Profession réglementée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’économie
Cet article est une ébauche concernant l’économie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Une profession réglementée est définie par des dispositions législatives, réglementaires ou administratives spécifiques qui en limitent l'accès. Ces dispositions s'ajoutent aux règlements d'administration publique, d'hygiène et de sécurité auxquels toutes les professions et toutes les activités économiques sont soumises.

Définition[modifier | modifier le code]

Le terme de « profession réglementée » (dans le sens de la directive 2005/36/CE du Parlement européen et du Conseil du 7 septembre 2005) est défini dans l'article 3-1-a de la directive :

« Activité ou ensemble d'activités professionnelles dont l'accès, l'exercice ou une des modalités d'exercice est subordonné directement ou indirectement, en vertu de dispositions législatives, réglementaires ou administratives, à la possession de qualifications professionnelles déterminée; l'utilisation d'un titre professionnel limitée par des dispositions législatives, réglementaires ou administratives aux détenteurs d'une qualification professionnelle donnée constitue notamment une modalité d'exercice. »

Si la liste des professions réglementées varie fortement d’un pays à l’autre, on y trouve en général deux groupes :

Article détaillé : Profession libérale.
  • les professions de service qui s'exercent auprès du public et pour lesquelles il est exigé de disposer d'un niveau de qualification (diplôme), de moyens techniques (local, matériel, information, stock) et de garanties (assurance).

L'exercice illégal d'une profession réglementée est passible de sanctions. Ainsi le Code pénal français punit :

-d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende [...] l'usage, sans droit, d'un titre attaché à une profession réglementée par l'autorité publique. (Art. 433-17).
-de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende le fait, pour toute personne agissant sans titre de s'immiscer dans l'exercice d'une fonction publique ou de délégation de service public, (selon la jurisprudence) ou d'exercer (...) une activité réservée aux officiers publics et ministériels.(Art. 433-12)

Belgique[1][modifier | modifier le code]

Professions commerciales ou artisanales réglementées[2][modifier | modifier le code]

  • commerçant/artisan (attestation de connaissances de gestion de base)

1) Véhicules

  • cycles (vente, réparation)
  • compétence professionnelle sectorielle pour les véhicules à moteur ayant une masse maximale jusqu'à 3,5 tonnes (entretien et réparation des véhicules à moteur)
  • compétence professionnelle sectorielle pour les véhicules à moteur ayant une masse de plus de 3,5 tonnes (entretien et réparation des véhicules à moteur)
  • compétence professionnelle intersectorielle pour les véhicules à moteur (entretien et réparation des véhicules à moteur, réparation de la carrosserie, vente au détail de véhicules à moteur usagés)

2) Construction

  • activités de gros-œuvre
  • activités de plafonnage, cimentage et pose de chapes
  • activités de carrelage, de marbre et de la pierre naturelle
  • activités de toiture et de l'étanchéité
  • placement/réparation de la menuiserie et de la vitrerie
  • menuiserie générale
  • activités de la finition
  • activités d'installation de chauffage central, de climatisation, de gaz et de sanitaire
  • activités électrotechniques
  • entreprise générale de construction

3) Soins aux personnes

  • coiffeur
  • esthéticien(ne)
  • pédicure
  • masseur
  • opticien
  • technicien dentaire
  • entrepreneur de pompes funèbres

4) Alimentation

  • grossiste en viandes-chevillard
  • restaurateur/traiteur-organisateur de banquets
  • boulanger-pâtissier

5) Autres professions

  • installateur-frigoriste
  • dégraisseur-teinturier

6) Agréments spécifiques

  • boucher-charcutier[3]
  • armurier[4] (commerce d'armes et munitions, activités d'intermédiaire, réparation, gravure ...)
  • exploitant de bancs solaires[5],[6]
  • activités de tatouage/piercing[7]
  • agent de voyages[8],[9]
  • intermédiaire en assurances[10] (courtier, agent ...)
  • intermédiaire en services bancaires et d'investissement[11] (courtier, agent ...)
  • intermédiaire en crédits[12],[13] (crédit hypothécaire/crédit à la consommation)

Professions libérales, paramédicales ou intellectuelles prestataires de services réglementées[modifier | modifier le code]

1) Les professions nécessitant une inscription à un Ordre, un Institut ou une Chambre :

  • médecin[14],[15]
  • vétérinaire[16],[17]
  • pharmacien[18],[15]
  • notaire[19]
  • avocat[20]
  • huissier de justice[21]
  • juriste d'entreprise[22] (titre protégé uniquement)
  • réviseur d'entreprises[23]
  • expert-comptable[24]
  • conseil fiscal[24] (titre protégé uniquement)
  • comptable -(fiscaliste) agréé[25]
  • architecte[26]
  • agent immobilier[27] (courtier/syndic)
  • expert en automobiles[28]

2) Les autres professions de santé ou paramédicales réglementées[29] :

  • dentiste
  • kinésithérapeute
  • sage-femme
  • infirmier
  • aide-soignant
  • logopède
  • diététicien
  • ergothérapeute
  • orthoptiste
  • bandagiste/orthésiste/prothésiste
  • audiologue/audicien
  • technologue de laboratoire médical
  • technologue en imagerie médicale
  • assistant pharmaceutico-technique
  • secouriste-ambulancier
  • psychologue clinicien[30] (un Arrêté Royal doit promulguer les conditions d'agrément)
  • orthopédagogue clinicien[30] (un Arrêté Royal doit promulguer les conditions d'agrément)

3) les professions nécessitant une inscription auprès d'une administration fédérale (ou d'une commission d'agrément) :

  • psychologue[31] (titre protégé uniquement)
  • géomètre-expert[32]
  • journaliste professionnel[33] (titre protégé uniquement)
  • mandataire agréé en matière de brevets d'invention[34]
  • agent de change[35] (titre protégé uniquement)
  • magistrat[36]
  • médiateur agréé[37]
  • expert judiciaire[38]
  • traducteur/interprète juré[38]

Professions de l'enseignement réglementées[modifier | modifier le code]

1) Enseignement[39] :

  • instituteur maternel
  • instituteur primaire
  • enseignant dans l'enseignement secondaire
  • enseignement supérieur (maître de formation pratique, maître-assistant, chargé de cours)

2) Enseignement & recherche académique :

  • enseignement universitaire[40] (chargé de cours, professeur, professeur ordinaire)

Professions réglementées relevant des services publics de secours et de sécurité[modifier | modifier le code]

  • pompier/protection civile[41]
  • policier[42]

Professions du transport réglementées[modifier | modifier le code]

1) Transport routier[43],[44],[45] :

  • transport de marchandises par route
  • transport de voyageurs par route
  • chauffeur de taxi[46] (certificat de capacité dans certaines grandes villes)

2) Navigation intérieure, marine marchande & pêche maritime :

  • transport de marchandises par voie navigable[47] (navigation intérieure et rhénane)
  • marine marchande[48],[49] (normes internationales STCW)
  • navigation de pêche maritime[50] (normes internationales STCW)

3) Transport ferroviaire :

  • conducteur de train[51] (licence européenne)
  • accompagnateur de train[52] (certificat)

4) Aviation civile[53] :

  • pilote de ligne (licence européenne)
  • contrôleur aérien[54] (licence européenne)
  • personnel de maintenance d'aéronefs (licence européenne)
  • steward/hôtesse de l'air (Cabin Crew Attestation)

Autres professions réglementées[modifier | modifier le code]

  • assistant social[55] (titre protégé uniquement)
  • aide familial(e)[56]
  • accueil de la petite enfance [57],[58] (puériculteur(-trice), accueillant(e) d'enfants, directeur(-trice) de maison d'enfants ...)
  • animateur/coordinateur de centres de vacances[59]
  • directeur de maison de repos[60],[61]
  • détective privé[62]
  • agent de gardiennage[62]
  • entreprise de sécurité[62] (conception, installation et entretien de systèmes d'alarme)
  • directeur/moniteur d'auto-école[63]
  • conseiller en prévention[64],[65]
  • coordinateur sécurité-santé[66],[67]


Canada[modifier | modifier le code]

Québec[modifier | modifier le code]

Les professions réglementées sont régies par le Code des Professions LRQ à travers l'Office des professions du Québec. Il y a 51 professions réglementées par un ordre professionnel au Québec[68].

D'autres professions, comme les maîtres-électriciens, ont des actes réservés par la loi, mais ne sont pas des professions réglémentées par un ordre professionnel, ne répondant pas à certain critère, comme avoir un code de déontologie.

France[modifier | modifier le code]

En France, le centre ENIC-NARIC[69] informe sur les procédures à suivre pour l'exercice sur le territoire français d'une profession réglementée. Il est le point de contact français de la Directive 2005/36/CE (du Parlement Européen et du Conseil de l'Europe du 7 septembre 2005) relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles[70].

Les définitions de ce qu'on appelle une profession réglementée n'étant ni restrictives, ni consensuelles, il est impossible d'établir une « liste des professions réglementées en France » qui serait exhaustive et consensuelle. Au contraire si on choisit une définition restreinte, on peut obtenir une liste restreinte, par exemple la « liste des professions réglementées en situation de monopole légal en France », qui sont les professions d'officier ministériel, réduites au nombre de 4 au XXe siècle.

Ainsi « les 37 professions réglementées » est une boutade signifiant qu'il y en a davantage que beaucoup, le nombre 36 signifiant beaucoup dans une expression. En septembre 2014, le président de la Banque centrale européenne parle de 219 professions réglementées en France, mais sans en fournir la liste. On sait seulement que l'obtention d'une licence de débit de boisson, fait des bistrotiers une profession réglementée au sens des institutions européennes[71],[72].

Professions à monopole[modifier | modifier le code]

Les professions d'officier ministériel sont en situation de monopole légal. Ce monopole est en contradiction avec l'abolition des privilèges. Ces professions se voient accordée une « charge », qui correspond à l'exercice d'un pouvoir public sur une certaine zone géographique. Ces charges peuvent être vendues et achetées entre personnes remplissant des critères, mais elles peuvent aussi être attribuées gratuitement par l'État.

Pour l'avenir de ces charges, il existe quatre options : le statu quo, l'accroissement (une forme de délégation de service public), une libéralisation (qui implique de rétrocéder à l'état ses pouvoirs publics pour que ne subsiste que des prérogatives privées), ou la création de concours de fonctionnaires comme ce fut le cas pour toutes les professions de greffier sauf ceux des tribunaux de commerce.

Les directives de l'Union européenne, négociées et adoptées par la France, préconisent la solution de la libéralisation, tout en la suspendant sine die. En janvier 2015, François Hollande déclare vouloir : « ouvrir ces professions qui étaient fermées »[73].

Professions commerciales soumises à réglementation[modifier | modifier le code]

De nombreuses professions ont un accès à la profession restreint appelé certificat de qualification professionnelle (CQP) mais qui n'implique aucun règlement par la suite autre que les obligations légales (assistance à personne en danger...). Ainsi si on dit que la profession de chauffeur de taxi est réglementée c'est en raison de l'achat de la licence et non en raison de l'examen d'accès. Ces professions sont soumises à une importante réglementation.

Professions non commerciales réglementées[modifier | modifier le code]

Les professions nécessitant une inscription à un Ordre, un Institut ou une Chambre[modifier | modifier le code]

Cette catégorie regroupe toutes les professions qui exercent une activité ni commerciale, ni artisanale, ni industrielle, ni agricole et qui sont dotées d'un ordre ou d'une chambre professionnelle et d'un Code de déontologie.

Professions de santé, paramédicales ou sociales réglementées mais ne nécessitant pas d'inscription à un Ordre, un Institut ou une Chambre[modifier | modifier le code]

Autres professions faisant l'objet d'une réglementation[modifier | modifier le code]

  • Agent de recherches privées, également appelé enquêteur privé, enquêteur de droit privé, enquêteur d'assurances, détective privé, agent de renseignements privés (etc.). Activité régie par le Code de la sécurité intérieure, livre VI, titre II (en vigueur depuis le 1er mai 2012) dont l'article L. 621-1 dispose : "Est soumise aux dispositions du présent titre la profession libérale qui consiste, pour une personne, à recueillir, même sans faire état de sa qualité ni révéler l'objet de sa mission, des informations ou renseignements destinés à des tiers, en vue de la défense de leurs intérêts."
  • Conseil en propriété industrielle : La profession de Conseil en Propriété Industrielle est une profession réglementée apte à représenter tiers en matière de brevets, marques, dessins et modèles auprès de l'INPI, et qui a pour mission d'offrir ses services au public pour conseiller, assister ou représenter les tiers en vue de l'obtention, du maintien, de l'exploitation ou de la défense des droits de propriété industrielle, droits annexes. Comme la plupart des professions réglementées, elle est protégée par un titre difficile à acquérir, puisqu'il est accordé après un examen organisé par l'INPI. Pour pouvoir s'inscrire à cet examen, il faut être titulaire d'un diplôme d'ingénieur ou d'une maîtrise scientifique, technique ou juridique et d'un le diplôme universitaire en droit de la propriété industrielle délivré par le CEIPI situé à Strasbourg ou d'un diplôme équivalent. Cette formation universitaire doit, de plus, être accompagnée d'une pratique professionnelle certifiée de 3 années sous la responsabilité d'une personne elle-même inscrite sur la liste des personnes qualifiées.
  • Conservateur (sur titre : diplôme de conservateur du patrimoine de l'INP ou diplôme de conservateur des bibliothèques de l'ENSSIB)
  • Éducateur sportif (diplôme d'État et de branche professionnelle)
  • Expert agricole et foncier et expert forestier
  • Expert judiciaire (inscription au tableau de chaque cours d'appel)
  • Animateur socioculturel et Directeur en Accueil collectif de mineurs (ACM)

Professions ne faisant pas l'objet d'une réglementation stricto sensu[modifier | modifier le code]

Ces professions n'ont aucune réglementation particulière (autre que le droit du travail et que les conventions collectives des salariés). C'est pourquoi la répression des fraudes (DGCCRF) chargée de faire appliquer les réglementations ne peut souvent pas mettre à l'amende ces professionnels. Par ailleurs, le droit pénal protège les personnes vulnérables (Abus de faiblesse) et combat le banditisme (Escroquerie en droit pénal français).

Libéralisation[modifier | modifier le code]

L'IGF (Inspection Générale des Finances) a émis un rapport en 2013 sur quelques dizaines de professions réglementées[82], qui la conduit à promouvoir la libéralisation de ces professions.

Parmi différentes mesures de libéralisation, l'IGF promeut:

  • la suppression des monopoles (par exemple pour la délivrance de médicaments sans ordonnance)
  • la suppression des tarifs réglementés
  • l'inscription dans la loi de principes de liberté d’installation et de liberté d’investissement
  • la suppression des numerus clausus pour les professionnels de santé.

La loi Macron envisage d'instaurer la liberté d’installation pour les seules professions réglementées du droit, la suppression du numerus clausus pour les notaires, les avocats à la Cour de cassation, les huissiers et autres professions juridiques, et la mise à jour des grilles tarifaires.

En 2010 37 professions réglementées représentent un chiffre d’affaires cumulé de 235,8 milliards d'euro et une valeur ajoutée de 123,8 milliards d'euro (soit 6,4% du PIB). Ces acttivités génèrent un bénéfice de 42,7 milliards d'euro en 2010 (soit 34,5% du chiffre d’affaires). Ces 37 activités emploient 1,1 million de salariés[83].

Surplus de bénéfice[modifier | modifier le code]

Ces professions bénéficient d'un bénéfice représentant 19,2 % du chiffre d’affaires, soit 2,4 fois la rentabilité constatée dans le reste de l’économie. Pour 32 de ces 37 professions, le revenu médian est supérieur au revenu médian des salariés français[83].

Bénéfices par profession réglementée
Source : IGF[83].

Démarches de réformes[modifier | modifier le code]

Chronologies des propositions de réformes:

Année Auteur Commentaire
1959 comité Armand‐Rueff « suppressiondes obstacles à l’expansion économique ».
 1983 Inspection générale des finances rapport Augier
2008  commission pour la libération de la croissance rapport Attali 2008
2009  commission Darrois

Ces propositions ont donné lieu à des lois[83]:

Contexte européen[modifier | modifier le code]

Le contexte européen a apporté sa pierre à l'édifice[83]:

  • 2004, Livre Blanc de la Commission européenne sur les professions libérales
  • 2005, directive sur la « reconnaissance des qualifications professionnelles »
  • 2006, directive « services »

Les professions réglementées sont concernées par différentes thématiques européennes: jurisprudence communautaire, liée aux restrictions en matière de libre prestation de service, de liberté d’installation, de liberté capitalistique, de publicité et d’équivalence des qualifications ; le « paquet services » de 2012, qui conduit à revoir des réglementations en place ; le projet de modernisation de la directive sur les qualifications professionnelles[83].

En particulier, en 2012, le Conseil de l'union européenne considère que « Les réformes qui ont été adoptées pour simplifier l'environnement des entreprises et éliminer les restrictions dans certains secteurs et professions réglementés n’ont pas permis de supprimer les barrières à l’entrée et les comportements restrictifs existant dans de nombreux autres secteurs (par exemple, vétérinaires, chauffeurs de taxi, secteur de la santé, professions juridiques, y compris notaires ). Il s’avère donc nécessaire de réaliser un examen plus horizontal et systématique des barrières à l’entrée et des comportements restrictifs qui subsistent dans les professions réglementées afin d'apprécier leur nécessité et leur proportionnalité. »[83].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vous voulez travailler en Belgique », sur www.equivalences.cfwb.be (consulté le 14 mars 2017)
  2. « activités commerciales ou artisanales », sur wallonie.be (consulté le 31 juillet 2016)
  3. « Régionlisation / Boucher-Charcutier », sur wallonie.be (consulté le 31 juillet 2016)
  4. « Armuriers - Service public federal Justice », sur belgium.be (consulté le 31 juillet 2016)
  5. [1]
  6. [2]
  7. [3]
  8. [4]
  9. [5]
  10. « Assurances - website », sur fsma.be (consulté le 31 juillet 2016)
  11. « Services bancaires et d'investissement - website », sur fsma.be (consulté le 31 juillet 2016)
  12. « Intermédiaires en crédit hypothécaire - website », sur fsma.be (consulté le 31 juillet 2016)
  13. « Intermédiaires en crédit à la consommation - website », sur fsma.be (consulté le 31 juillet 2016)
  14. « Page d'accueil - Ordre des médecins - Ordomedic », sur ordomedic.be (consulté le 31 juillet 2016)
  15. a et b [6]
  16. « C.R.O.M.V », sur ordre-veterinaires.be (consulté le 31 juillet 2016)
  17. [7]
  18. (www.adenti.be), « Bienvenue - Orde Der Apothekers », sur ordredespharmaciens.be (consulté le 31 juillet 2016)
  19. « Notaire.be », sur notaire.be (consulté le 31 juillet 2016)
  20. « avocats.be », sur avocats.be (consulté le 31 juillet 2016)
  21. [8]
  22. [9]
  23. [10]
  24. a et b « Institut des Experts-comptables et des Conseils fiscaux - Belgique - IEC », sur iec-iab.be (consulté le 31 juillet 2016)
  25. « IPCF - HOME », sur ipcf.be (consulté le 31 juillet 2016)
  26. « Ordre des Architectes - Conseil Francophone et Germanophone », sur ordredesarchitectes.be (consulté le 31 juillet 2016)
  27. « Nous veillons sur la profession d’agent immobilier », sur ipi.be,‎ (consulté le 31 juillet 2016)
  28. « Accueil », sur iaeiea.be (consulté le 31 juillet 2016)
  29. « Santé - SPF Santé Publique », sur belgium.be (consulté le 31 juillet 2016)
  30. a et b [11]
  31. [12]
  32. [13]
  33. « La loi relative au titre de journaliste professionnel - Association des journalistes professionnels », sur ajp.be (consulté le 31 juillet 2016)
  34. [14]
  35. [15]
  36. « Devenir magistrat - Service public federal Justice », sur belgium.be (consulté le 31 juillet 2016)
  37. [16]
  38. a et b [17]
  39. « Enseignement.be - Carrières dans l’enseignement », sur enseignement.be (consulté le 31 juillet 2016)
  40. « Loi sur l'organisation de l'enseignement universitaire par l’État », sur Gallilex
  41. [18]
  42. [19]
  43. « Transport de marchandises et de voyageurs », sur mobilit.belgium.be (consulté le 14 mars 2017)
  44. « Institut Transport routier & Logistique Belgique », sur www.itlb.be (consulté le 14 mars 2017)
  45. « Aptitude professionnelle », sur mobilit.belgium.be (consulté le 14 mars 2017)
  46. [20]
  47. [21]
  48. [22]
  49. [23]
  50. [24]
  51. [25]
  52. [26]
  53. « Licences | SPF Mobilité », sur mobilit.belgium.be (consulté le 14 mars 2017)
  54. [27]
  55. « Déontologie », sur ufas.be (consulté le 31 juillet 2016)
  56. [28]
  57. [29]
  58. [30]
  59. [31]
  60. [32]
  61. « LOI - WET », sur fgov.be (consulté le 31 juillet 2016)
  62. a, b et c [33]
  63. [34]
  64. [35]
  65. [36]
  66. [37]
  67. [38]
  68. « Fiches descriptives des ordres professionnels - Office des professions du Québec », sur www.opq.gouv.qc.ca (consulté le 14 mars 2017)
  69. « Bienvenue dans la rubrique ENIC-NARIC France - CIEP », sur ciep.fr (consulté le 31 juillet 2016)
  70. « Vérifier si ma profession est réglementée - CIEP », sur ciep.fr (consulté le 31 juillet 2016)
  71. Bruxelles veut libéraliser les professions réglementées en France, Cyrille Lachèvre, Le Figaro, 29 mai 2013
  72. « 6 milliards pour le pouvoir d'achat, appel au patriotisme et à l'embauche : les annonces de Montebourg », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  73. « Retour sur ce qu'a dit François Hollande sur France Inter : le président assume son échec sur le chômage et défend sa politique économique », sur atlantico.fr (consulté le 31 juillet 2016)
  74. « Ordre National des Chirurgiens Dentistes », sur Site de l'Ordre des chirurgiens-dentistes (consulté le 20 mai 2016).
  75. « Ordre National des Infirmiers », sur Site de l'Ordre des infirmiers (consulté le 20 mai 2016).
  76. « Search Results Ordre des Masseurs Kinésithérapeutes », sur Site de l'Ordre des masseurs-kinésithérapeutes (consulté le 20 mai 2016).
  77. « Conseil National de l'Ordre des Médecins », sur Site de l'Ordre des médecins (consulté le 20 mai 2016).
  78. « Ordre National des Pédicures-Podologues », sur Site de l'Ordre des pédicures-podologues (consulté le 20 mai 2016).
  79. « Search Results Ordre National des Pharmaciens », sur Site de l'Ordre des pharmaciens (consulté le 20 mai 2016).
  80. « Conseil national de l'Ordre des sages-femmes », sur Site de l'Ordre des sages-femmes (consulté le 20 mai 2016).
  81. « L'Ordre national des vétérinaires », sur Site de l'Ordre des vétérinaires (consulté le 20 mai 2016).
  82. Marc Lassort, « La libéralisation des professions réglementées Une réforme incomplète mais nécessaire », IREF Europe,‎ (lire en ligne)
  83. a, b, c, d, e, f et g MINISTÈRE DE Économie et des finances, RAPPORT N°201 2 M 057 0 3 Les professions réglementées, Tome 1, , 114 p. (lire en ligne), p. 1

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]