Procope de Gaza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Procope de Gaza est un rhéteur grec chrétien qui vécut à Gaza au VIe siècle (c. 465 - 528). Il est peut-être élève de Dorothée de Gaza et frère de l'évêque Zacharie le Rhéteur.

Notice historique[modifier | modifier le code]

Sont conservés de lui divers écrits de caractère profane (dont un panégyrique de l'empereur Anastase et plus de cent soixante lettres) ainsi que des chaînes exégétiques (sur l'Octateuque, les livres des Rois, Isaïe, les Proverbes et le Cantique des Cantiques) qui comptent parmi les plus anciennes, et dont les principales sources sont Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze et Cyrille d'Alexandrie. Considéré comme le principal représentant de la célèbre école de Gaza, qui cultivait l'art oratoire dans le style grec attique le plus pur[1], il a passé la majeure partie de sa vie dans cette ville à enseigner et à écrire, sans prendre part aux querelles théologiques de son époque. Une partie de sa production a été transmise par les manuscrits de Choricios de Gaza, son disciple.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (avril 2017). Découvrez comment la « wikifier ».

André Guillou, La civilisation byzantine, Paris, Arthaud, 1974, [réf. incomplète]

Œuvres conservées (en éditions modernes)[modifier | modifier le code]

  • CPG 7430-7448.
  • Procopius Gazaeus, Opuscula rhetorica et oratoria, edidit E. Amato, Berlin-New York: de Gruyter, 2009 (coll. Bibliotheca Teubneriana).
  • Rose di Gaza : li scritti retorico-sofistici e le Epistole di Procopio di Gaza, a cura di E. Amato, Alessandria: Edizioni dell'Orso, 2010 (coll. Hellenica).
  • A. Corcella, "Tre nuovi testi di Procopio di Gaza: una dialexis inedita e due monodie già attribuite a Coricio", Revue des études tardo-antiques 1 (2011-2012), pp. 1-14.
  • E. Amato, "Un discorso inedito di Procopio di Gaza: In Meletis et Antoninae nuptias", Revue des études tardo-antiques 1 (2011-2012), pp. 15-69.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Guillou, p. 344

Lien externe[modifier | modifier le code]