Procession de la Sanch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Procession de la Sanch à Perpignan en 2007.

La Procession de la Sanch (Processó de la Sanch en Catalan) est une cérémonie annuelle catholique qui se déroule tous les vendredis saints (Divendres Sant) dans diverses villes du département français des Pyrénées-Orientales (Catalogne Nord), plus précisément dans le Roussillon.

Déroulement à Perpignan[modifier | modifier le code]


L'itinéraire de la procession en 1954 est décrit comme suit[1] :

Départ : 16 heures de l'Eglise Saint-Jacques, Place du Puig, Rue de l'Anguille, Place de la Révolution Française, Rue de la Révolution Française, Rue des Trois-Journées, Rue des Marchands, Rue Saint-Jean, Place de la Cathédrale, Cité Bartissol, Rue Jeanne d'Arc, Porche Notre-Dame, Rue Louis-Blanc, Rue de la Loge, Rue de la Barre, Rue de l'Argenterie, Place Rigaud, Rue Emile Zola, Rue Llucia, Place Cassanyes, Rue Porte de Canet, Retour à Saint-Jacques.

Toutefois, l'itinéraire est amené à changer au fil des ans selon les aléas des modifications de la voirie. L'itinéraire de 2019 est ainsi modifié dans ses grandes lignes :

Le parcours part à 15 h, comme toujours de l'Eglise St Jacques où se trouve l'autel de la confrérie de la Sanch, et y revient vers 18 h. Au cours du trajet, quatre étapes dites "reposoirs", sur le parvis de la Cathédrale St-Jean, sur la place Jean Jaurès, devant l'église St Matthieu et dans la rue de l'église Notre Dame de La Réal[2], permettent aux porteurs de poser les misteris.

Histoire[modifier | modifier le code]

La confrérie de la Sanch est née à la fin du Moyen-âge, à Perpignan, le , créée par le dominicain Vincent Ferrier. La Confrérie de la Preciosissima Sanch de Nostre Senyor Jesus Christ (du sang précieux de Jésus Christ notre Seigneur) s'était donné pour mission d'offrir une sépulture religieuse aux condamnés à mort.

Elle célèbre ainsi son sixième centenaire en 2016[3] et une exposition lui est consacrée toute l'année dans les locaux de l'Ancien évêché de Perpignan, dans le quartier Saint-Jacques[4].

La confrérie et sa procession ont subi les vicissitudes de l'histoire de la gloire à l'arrêt durant la guerre, le déni et le regain de notoriété

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Missonge et C. Camberoque, « La procession de la Sanch, à Perpignan », Connaissance du Pays d'Oc Montpellier, no 49,‎ , p. 16–23 (lire en ligne)
  • Jacques-Gaspard Deloncle, La Sanch : semaine sainte à Perpignan, Portet-sur-Garonne, Loubatières, coll. « Petit précis », , 69 p. (ISBN 2-86266-370-0, notice BnF no FRBNF38920755)
  • Lionel Goetz, La Sanch, Perpignan, Goetz,
  • Rose-Marie Tarradas, La procession de la "Sanch" des origines à nos jours, Perpignan, Université de Perpignan,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « ESTUDI PERPINYA | Patrimoine numérisé de l'Université de Perpignan | Goigs en alabança de Nostra Senyora del Pont de la fidelissima vila de Perpinya [Suivi de : ] Procession traditionnelle du Jeudi-Saint 15 avril 1954 », sur estudi.univ-perp.fr (consulté le 29 mars 2019)
  2. « La Sanch | Perpignan la Catalane, Perpinyà la Catalana », sur www.mairie-perpignan.fr (consulté le 19 avril 2019)
  3. « Une messe historique pour l'archiconfrérie de la Sanch », L'Indépendant,‎ , p. 6
  4. La Rédaction, « Perpignan : exposition «600 ans de la Sanch» », sur Le Journal Catalan, (consulté le 19 avril 2019)