Professeur Cyclope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Professeur Cyclope
Image illustrative de l’article Professeur Cyclope

Langue Français
Périodicité Mensuel
Genre Bande dessinée en ligne
Fondateur Gwen de Bonneval, Brüno, Cyril Pedrosa, Hervé Tanquerelle, Fabien Vehlmann
Date de fondation 2013
Date du dernier numéro 2015

Professeur Cyclope est un périodique de bande dessinée numérique mensuel dont le premier numéro sort en et le dernier en .

En 2014, les éditions Casterman créent la collection « Professeur Cyclope » en collaboration avec Arte Éditions, destinée à publier les séries parues dans le magazine.

Historique[modifier | modifier le code]

Professeur Cyclope est fondé par Gwen de Bonneval, Brüno, Cyril Pedrosa, Hervé Tanquerelle, Fabien Vehlmann en mars 2013[1]. Le nom Professeur Cyclope, inspiré du film Docteur Cyclope[2], est choisi pour le côté « expérience » (Professeur) et pour le « regard singulier » (Cyclope)[3].

L'adaptation sur tablette du magazine est considéré comme une évidence pour Fabien Vehlmann :

« les tablettes sont particulièrement bien adaptées à la bande dessinée. On est dans un format proche du format papier américain ou manga, plus petit, qui offrirait un mode de lecture assez naturel pour un lecteur de BD. Un amateur de dessin pourra y trouver son compte car contrairement à ce que pourrait penser un puriste, la qualité des couleurs peut être meilleure sur un écran que sur du papier. La BD numérique permet aussi de développer de nouveaux contenus : le scrolling, le papyrus ou le turbo-média[4]. »

Le but du magazine est de se centrer sur la recherche créative sans renoncer au plaisir de raconter des histoires[5]. L'équipe éditoriale s'inspire pour cela de l'esprit de la chaîne de télévision HBO « qui parvient à exploiter des sujets mainstream de façon originale »[2].

Le no 0, pilote du projet auquel participe notamment Marine Blandin, Hervé Bourhis, Marion Montaigne, Pluttark et Vincent Sorel, convainc Arte de se joindre à la production et de financer de moitié le magazine en collaboration avec Silicomix, société créée pour le projet[6].

Professeur Cyclope se présente comme un « freemium » : moitié gratuit, moitié payant[4]. Sur le modèle de Pilote ou À suivre, les numéros sont au départ proposés au prix de 3 [6]. Le magazine est accessible d'abord en abonnement, via le site de Professeur Cyclope, proposant l'équivalent d'une centaine de pages de BD, ainsi que des bonus (dont la chronique érotique de Fabien Vehlmann)[7]. Ensuite, une version gratuite « allégée » (environ 60 % du contenu) est proposée sur le site d'Arte en français et en allemand (« Professor Zyklop »)[8]. Télérama publie une partie du contenu (Lycéennes de Stephen Vuillemin, puis Zappoto de Marion Montaigne) à raison d'un épisode tous les vendredis[2].

En 2014, les éditions Casterman et Arte Éditions publient les premiers albums papiers tirés des séries de la revue numérique[9].

Fin 2014, le magazine prend un rythme de parution irrégulier[10]. Le 20e et dernier numéro paraît en .

En 2017, les vingt numéros et les trois numéros spéciaux sont mis en accès libre sur le site d'Arte[11].

Auteurs participants[modifier | modifier le code]

Feuilleton ou participations régulières[modifier | modifier le code]

Tangui Jossic réalise l'habillage graphique de la revue et notamment de la rubrique L'Œil du Cyclope.

Participations exceptionnelles[modifier | modifier le code]

L'Herbier Sauvage, tout d'abord un blog érotique de Fabien Vehlmann, devient une série mensuelle dans la rubrique L'Œil du Cyclope[12] illustrée par Ugo Bienvenu et Kevin Manach, Jimmy Beaulieu, Flomize, Vincent Giard, Laureline Mattiussi, Fanny Michaelis, Frédéric Poincelet, David Prudhomme...

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julien Baudry, Cases-pixels : une histoire de la BD numérique en France, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Iconotextes », , 344 p. (ISBN 978-2-86906-670-0).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Potet, « Branle-bas de combat chez les bédénautes », sur Le Monde,
  2. a b et c Laurence Le Saux, « Télérama, partenaire de la revue de BD numérique Professeur Cyclope », sur Télérama, (consulté en )
  3. « Le projet », sur www.professeurcyclope.fr (consulté le ).
  4. a et b Philippe Vion-Dury, « Avec les tablettes, la BD pourrait enfin épouser le Web », sur rue89.com, (consulté le ).
  5. Laure Garcia, « Festival d'Angoulême: la BD passée en revues (et en tablettes) », sur bibliobs.nouvelobs.com, Nouvel Observateur, (consulté le ).
  6. a et b Antoine Oury, « Le Professeur Cyclope initie Arte à la BD numérique », sur ActuaLitté, (consulté en )
  7. Benjamin Roure, « Où en est la BD numérique ? Zoom sur Professeur Cyclope », sur bodoi.info, (consulté le ).
  8. Romain Baro, « « Professeur cyclope », un nouveau terrain de jeux pour la BD », sur romainbaro.blog.lemonde.fr, lemonde.fr, (consulté le ).
  9. Clément Solym, « Le Professeur Cyclope publié par Arte Editions et Casterman », sur ActuaLitté, (consulté en )
  10. Julien Helmlinger, « Le magazine Professeur Cyclope change de formule », sur ActuaLitté, (consulté en )
  11. Flora Eveno, « Professeur Cyclope : des nouvelles de la BD numérique », sur RTBF, (consulté en )
  12. Masa, « herbier coquin », sur Le Monde, (consulté en )

Lien externe[modifier | modifier le code]