Profanation du cimetière juif de Sarre-Union

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Profanation du cimetière juif de Sarre-Union
Sarre-Union monument mémoire de la Shoah profanation cimetière juif 17 février 2015.jpg
Le monument à la mémoire de la Shoah profané.
Pays
Commune
Religion(s)
Tombes
environ 400
Mise en service
XVIIIe siècle

Le cimetière juif de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, a été profané, jeudi 12 février 2015 après-midi, et 250 tombes ont été dégradées[1]. La découverte de ces faits par une villageoise ne date que de dimanche 15 février 2015, vers 17 heures. Une cérémonie de recueillement s'est déroulée le 17 février 2015, dans ce cimetière, en présence de nombreuses personnalités, et notamment du président de la République, François Hollande, de René Gutman, Grand-rabbin du Bas-Rhin et de Strasbourg, et de Joël Mergui, président du Consistoire central israélite de France, qui ont pris la parole[2],[3]. Selon L'Obs, « C'est la profanation la plus importante commise dans un cimetière juif en France depuis près de 25 ans »[4] et, d'après Le Monde, c'est « un acte d'une ampleur inédite depuis 1992 »[5].

Contexte[modifier | modifier le code]

La profanation du cimetière est découverte le 15 février 2015, alors que la prise d'otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes remonte à un peu plus d'un mois (elle s'est produite le 9 janvier 2015) et que la fusillade qui a provoqué la mort d'un homme à la synagogue de Copenhague a eu lieu le matin même de cette découverte. La recrudescence de l'antisémitisme en France et, plus généralement en Europe, est donc un sujet qui inquiète les autorités nationales et la communauté juive, ce qui a poussé le président François Hollande à déclarer, dans son allocution de vœux pour 2015, que la lutte contre l'antisémitisme était une « cause nationale »[6].

Localisation du cimetière[modifier | modifier le code]

La passerelle qui enjambe la voie ferrée et mène au cimetière.

Sarre-Union se trouve aux confins de l’Alsace et de la Moselle, traversée par la Sarre, à égale distance de Nancy et de Strasbourg.

Un journaliste de France Télévision décrit les lieux : « Le cimetière juif est isolé. Sur la rue du Maréchal Foch, l'axe le plus important de la bourgade, rien n'indique la présence d'un tel lieu. Pour s'y rendre, il faut emprunter une allée anonyme entre deux maisons. Ce n'est pas une rue. Environ 150 mètres plus loin, on y trouve un petit pont qui enjambe une voie ferrée et débouche sur une grille. Juste derrière, il y a le cimetière juif. Le cimetière est encerclé par les rails d'un côté, et un ruisseau (la Sarre) de l’autre »[7].

Les profanations[modifier | modifier le code]

Les profanations ont eu lieu le jeudi 12 février 2015, entre 15 heures et 18 heures. Environ 250 sépultures sont profanées (soit 62.5%) sur un total de 400, ainsi que le mémorial aux victimes de la Shoah situé à l’entrée de la nécropole[8].

Le procureur de la République de Saverne, Philippe Vanier rend compte des détériorations qu'il a pu constater : « la plupart des dégradations sont des renversements de stèles ou des arrachages de colonnes ; quelques caveaux ont été ouverts ; le monument dédié aux victimes de la déportation, à l'entrée du cimetière a été mis à terre et brisé »[1].

Pour Philippe Richert, président du Conseil régional d'Alsace : « c’est une image de désolation »[9].

Les suspects[modifier | modifier le code]

Le procureur de la République de Saverne, Philippe Vanier, déclare que la police a arrêté cinq jeunes français de sexe masculin, âgés de 15 ans et demi à 17 ans. Le plus jeune des suspects s'est spontanément présenté à la brigade de gendarmerie de Sarre-Union, mettant également en cause plusieurs autres jeunes qui auraient été ses complices[4].

Les suspects sont originaires de la région, quatre d'entre eux étant domiciliés à Sarre-Union, le cinquième à Lunéville (Meurthe-et-Moselle). En vacances scolaires, ils se seraient organisés comme groupe via les réseaux sociaux et Facebook[10]. Selon Le Monde, l'un d'eux est fils d'institutrice, un autre est petit-fils de proviseur[11], et leur leader, Pierre B., était « anti-fasciste »[12]. Ils n'ont pas d'antécédents judiciaires. Ils encourent jusqu’à sept ans de prison[1].

Le mobile[modifier | modifier le code]

Selon leurs premières déclarations ou celles de leurs familles, les suspects se défendent de tout antisémitisme, ils « considéraient le cimetière de Sarre-Union “comme abandonné” »[13]. Cependant, ils sont mis en examen le 18 février et une information judiciaire est ouverte pour « délit de profanation en raison de la religion des défunts et dégradation volontaire de biens publics ». Selon les informations données par le procureur de la République, le mobile serait clairement l'antisémitisme[14],[15]. En effet, les suspects se seraient livrés à des «saluts nazis», des crachats sur des symboles juifs comme l'étoile de David, et prononcé les mots « sales juifs », « sale race » ou « Heil Hitler » et certains auraient uriné sur des tombes[16],[17],[11].

Premières mesures[modifier | modifier le code]

Le procureur de la République a requis pour les cinq mineurs : le contrôle judiciaire, le placement dans un centre éducatif, dont un foyer fermé pour deux des accusés, l’interdiction de se rendre à Sarre-Union et de se rencontrer et la participation obligatoire à la remise en état du cimetière[18].

Réactions[modifier | modifier le code]

Le maire de Sarre-Union, Marc Séné, fait une déclaration à la presse.

Le premier ministre Manuel Valls déclare que c'est « un acte ignoble et antisémite, une insulte à la mémoire »[19].

Selon Le Point du 16 février 2015, « la profanation du cimetière de Sarre-Union a scandalisé la France entière ». Ce journal cite le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve qui déclare : « La République ne tolérera pas cette nouvelle blessure qui meurtrit les valeurs que tous les Français ont en partage ». Il condamne avec « la plus grande fermeté » cet « acte odieux »[20],[21].

Le grand-rabbin de France, Haïm Korsia, condamne « un antisémitisme toujours plus virulent, qui s'en prend aux morts comme aux vivants »[22].

Le maire de Sarre-Union, Marc Séné, note la « consternation » dans sa commune rurale d'environ 3 500 habitants[23],[24].

Le 17 février 2015, avant la cérémonie au cimetière, deux cents élèves du lycée Georges Imbert de Sarre-Union se sont rassemblés[25], partant de leur établissement pour arriver devant l'ancienne synagogue[26] : ils manifestent pour condamner le saccage du cimetière par les cinq jeunes suspects, dont deux sont élèves du même lycée qu'eux[27].

Profanations antérieures du cimetière juif de Sarre-Union[modifier | modifier le code]

Le cimetière avait déjà été profané à cinq reprises depuis 1945, en particulier en 1988 et en 2001[28].

  • weekend du 21- : une soixantaine de stèles renversées.
  • weekend du 13- : 54 tombes saccagées. Les dégâts sont estimés à 75 000 francs (environ 11 000 euros). Quatre jeunes mineurs, âgés de 13 ans à 15 ans sont arrêtés quelques jours plus tard et reconnaissent les faits[29].

Cérémonie de recueillement du 17 février 2015[modifier | modifier le code]

Les lycéens de Sarre-Union ont rejoint la cérémonie de recueillement à l’issue de leur manifestation.

Mardi 17 février 2015, le président de la République, François Hollande, vient au cimetière juif de Sarre-Union, pour exprimer son émotion et son soutien à la communauté juive[30]. Il est accompagné par Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, Gérard Larcher, président du Sénat, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur et Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'État aux Anciens combattants et à la Mémoire[31], Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France, et de nombreuses personnalités politiques et religieuses nationales et régionales.

Pendant la cérémonie, le El Male Rahamim, – une prière qui accompagne les défunts à leur dernière demeure – est chanté par Isaac Ouaknine, le hazzan de la synagogue de la Paix de Strasbourg suivi du kaddish, la prière des morts, récitée par le Grand-rabbin de Metz et de la Moselle Bruno Fiszon[32].

Lectures[modifier | modifier le code]

Une écolière de CM1 lit deux poèmes :

Lecture du poème Si c'est un homme de Primo Levi.

« Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n'ai pas protesté, je ne suis pas juif.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n'ai pas protesté, je ne suis pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n'ai pas protesté, je ne suis pas catholique.
Quand ils sont venus me chercher,
Il n'y avait plus personne pour protester. »

— Martin Niemöller[33].

« […] N'oubliez pas que cela fut,
Non, ne l'oubliez pas :
Gravez ces mots dans votre cœur
Pensez-y chez vous, dans la rue,
En vous couchant, en vous levant,
Répétez-les à vos enfants […] »

— Primo Levi, Si c'est un homme[34].

Les allocutions[modifier | modifier le code]

Au cours de son allocution, François Hollande déclare : « S'attaquer à un cimetière, profaner, c'est insulter toutes les religions, c'est insulter la République »[35].

La veille, le grand-rabbin, René Gutman rappelle qu'il y avait autrefois une importante communauté juive[36]. Le cimetière juif date du XVIIIe siècle. La communauté juive comptait alors 400 familles (il reste trois juifs à Sarre-Union en 2015[37]). Il affirme : « Aujourd'hui ils attaquent aussi bien les vivants que les morts car ils sont juifs ». Toutefois, dans le même article du New York Times, les paroles rapportées de Simone Rodan-Benzaquen, directrice de l'American Jewish Committee in Paris, établissent une distinction entre le fait de tuer des Juifs et ces dégradations de tombes juives, même si, pour elle, les deux sont le symptôme d'un problème plus large : « Nous sommes témoins, dit-elle, en Europe, d'un moment de tension et de haine croissantes, et l'antisémitisme est plus largement le symptôme de quelque chose qui va mal »[38].

Remise en état du cimetière[modifier | modifier le code]

En 2017, au moment du procès des auteurs de la profanation, les 250 stèles détruites sont encore dans le même état qu’au lendemain du . Seul le monument à la mémoire des victimes de la Shoah a été entièrement restauré grâce au financement des travaux par l’ambassade d’Allemagne en France[39].

Procès[modifier | modifier le code]

Les cinq jeunes, âgés de 15 à 17 ans au moment des faits, sont jugés à huis clos les 14 et 15 septembre 2017 par le tribunal pour enfants de Saverne[40].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sarre-Union: 250 tombes juives profanées, cinq mineurs en garde à vue. Le Point.fr. 16 février 2015.
  2. Cérémonie à Sarre-Union: Les Discours. Consistoire Israélite du Bas-Rhin (CIBR). 17 février 2015.
  3. Voir, Discours lors de la cérémonie au cimetière juif de Sarre-Union. elysee.fr./video.
  4. a et b Voir, Ce que l'on sait des auteurs de la profanation des tombes juives. L'Obs. 16 février 2015.
  5. Voir, Cimetière juif profané dans le Bas-Rhin: les gardes à vue des 5 mineurs prolongées. Le Monde, 17 février 2015.
  6. « Hollande réitère son engagement "contre l'antisémitisme" », sur i24news,
  7. Louis Sanv « A Sarre-Union, la destruction des tombes a été méthodique. Ce n'est pas par hasard. », francetvinfo, 17 février 2015.
  8. Voir, Des centaines de tombes profanées dans un cimetière juif du Bas-Rhin. Le Figaro. 15 février 2015.
  9. Voir, (en) Tobias Salinger. Vandals desecrate Jewish cemetery in Alsace region of France, topple 300 headstones, creating 'image of desolation'. Daily News, New York, Monday, February 16, 2015.
  10. Voir, Enquête sur la profanation au cimetière juif. Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA). 17 février 2015.
  11. a et b Marion Van Renterghem, « L’antisémitisme impulsif de cinq gars « sans problème », Le Monde, 20 février 2015.
  12. Pierre B. avait étrangement un ennemi déclaré : « le fascisme ». Il portait des slogans antifascistes sur ses vêtements. « On ne parlait pas politique mais si on évoquait le Front national, il se mettait sur ses deux pattes arrière et se mettait à grogner, raconte Gaëtan. Il prétendait se battre contre le fascisme et était très remonté contre la police. Il traitait les policiers et les militaires de fascistes, avec une hargne qui me mettait mal à l’aise. » Cf. article du Monde en ligne.
  13. Arthur Helmbacher avec Anne-Julie Contenay. Tombes juives profanées à Sarre-Union: «mon fils a fait le con», Europe 1, 17 février 2015.
  14. « VIDEOS. Tombes juives profanées : les cinq mineurs mis en examen », sur le Parisien,
  15. Voir, Sarre-Union: des motivations et des comportements antisémites, placement en foyer pour les mineurs. Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA). 18 février 2015.
  16. Anne-Laure Frémont, « Cimetière juif profané dans le Bas-Rhin : le «mobile antisémite» avéré ». Le Figaro, 18 février 2015.
  17. Voir, Cimetière profané de Sarre-Union: le "mobile antisémite" apparaît "clairement". Le Monde, 18 février 2015.
  18. Voir, Le Monde, du 18 février 2015.
  19. Voir, (en) French Jewish graves vandalized in Sarre-Union. BBC. News Europe. 15 February 2015.
  20. Pour de nombreuses autres réactions, voir, (Direct/lundi) Cinq jeunes de 15 à 17 ans en garde à vue; François Hollande à Sarre-Union mardi à 11h. Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA), 16 février 2015.
  21. Voir, (en) Hundreds of Graves Desecrated at French Jewish Cemetery, Interior Minister Condemns as 'Heinous Act'. The algemeiner. February 15, 2015.
  22. Voir, Profanation du cimetière juif:cinq mineurs en garde à vue. Les Échos.fr. 16 février 2015.
  23. Voir, Le Figaro, 15 février 2015.
  24. Voir, Yolande Baldeweck. Bas-Rhin: Sarre-Union estomaqué après la profanation d'un cimetière juif. Le Figaro, 16 février 2015.
  25. Voir, Louis San, francetvinfo, 17 février 2015.
  26. Voir, Marche lycéenne à Sarre-Union après la profanation du cimetière juif. Le Monde.fr. 18 février 2015.
  27. Voir, Les Lycéens de Sarre-Union manifestent contre la discrimination, Panoranews, 17 février 2015.
  28. « Un cimetière déjà profané six fois », sur DNA - Dernières Nouvelles d'Alsace, (consulté le 16 février 2015)
  29. Voir, Tombes juives profanées à Sarre-Union: les principaux précédents. Le Parisien. 15 février 2015.
  30. Voir, Cimetière profané: Hollande cherche à rassurer les Juifs de France. 17 février 2015.
  31. Voir, Le Monde du 17 février 2015
  32. « Émission spéciale : la cérémonie au cimetière juif de Sarre-Union », France 3 Alsace
  33. Voir, EN DIRECT, 20 minutes.fr.
  34. Primo Levi, Si c'est un homme, p. 9, Paris, Pocket, 1987.
  35. Voir, Philippe Martinat. Tombes juives profanées. Hollande est arrivé à Sarre-Union. Vidéo. Le Parisien. 17 février 2015.
  36. Jacques Wolff, « Les Juifs de l'Alsace bossue », sur le site du judaïsme d'Alsace et de Lorraine,
  37. Voir, Marion Van Renterghem, Le Monde, 19 février 2015.
  38. « We’re witnessing a moment of growing tension and growing hate in Europe, and the anti-Semitism is an expression of something more that is going wrong ». Voir, (en) Alissa J. Rubin and Aurelien Breeden. Jewish Graves Vandalized in France. The New York Times, Tuesday, February 2015, p. A6. En ligne.
  39. Blandine Costentin, « Profanations de cimetières : une blessure alsacienne », francebleu.fr, 14 septembre 2017.
  40. « Profanation du cimetière juif de Sarre-Union : le procès s'ouvre à Saverne », francebleu.fr, 13 septembre 2017.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :