The SeaCleaners

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Projet Manta)
The SeaCleaners
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Organisation non gouvernementale internationale
But Conservation de la nature Dépollution
Zone d’influence Monde entier
Fondation
Fondation 2016
Fondateur Yvan Bourgnon
Identité
Siège Drapeau de la France La Trinité-sur-Mer
Personnages clés Yvan Bourgnon
Site web theseacleaners.org

The SeaCleaners est une association loi de 1901 d'intérêt général de protection de l’environnement ciblant la pollution plastique marine.

Fondée en 2016 par Yvan Bourgnon, navigateur franco-suisse, elle est basée à La-Trinité-sur-Mer, en France.

Création[modifier | modifier le code]

Lors de ses courses en mer, Yvan Bourgnon a souvent[1] heurté un container à la dérive ou d'autres déchets qui l'ont obligés à abandonner la course[2].

Entre 2013 et 2015, il entreprend un tour du monde en catamaran et est choqué par l'accumulation des déchets en mer, particulièrement le long de la barrière indonésienne. À son retour, il crée l'association The SeaCleaners pour lutter contre la pollution marine[3].

Activités[modifier | modifier le code]

Actions[modifier | modifier le code]

The SeaCleaners agit contre la pollution plastique marine à travers des missions correctives et préventives, en mer et à terre.

En novembre 2021, The SeaCleaner a participé à la COP26[4].

Les cleanups[modifier | modifier le code]

The SeaCleaners organise des opérations de cleanups dans toute la France et dans le monde :

  • En septembre 2020 l'association participe au World CleanUp Day dans plusieurs villes telles que Bordeaux[5], Lyon[6], Saint-Malo, Sainte-Hélène (Morbihan)[7], Lille[8], Remoulins (Gard) et en Suisse[9] ;
  • En octobre 2021, l'association organise une collecte de déchets avec le soutien des Girondins de Bordeaux et 320 jeunes bénévoles[10] ;
  • En octobre et novembre 2021, à l'occasion de la Transat Jacques-Vabre, l'association organise du 29 octobre au 7 novembre une grande sensibilisation aux déchets plastiques marins[11].

Sensibilisation[modifier | modifier le code]

Pour sensibiliser le jeune public, l'association intervient dans des écoles, des collèges, des lycées et des aquariums : Boulogne-sur-Mer[12], Saint-Malo[13], Paris[14], Lyon[15].

Manta et Mobula[modifier | modifier le code]

L'association a créé son bureau d'ingénierie navale. Celui-ci est soutenu par un consortium technique dont une vingtaine d’entreprises et 5 laboratoires de recherche dont ceux de l’École navale de Brest et de l'École centrale de Nantes[16].

L’association porte depuis 2018 le projet Manta, un futur catamaran géant de 70 mètres sur 49 et d'une hauteur de 61 mètres qui serait en charge de collecter et traiter les déchets plastiques dans l’océan. Ce bateau-usine autonome à plus de 75 % pourrait traiter jusqu’à 10 000 t de déchets par an. La propulsion du navire se fera essentiellement à l'aide de ses voiles, et aussi grâce à des moteurs électriques rechargés par des panneaux solaires et des éoliennes[17]. Des tapis roulants au niveau de la mer font monter les détritus à l'intérieur du bateau, où ils seront triés (les matières organiques, poissons, etc. sont rejetés à la mer), avant d'être compactés en cubes d'un mètre cube[réf. souhaitée]. La capacité de ramassage d'un bateau reste limitée, 300 à 600 m3, par rapport au volume de plastique existant en mer[n 1]. Pour le navigateur, ce projet peut cependant être utile dans les zones les plus contaminées ou encore avant que les déchets ne se fragmentent en micro-particules[18],[19]. Le coût unitaire du premier Manta est estimé à 30 millions d'euros[20]. Sa mise à l’eau est prévue pour 2025[21].

En 2021, The SeaCleaners a lancé le Mobula 8, bateau de dépollution en eaux calmes, en cours de déploiement opérationnel en Indonésie[22].

Soutiens et collaborations[modifier | modifier le code]

La Fondation Albert II de Monaco soutient le projet Manta[23].

The SeaCleaners est partenaire du programme Cleanseas dirigé par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE)[24].

La CCI France International soutient l'association[25].[source insuffisante]

En janvier 2022, l'Asosiasi Pengusaha Sampah Indonesia (APSI), association professionnelle indonésienne de recyclage des déchets signe un protocole d'accord d'actions communes[26].

En Juillet 2022, parmi 22 associations environnementales en lice, The SeaCleaners fait partie des 5 choisies par les internautes pour se voir attribuer un partage des dons récoltés par le projet caritatif Z Event édition 2022.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En complément concernant le fait de collecter des déchets : Nicolas Santolaria, « Le « plogging », ou comment courir « utile » », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Yvan Bourgnon et le navire Manta de The Sea Cleaners : agir en mer pour réduire la pollution plastique océanique », sur Plastic Ethics (consulté le )
  2. « French tech Rennes-Saint-Malo abandonne », sur ouest-france.fr, (consulté le )
  3. Aurélie Delmas, « Yvan Bourgnon : «Au large, le Manta pourra ramasser 600 m3 de déchets plastiques» », sur Libération (consulté le )
  4. (en) « Sea Change », sur United Nations Climate Change, (consulté le )
  5. (en) « Cleanwalk.org - Plateforme des actions citoyennes de ramassage de déchets », sur Cleanwalk.org (consulté le )
  6. « World Cleanup Day à Lyon: plus de 60 kg de déchets ménagers ramassés sur les quais de Saône » (consulté le )
  7. « Morbihan : The SeaCleaners se déploie en Bretagne et recrute des bénévoles », sur actu.fr (consulté le )
  8. « World Clean Up Day : ce qui est organisé à Lille et dans la métropole ce samedi », sur actu.fr (consulté le )
  9. « World Cleanup Day 2020 », sur Patrimonia, (consulté le )
  10. « Environnement : le football professionnel peut-il être écologique ? », sur www.msn.com (consulté le )
  11. « Le Havre. Une baleine géante remplie de déchets s'invite au village de la Transat Jacques Vabre », sur actu.fr (consulté le )
  12. « The SeaCleaners », sur Aquarium Nausicaa : Centre National de la Mer à Boulogne-sur-Mer (consulté le )
  13. « Saint-Malo. Le Grand Aquarium sensibilise à la pollution de l’océan », sur Ouest-france.fr, (consulté le )
  14. « Destination Océans propres à l'Aquarium de Paris avec The SeaCleaners », sur L'Aquarium de Paris (consulté le )
  15. « https://www.aquariumlyon.fr/la-pollution-plastique/ », sur Aquarium Lyon (consulté le )
  16. « The SeaCleaners : le navigateur Yvan Bourgnon à la barre du Manta, le voilier dévoreur de plastique », sur France-Culture, (consulté le ).
  17. « The Sea Cleaners : Yvan Bourgnon a présenté la version finale du navire (...) - SeaSailSurf », sur www.seasailsurf.com (consulté le )
  18. Futura, « Yvan Bourgnon, le marin qui veut nettoyer les océans avec un quadrimaran géant », Futura,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Yvan Bourgnon : Au large, le Manta pourra ramasser 600 m3 de déchets plastiques », Libération,‎ (lire en ligne)
  20. « Déchets plastiques dans les océans : "La deuxième plus grande catastrophe écologique dans le monde" estime le navigateur Yvan Bourgnon », sur Franceinfo, (consulté le )
  21. « Le Manta : le bateau usine dépollueur contre le plastique », sur The SeaCleaners
  22. « Le Mobula 8, bateau de dépollution polyvalent de The SeaCleaners », sur Initiatives pour l'Avenir des Grands Fleuves (consulté le )
  23. Par Emilie Torgemen Le 8 avril 2018 à 22h12, « Pollution : le navigateur Yvan Bourgnon invente le bateau nettoyeur des mers », sur leparisien.fr, (consulté le )
  24. (en) U. N. Environment, « Partners », sur Clean Seas, (consulté le )
  25. « CCI France International s’engage contre la pollution plastique aux côtés de The SeaCleaners », sur CCI France International (consulté le )
  26. « Bali - The SeaCleaners et l’APSI s’unissent contre la pollution plastique », sur lepetitjournal.com (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]