que portera le NE sur le fonctionnement de l’entreprise hôte)
  • Réaliste (en fonction des conditions logistiques et économiques envisagées)

L'évaluation doit s’assurer que les critères de recherche établis à priori seront bien respectés (typologie, taille activité, pays...) ou que, si l’on y déroge, on ne sacrifie pas des caractéristiques indispensables à la réussite de la mise en relation, et que les conditions d’accueil proposées soient compatibles avec le caractère pédagogique et bénéfique du programme pour le NE : vérifier que le HE aura suffisamment de temps à lui consacrer, ou qu’à défaut son entreprise est suffisamment structurée pour prévoir l’assistance d’autres intervenants qui pallieront cette indisponibilité, vérifier la compatibilité des langages…

Enfin, en amont de l’échange, les organismes intermédiaires détaillent et aident les conditions logistiques, financières et le cadre légal, envisagés afin de rassurer l’ensemble des parties et tenter de limiter au maximum la survenance d’imprévus.

Gestion des contrats d’engagement[modifier | modifier le code]

Le cadre opérationnel, légal, administratif et financier de l’échange est déterminé de façon à encadrer de façon optimale l’échange. Il s'agit de prévoir et fixer toutes les modalités de l’échange dans les documents officiels du programme de façon à éviter tout imprévu et à s’assurer que l’échange se déroule dans les conditions espérées et attendues par toutes les parties.

L’élaboration et la signature de l’acte d’engagement "Erasmus for Young Entrepreneurs" consigne toutes les conditions et les modalités de l’échange sur le plan de l'éligibilité, des activités détaillées de la mission, des objectifs et résultats attendus de la mission, de la durée de l’échange, etc. Le projet d’accord est ensuite soumis aux nouveaux entrepreneurs (NE) et entrepreneurs accueillants (HE), qui disposent d’un délai fixe pour apporter leurs observations et/ou modifications. Parallèlement à cette procédure, les partenaires ayant la responsabilité d’un NE transmettent le projet d’accord au chef de file pour validation (en tant que responsable de l’assistance financière). Une fois approuvé par toutes les parties, le partenaire agissant en tant que OI est chargé via l’outil en ligne d’informer la Commission européenne de la formalisation d’un échange.

Vient alors l’élaboration et la signature de l’accord d’assistance financière entre le NE et le NIO : les partenaires responsables d'un NE signent un accord d’assistance financière. Cet accord reflète, entre autres, le montant de l’assistance financière ainsi que les modalités de versement dans le respect des conditions fixées par le programme. Une clause spécifique de l’accord engage l’OI à verser au Nouvel Entrepreneur dès le début du séjour 50 % du montant total de sa bourse accordée. Une autre clause mentionne l’obligation du NE de fournir des preuves suffisantes que la relation a bien eu lieu. Ces engagements systématiques permettront d’éviter toute complication et/ou retard de paiement.

Tous les accords financiers signés entre les partenaires et un Nouvel Entrepreneur sont visés par le chef de file de façon à assurer la gestion et le suivi des aides accordées et dues.

Préparation et suivi des échanges[modifier | modifier le code]

Il s'agit lors de cette étape de fournir les informations pratiques nécessaires aux entrepreneurs de façon que leurs séjours se déroulent dans les meilleures conditions et qu’ils puissent se concentrer sur leur mission. Les porteurs du projets Mercure se doivent d'être un appui logistique et un relais d’informations quant aux questions du NEs d’ordre juridique, aux questions relatives au marché, au tissu économique, etc.

Préparation des échanges : Les partenaires se chargent de mettre en place des sessions d’informations sur le programme de mobilité (aspects financiers et contractuels), sur le tissu économique européen, le cadre légal de la mobilité. Ces sessions d’informations concernent autant les NE que les HE et mobiliseront l’ensemble des acteurs impliqués dans le programme au niveau local afin de les présenter aux candidats. La préparation du déplacement à l’étranger par le NE fera l’objet d’au minimum deux rencontres individuelles et de plusieurs contacts (téléphoniques ou mails) entre le candidat et son contact dans l’organisme intermédiaire.

Suivi des échanges : Le partenaire doit agir comme un véritable point de contact local et par conséquent apporter aide et assistance au NE accueilli pour lui faciliter son séjour. À ce titre, pour les NE accueillis sur son territoire, l’organisme intermédiaire réalise un kit d’information sur les différents thèmes d’information sur les thèmes qui lui seront utiles. Ce kit lui est communiqué avant son arrivée afin qu’il puisse solliciter le cas échéant d’autres informations, et comprend les éléments relatifs à l’entreprise hôte (fiche d’information, contacts, localisations), les possibilités d’hébergements repérées, les modes de transport, tous les contacts utiles sur les thèmes personnels (santé, culture, tourisme, coutumes locales) ou économiques (accès à des sources d’informations que le réseau SOLVIT ou Enterprise Europe Network). Ce kit d’accueil sera complété par le pack Eurorégion, outil créé dans le cadre du projet européen Creamed et dont l’objectif est de regrouper l’ensemble des informations nécessaires à un entrepreneur pour se lancer sur le marché de l’Eurorégion, telles que l’environnement juridique, institutionnel, administratif, financier, fiscal, commercial (normes) et culturel. Un lexique de base et expressions courantes (français, catalan, espagnol) y est intégré.

Cet outil disponible en support numérique et support papier est fourni par tous les partenaires aux NE accueillis sur le territoire eurorégional. En ce qui concerne les NE partis dans un autre pays européen, l’organisme intermédiaire convient de plusieurs rendez-vous téléphoniques pour faire un point sur les conditions et le déroulement de l’échange. Le partenaire/organisme intermédiaire agit également comme relais des entrepreneurs hôtes pour s’assurer que toutes les conditions de réussite sont bien mises en œuvre et pourra être amené à arbitrer des situations délicates entre les NE ou HE.

Pour suivre les échanges au cours des points organisés entre l’organisme intermédiaire et les parties, un questionnaire spécifique est défini pour les NE à l’étranger, les HE qui accueillent un NE venant d’un autre État membre et pour les NE accueillis sur place (un questionnaire décliné en trois versions en fonction du profil de l’entrepreneur participant au programme). Ces questionnaires ont vocation à établir un suivi personnalisé et évaluer périodiquement l’ensemble des aspects pouvant avoir des conséquences sur la réussite de l’échange et servent de base au dossier de suivi individuel de chaque mission, venant en annexe du rapport final d’activité de l’échange qui est remis par les deux entrepreneurs à la fin de la période d’échange.

Sur la base des informations recueillies, les partenaires définiront, à partir d’une série de critères qu’ils auront définis ensemble, si l’échange est considéré comme abouti et satisfaisant, s’il remplit les conditions fixées dans l’accord et surtout si une valeur ajoutée peut en être tirée.

Gestion, système de contrôle et d’évaluation[modifier | modifier le code]

Il s’agit de faire en sorte que les objectifs fixés concernant le nombre d’échanges soient atteints et que les échanges soient aboutis.

Pour la gestion technique, un comité de suivi du projet sera créé pour assurer la gestion globale du projet et sera constitué par un membre de chacun des partenaires du projet et du coordinateur du projet. Ce comité sera chargé de la prise de décisions concernant les activités à mettre en œuvre, l’organisation et le suivi des activités, le respect du calendrier, l'évocation et au besoin la résolution des problèmes rencontrés, et enfin la supervision de l’engagement de chacun des partenaires concernant le respect des délais, des méthodes et des objectifs. Le comité se réunit tous les mois. Un système d’indicateurs a été également élaboré pour assurer le suivi des activités : Cette grille est relevée tous les trois mois par le chef de file afin de s’assurer de la bonne marche du projet.

Pour la gestion financière, les partenaires font état de façon périodique (sur une base semestrielle) au chef de file de l’estimation de leurs dépenses engagées dans le cadre du projet. De façon générale, un travail d’information est assuré par les chefs de file auprès de tous les partenaires sur la gestion financière du projet. Des fiches pratiques sont élaborées de façon à s’assurer que tous les partenaires conservent les pièces justificatives, respectent la réglementation en matière de marchés publics, établissent une comptabilité à part pour les dépenses liées à ce projet (de façon qu’elles ne fassent pas l’objet d’inéligibilité ou de double financement) et enfin respectent les critères d’éligibilité financière.

Le chef de file sera également informé de tous les accords d’assistance financière signés entre un partenaire et un NE de façon à assurer une gestion financière optimale.

En dernier lieu, un contrôle qualité est mis en œuvre par tous les partenaires grâce à une fiche de suivi individualisée et au questionnaire remis à l’entrepreneur selon son profil, ainsi que grâce à l'application des critères définis pour la sélection des NE et des HE dès le départ. À travers un transfert de compétences et de méthodologie auprès de tous les partenaires, le chef de file veillera à maintenir l’homogénéité et la qualité des services rendus dans le cadre de ce programme :

  • la participation active et l’implication des partenaires au projet,
  • le respect des délais fixés par le programme pour chacune des étapes du dispositif d’échanges,
  • le respect des critères fixés par le partenariat pour chacune des étapes.

Évaluation interne et externe[modifier | modifier le code]

Deux outils sont utilisés pour ces évaluations :

  • le système d’indicateurs mis en place dans le cadre du projet (respect des délais fixés par le programme, respect des objectifs fixés, etc.)
  • le retour d’expériences des jeunes entrepreneurs ayant participé au programme (questionnaires de satisfaction, rapport final d’activité, contacts réguliers des partenaires avec les entrepreneurs permettant de mesurer la qualité de l’échange...) à partir d’un certain nombre de critères, tels que la qualité de prise en charge logistique et financière, la qualité de la mission, la valeur ajoutée de la mission, etc.

Ces retours d’expériences permettent d’identifier les aspects à améliorer et les aspects qui ont bien fonctionné. Par ailleurs, une évaluation externe sera lancée en fin de projet pour évaluer l’efficacité, l’efficience et l’impact du projet sur les NE, les HE et la création d’échanges. Cette évaluation fait l’objet d’une sous-traitance par le chef de file. Ces deux mécanismes complémentaires servent à mesurer le bon fonctionnement du projet à plusieurs niveaux :

  • la qualité des services rendus par les partenaires,
  • le degré de satisfaction des NE et des HE (au regard de leur prise en charge et des bénéfices que peut leur apporter ce programme EYE,
  • la qualité des échanges,
  • les typologies d’échanges,
  • les impacts et retombées territoriales du projet sur le territoire d’intervention.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Action n° 21/G/ENT/ERA/11/311A Erasmus for Young Entrepreneurs (EYE), Proposition de Projet MERCURE – Section III (description du projet)
  2. "L’eurorégion Pyrénées-Méditerranée, seul territoire français à participer au nouveau programme européen Erasmus pour jeunes entrepreneurs", article récapitulatif du 6/06/2012 sur Emploi-LR.
  3. Projets Innovations et Développement économique sur le site officiel de l'Eurorégion Pyrénées-Méditerranée.
  4. Fiche du Projet Creamed
  5. Article Euractiv sur le soutien de l'Eurorégion Pyrénées-Mediterranée envers les jeunes entrepreneurs (par Julien Schorpp)
  6. Exemple d'évaluation d'un projet (lien européen, en anglais sur le site EC Europa)