Procoptodon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Procoptodon est un genre éteint de Macropodidae dont l'aspect général était celui d'un kangourou géant et qui vivait en Australie au Pléistocène. La plus grande espèce qui ait jamais existé, Procoptodon goliah, mesurait 3 m pour un poids de 230 kg. Avec cette taille, il surpasse les membres des genres Sthenurus et Simosthenurus. Il s'agit du plus grand kangourou de tous les temps. L'espèce fut décrite par Richard Owen en 1873.

Ces kangourous géants avaient une face plane et des yeux orientés vers l'avant. Chaque pied avait un seul doigt un peu comparable à celui du cheval actuel. Il pouvait ainsi se déplacer rapidement dans les forêts et les prairies où il trouvait herbes et feuilles pour se nourrir. Ses pattes avant étaient aussi originales: elles portaient deux très longs doigts qui se terminaient par de longues griffes: on pense qu'elles servaient à attraper les branches situées à grande hauteur pour pouvoir les porter à la bouche.

Le genre semble s'être éteint il y a quelque 50 000 ans bien qu'il semble que certains auraient pu survivre jusqu'à il y a 15 000 ans. Leur disparition est attribuée à l'homme sans qu'aucune preuve ne puisse en être avancée[1].

Une réplique de taille réelle figure avec d'autres animaux australiens préhistoriques à l'Australian Museum à Sydney.

On en a trouvé des fossiles un peu partout en Australie : en Australie-Méridionale, à Lake Menindee en Nouvelle-Galles du Sud, à Darling Downs au Queensland.

Espèces[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Procoptodon goliah », Australian Museum (consulté le 22 mars 2012)

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Haaramo, M. (2004-12-20). Mikko's Phylogeny Archive: Macropodidae - kenguroos. Retrieved on 2007-03-15.
  • (en) Helgen, K.M., Wells, R.T., Kear, B.P., Gerdtz, W.R., and Flannery, T.F. (2006). "Ecological and evolutionary significance of sizes of giant extinct kangaroos". Australian Journal of Zoology 54: 293–303. DOI:10.1071/ZO05077

Liens externes[modifier | modifier le code]