Procès des activistes de Lausanne action climat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le procès de Lausanne action climat est une affaire judiciaire suisse opposant le ministère public vaudois à des militants pour le climat. Les douze militants sont poursuivis pour avoir joué au tennis dans une succursale de la banque Crédit suisse à Lausanne, en , dans le but de dénoncer ses investissements dans les énergies fossiles (en faisant appel à Roger Federer, sponsorisé par la banque).

En , le Tribunal de police de Lausanne reconnaît l'état de nécessité et les acquitte. En , les prévenus sont condamnés en appel par le Tribunal cantonal vaudois : celui-ci considère que le dérèglement climatique est un danger imminent, mais voit d'autres moyens d'agir pour se faire entendre de manière licite[1].

Selon plusieurs commentateurs, le jugement en première instance est historique, car il constitue le premier procès climatique du genre en Suisse[2] et représente une reconnaissance inédite de l'état de nécessité par un tribunal du pays[3],[4]. Le jugement de première instance reconnaît que la gravité du dérèglement climatique peut justifier des actes de désobéissance civile non-violente d'ampleur raisonnable[4],[5].

En , le Tribunal cantonal vaudois casse l'arrêt de première instance et condamne les activistes pour violation de domicile. En , le Tribunal fédéral rejette le recours formulé contre la condamnation en appel, considérant que les conditions pour affirmer l'existence d'un danger imminent au sens du Code pénal ne sont pas réunies[6].

Contexte[modifier | modifier le code]

Séance plénière de la COP21 adoptant l’Accord de Paris en 2015.

L'Accord de Paris sur le climat prévoit de contenir le réchauffement climatique d'ici à 2100 « nettement en dessous de °C par rapport aux niveaux préindustriels et en poursuivant l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5 °C », notamment en « rendant les flux financiers compatibles avec un profil d'évolution vers un développement à faible émission de gaz à effet de serre et résilient aux changements climatiques »[7].

En , une étude de la Confédération indique que les investissements dans les énergies fossiles présentent des risques pour la place financière suisse (bulle du carbone) et que les investisseurs suisses favorisent un réchauffement global de 4 à 6 °C[8] (chiffres confirmés en 2016[9] et en 2017[10]). En , l'Alliance climatique suisse publie une analyse révélant que l'impact climatique de la place financière suisse s’élève à 1 100 milions de tonnes d'équivalents CO2 par année, soit 22 fois les émissions domestiques de la Suisse[11],[12].

Faits[modifier | modifier le code]

L'action a eu lieu dans l'agence Crédit suisse de la rue du Lion d'Or.
Crédit suisse investit dans les énergies fossiles, dont le charbon.

Le , des militants pour le climat du collectif « Lausanne action climat » jouent au tennis dans les agences du Crédit suisse de Lausanne (alors que d'autres groupes faisait de même à Genève et Bâle simultanément) pour protester contre les investissements de la banque dans les énergies fossiles. Le thème du tennis est choisi pour inciter Roger Federer à rompre son lien avec ce sponsor qui alimente la crise climatique (notamment en multipliant par 16 ses financements pour le charbon de 2016 à 2017)[13],[14],[15]. Après une occupation des locaux d'environ une heure, les militants sont évacués par la police et leur identité a été relevée[2].

Procès en première instance[modifier | modifier le code]

À la suite d'une plainte du Crédit suisse, les douze militants lausannois sont inculpés (de violation de domicile et d’infractions à la loi vaudoise sur les contraventions[16]) et condamnés par ordonnance pénale à 21 600 francs d'amende[N 1],[2],[15],[17].

Les douze militants ayant fait opposition à leur condamnation par ordonnance pénale, leur procès a eu lieu du 7 au , au Tribunal de police de Lausanne, qui siège dans la Salle d'audience cantonale à Renens[15]. Le Tribunal est présidé par le PLR Philippe Colelough, juge unique[18]. Les 12 militants sont défendus par 13 avocats travaillant de manière bénévole (pro bono)[19],[15],[20],[2] . En revanche, Crédit suisse et le procureur du Ministère public ne se présentent pas à l'audience[2].

Les prévenus et leurs avocats proposent douze témoins au tribunal, dont Jean-Pascal van Ypersele et Martine Rebetez (climatologues), Myret Zaki (journaliste économique), Marie Toussaint (juriste et eurodéputée) et Dominique Bourg (philosophe)[21].

Lors de l'audience, le juge Colelough accepte l'audition de trois témoins proposés dont Jacques Dubochet (prix Nobel de chimie en 2017) et Sonia Seneviratne (climatologue)[15].

Le verdict d’acquittement est rendu le devant une salle comble[22].

Considérants sur les faits[modifier | modifier le code]

Le tribunal indique avoir été convaincu par les rapports du GIEC et le témoignage de la professeure de climatologie Sonia Seneviratne[22]. Dans son jugement, il reconnaît que le danger du dérèglement climatique invoqué par les activistes est existant et que son imminence est établie[23],[22], reconnaissant que le réchauffement climatique est d'origine humaine, la montée des océans et des phénomènes migratoires qui peuvent en résulter[4].

Considérants en droit[modifier | modifier le code]

Le juge Colelough reconnaît la violation de domicile[24], mais a retenu l'« état de nécessité licite »[25] dans lequel ont agi les militants[3],[23],[26].

« Quiconque commet un acte punissable pour préserver d’un danger imminent et impossible à détourner autrement un bien juridique lui appartenant ou appartenant à un tiers agit de manière licite s’il sauvegarde ainsi des intérêts prépondérants. » (article 17 du Code pénal).

Le tribunal considère qu'il existe un cadre légal permettant de lutter contre le dérèglement climatique, au moins dans les textes fondamentaux, mais qu’il n'est pas suffisamment respecté et que les militants n'ont pas de moyens juridiques à disposition pour exiger ce respect[23]. Le tribunal est de l'avis que l'action soit nécessaire pour se faire entendre[27] et que les intérêts lésés (subir une manifestation) sont moins importants que les intérêts à protéger (en l’occurrence, la sauvegarde du climat) :

« Quant aux moyens utilisés, réunir 20 individus sur le trottoir, même devant Crédit suisse, n’aurait pas eu l’impact déclenché par ce procès. La façon de procéder était donc la seule susceptible d’obtenir ce retentissement. J’ajoute que les manifestants ont préalablement écrit à la banque, sans obtenir de réponse. Quant à des moyens politiques, les parlementaires eux-mêmes n’arrivent pas à se faire entendre, imaginons ces jeunes. Enfin, concernant un intérêt prépondérant, le climat touche à la santé et à la vie alors que le lésé n’a été empêché que d’user comme il l’entend de son domicile. La pesée d’intérêts va en faveur des prévenus. J’en conclus que l’acte incriminé était nécessaire et proportionné. »[4]

Le juge Colelough estime donc que l'action des militants est « nécessaire et proportionnée » au vu de l'urgence climatique. Il précise que la reconnaissance du caractère licite de l'action est liée à son caractère non-violent, à sa durée limitée et au faible risque de débordement de la manifestation[17].

Procès en appel[modifier | modifier le code]

En , la même semaine que le procès, d'autres militants pour le climat ont campé devant le Palais fédéral pendant les débats sur la loi sur le CO2[28].

Le , le lendemain du jugement en première instance, le procureur général du Canton de Vaud annonce qu'il interjette appel contre le jugement de première instance, qui constitue selon lui une « réponse surprenante qui doit être portée devant l'instance cantonale supérieure » car elle « paraît étendre le champ d’application de la disposition [état de nécessité] au-delà des limites fixées par la jurisprudence dans un contexte comportant des aspects politiques »[29]. Le deuxième procès, devant la Cour d’appel, est agendé [30].

Le procès en appel s'ouvre le , devant la Cour d'appel pénale du Tribunal cantonal vaudois (dans la Salle d'audience cantonale à Renens)[31]. En raison de la pandémie de coronavirus, l'audience se déroule en huis clos partiel, c'est-à-dire avec journalistes mais sans public[31],[32]. Une centaine de personnes sont présentes devant le bâtiment pour applaudir les jeunes poursuivis[32],[33]. Ils forment une haie d'honneur, surnommée l'« allée des faits », avec des pancartes reprenant des publications de 2020 sur la crise climatique[34],[35].

Le tribunal est composé de trois juges, le président et deux juges assesseurs. La matinée est consacrée à l'audition des prévenus et l'après-midi au réquisitoire du procureur général ainsi qu'aux plaidoiries[32],[36].

Les avocats des prévenus citent de nombreux rapports scientifiques (du GIEC, de l'ONU et de l'Office fédéral de l'environnement) constatant que les placements bancaires dans les énergies fossiles entraîne un dérèglement climatique catastrophique : feux de forêt cataclysmiques, asphyxie des océans, fonte des glaciers, extinction de masse, crises alimentaires et réfugiés climatiques par millions[35],[36]. Ils rappellent des exemples de désobéissance civile.

Témoins[modifier | modifier le code]

Les avocats des membres du collectif Lausanne action climat demandent l'audition de deux témoins, le climatologue Thomas Stocker (professeur à l'Université de Berne et membre du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) et la spécialiste du rôle des banques dans le dérèglement climatique Lucie Pinson (directrice de l'ONG Reclaim Finance)[37]. La Cour, ne souhaitant pas de instruire de nouveau l'affaire, a rejeté leur requête[37].

En réponse aux questions des avocats des accusés, 21 climatologues (dont la présidente du Haut Conseil pour le climat et plusieurs membres du GIEC) consignent une lettre pour rappeler le contexte scientifique sur le niveau de réchauffement climatique, ses causes et ses risques[37],[38].

Ils écrivent notamment :

« Le réchauffement observé en Suisse est environ deux fois plus élevé qu’en moyenne globale (+ 2 °C par rapport à + °C à l'échelle globale). […] Par ailleurs, il ne faut pas sous-estimer les impacts indirects du changement climatique, qui peuvent être induits par des effets à l’étranger, tels qu’une déstabilisation des structures sociales pouvant augmenter la migration, des risques accrus de crises globales alimentaires, et des impacts pour la stabilité globale climatique (points de bascule). […] Tant qu’un budget neutre de CO2 n’est pas atteint, la température globale de la Terre continue d’augmenter. Ainsi, il est essentiel d’atteindre un budget neutre en CO2 en priorité, afin de stabiliser la hausse des températures. […] La Suisse n’a donc en ce moment aucune législation visant à la neutralité CO2 à des échéances compatibles avec une stabilisation du réchauffement climatique à 1,5 °C, et ce malgré les presque 5 ans écoulés depuis l’approbation de l’Accord de Paris (). […] Au rythme actuel des émissions de gaz à effet de serre, il nous reste environ 8 ans d’émissions avant d’épuiser le budget CO2 pour une probabilité de 66 % (⅔) de stabilisation à 1,5 °C. […] Des actions fortes et durables doivent être entreprises immédiatement si nous voulons assurer que l’augmentation globale de la température ne dépasse pas les seuils critiques fixés dans l’Accord de Paris […] Nous sommes très inquiets, en particulier au vu des impacts déjà observés d’un réchauffement qui avait été anticipé depuis plusieurs décennies […] Notre inquiétude est renforcée par le décalage entre les engagements pris dans cet accord et la capacité et volonté à les mettre réellement en œuvre. »[38]

Jugement[modifier | modifier le code]

Le jugement est lu le [31],[39].

Considérants sur les faits[modifier | modifier le code]

La Cour d'appel indique que les rapports scientifiques sont « particulièrement convaincants », qu'ils établissent clairement le dérèglement climatique et qu'« il va par ailleurs de soi de tels phénomènes représentent un danger pour les biens et l'intégrité, notamment physique, des individus qui y sont exposés »[39]. La Cour estime donc le danger comment imminent[1],[40], en citant l'actualité qui « regorge d'exemples » à « divers endroits du globe » démontrant le caractère imminent[39].

Le jugement cite des exemples d'action des autorités telles que l'objectif de neutralité carbone en 2050 annoncé par le Conseil fédéral en [41],[42] et la loi sur le CO2 adoptée par l'Assemblée fédérale en [1].

Considérants en droit[modifier | modifier le code]

La Cour juge ainsi que l'action des activistes n'a pas directement permis d'atténuer le changement climatique et que les manifestants ont eu d'autres moyens de se faire entendre de manière licite, que se soit en manifestant au dehors de la banque ou via les outils de la démocratie directe[40],[43]. Les douze militants sont donc condamnés pour violation de domicile, « empêchement d’accomplir un acte officiel »[44] et contravention au Règlement général de police de la Commune de Lausanne (manifestation non autorisée et refus d'obéir à la police)[39],[40],[43]. La Cour ajoute que les prévenus « ont agi en cédant à un motif honorable »[45] permettant de diminuer la peine des deux personnes ayant obéi à la police[39].

« […] il apparaît qu'on ne se trouve pas dans une situation où les mesures de protection nécessaires ne pourraient plus être prises par les autorités, qu'en tout état de cause, les agissements des prévenus n'étaient pas directement aptes à réduire ni même freiner les émissions de CO2 à l'origine du réchauffement climatique, que l'objectif de propagande qu'ils poursuivaient pouvait être atteint de manière licite et qu'ainsi, le principe de la subsidiarité absolue, dont le respect s'impose pour reconnaître tant l'existence d'un état de nécessité licite (art. 17 CP) que le fait justificatif extra légal de la sauvegarde d'intérêts légitimes, n'a pas été respecté »[39]

La Cour d'appel relève également que « quiconque agit comme la loi l’ordonne ou l’autorise se comporte de manière licite, même si l’acte est punissable en vertu du présent code ou d’une autre loi » (art. 14 CP), mais que « Le point de savoir si une norme de rang constitutionnel, dans la mesure où elle déploie des effets horizontaux, constitue une loi au sens de l'art. 14 CP, n'a pas été tranché »[39].

Avis minoritaire[modifier | modifier le code]

Fait rare, l'une des trois juges de la Cour a publié un avis pour exprimer son opinion divergente[N 2].

Elle y indique que manifester pacifiquement (sans violence ni dommage) est une liberté fondamentale ; et que les sanctions devraient faire preuve de plus de retenue pour de pas constituer des restrictions excessives aux droits fondamentaux (article 36 de la Constitution[39] ; ce qui n'a pas été retenu par les deux autres juges, estimant que la liberté de manifester ne s'étend pas au domicile d'autrui). Selon cet avis minoritaire, il n'y a pas « empêchement d’accomplir un acte officiel » et, compte tenu des circonstances, une exemption de peine (article 52 du Code pénal[46]) ou des peines symboliques sous forme d'amendes auraient suffi[39].

Arrêt du Tribunal fédéral[modifier | modifier le code]

En , le Tribunal fédéral rend son arrêt dans l'affaire et ne retient pas l'état de nécessité licite.

Le , les 14 avocats de la défense font recours au Tribunal fédéral[47].

Sur la forme, les recourants critiquent la décision de huis clos[47]. Au sujet de la violation de l'article 17 CP, le recours considère que l'autorité précédente (le Tribunal cantonal vaudois) ne retient pas, « à tort », l'état de nécessité licite[47]. Le recours se penche sur la problématique de la violation de l'article 10 CEDH[47]. Les recourants critiquent également le jugement du Tribunal cantonal vaudois, le considérant comme une violation de l'article 11 CEDH[47].[à recycler]

Dans un arrêt rendu le [6], le Tribunal fédéral rejette l'état de nécessité licite soulevé en appel. « Sans qu'il soit nécessaire de discuter de l'urgence climatique en tant que telle », les juges de Mon-Repos notent que la condition du « danger imminent et impossible à détourner autrement » n'est pas réalisée[48],[49].

Conformément à leur annonce faite en [43],[1], les militants annoncent faire recours à la Cour européenne des droits de l’homme[48].

Réception et commentaires[modifier | modifier le code]

Réception du jugement de première instance[modifier | modifier le code]

Dès sa publication, le jugement de première instance fait l'objet de plusieurs commentaires de la part de juristes[23], de personnalités politiques et de journalistes.

Réception politique et journalistique[modifier | modifier le code]

La lecture du jugement est accueillie par une salve d'applaudissements[4],[17]. Une avocate des militants a déclaré après le jugement : « La justice a reconnu le droit à la vie comme étant supérieur aux intérêts financiers. C'est la décision la plus importante de toute ma carrière »[22].

Les critiques relèvent notamment que concept d'état de nécessité licite[25] vise avant tout des biens juridiques individuels[50],[51], alors que le climat est à prendre comme bien collectif[52]. Le fait que le danger est abstrait et différé, et que l'action des manifestants n'était pas de nature (aptitude) à le détourner directement penche pour les critiques en faveur d'un jugement contraire à l'esprit de la loi[52], ce qui a été confirmé par le Tribunal cantonal en .

De plus, certains parlementaires y voient une violation de la séparation des pouvoirs, la détermination de l'urgence climatique et les mesures à prendre étant de nature politique plus que juridique[17],[53]. Ainsi, pour le conseiller national Philippe Nantermod :

« [Ce n'est pas] le rôle d'un tribunal de dire s'il y a urgence climatique. Il y a une violation de la séparation des pouvoirs […] c'est très grave et contraire à l'ordre démocratique […] On donne un droit à violer la loi pour des motivations politiques. […] La justice ne doit pas, selon l'air du temps, défendre les uns contre les autres, [elle] n'est plus une justice, mais un organe politique, et cela devient assez dangereux. »[17]

D'autres parlementaires, comme Sibel Arslan, accueillent positivement le jugement de première instance[54].

La NZZ considère le jugement comme historique[55], tout en accusant le juge Colelough de faire preuve d'activisme politique[56]. La Revue durable défend l'idée que loin de menacer l'état de droit, les manifestants cherchent à le sauver de la catastrophe climatique[57].

Réception par la doctrine juridique[modifier | modifier le code]

Le jugement est assez mal reçu par le monde juridique. En même temps, un ancien juge fédéral salut la décision du tribunal, notant que « Face à de nouveaux problèmes de société comme le réchauffement climatique, la discussion est essentielle pour que la jurisprudence évolue. […] Depuis toujours, l’interprétation des lois évolue pour être en phase avec la société »[58]. D'autres indiquent que le danger climatique est imminent puisqu'il est permanent[59]; qu'un climat stable est nécessaire à la vie, ce qui est un intérêt privé concret ; et que juger cette manifestation non violente comme inapte, malgré l'impact qu'elle a eu, encouragerait des actions plus radicales[23].

Certains professeurs en droit pénal portent un regard très critique envers le jugement. Selon Stefan Trechsel (de), professeur émérite de droit pénal à l'Université de Zurich[60], ce jugement en première instance « conduirait au chaos » et irait contre l'état de droit[61]. Marcel Alexander Niggli, professeur de droit pénal et de philosophie du droit à l'Université de Fribourg[62], relève que le tribunal utilise une « astuce » argumentative incohérente sur la question du « bien juridique » à protéger[N 3],[63]. Dans une interview à l'Aargauer Zeitung, Niggli considère que le juge Colelough n'applique le droit, mais fait de la politique, et que pour cette raison il devrait être démis de ses fonctions[64].

Selon Camille Perrier Depeursinge, professeure associée au Centre de droit pénal de l'Université de Lausanne[65], ce premier jugement est très bien motivé, sauf concernant l'« aptitude » de l'action à limiter le danger de la dérive climatique[66]. Concernant la peine la plus juste, elle relève que « les activistes n'ont commis aucune déprédation ni fait de mal à personne. L'intérêt public à les punir n'est pas flagrant. L'autorité compétente pourrait parfaitement renoncer à les poursuivre, comme le prévoit le Code pénal (art. 52) »[46],[66]. Cette position correspond à l'avis exprimé par Andrés Payer[67].

La question des biens juridiques en cause provoque aussi la discussion. Raphaël Mahaim, un des avocats de la défense, avance que le système judiciaire suisse protègerait mieux les intérêts individuels que les intérêts collectifs, ce qui rendrait difficile de faire appliquer les articles constitutionnels sur le but de la Confédération (article 2 de la Constitution fédérale), les buts sociaux (article 41) et la protection de la biosphère (article 73 et suivants)[68]. Toutefois, les buts sociaux de la Constitution fédérale ne peuvent pas servir de base pour créer de droits aux individus[69], comme rappelé par le Tribunal fédéral en 2015[70] et en [71]. Quant à l'article 73, le Tribunal affirme en 2006 que « pour l'heure, le concept [de développement durable] revêt un caractère essentiellement programmatique et n'a pas valeur d'un droit constitutionnel qui pourrait être directement invoqué comme tel devant les tribunaux »[72]. En 2014, la doctrine ne semble ainsi pas être univoque sur la caractère justiciable de l'article 73 de la Constitution fédérale[73].

Réception du jugement en appel[modifier | modifier le code]

Après le jugement en appel, le procureur général vaudois comment : « la cause que vous portez est une cause pertinente », une « bonne cause », et « mettez votre énergie pour la défendre conformément au droit »[74]. Il estime aussi qu'« il n'y a pas assez qui se fait dans le domaine environnemental »[75].

Certains commentateurs journalistiques considèrent que les juges du Tribunal cantonal vaudois appartiennent au « vieux monde » et se positionnent « contre le changement »[76]; d'autres considèrent la sanction pénale comme justifiée[77],[78]. D'autres encore craignent qu'une condamnation puisse encourager une radicalisation du mouvement[79].

Selon l'ancien conseiller national Jacques Neirynck, les jugements de Lausanne et Genève témoignent « de la perplexité du pouvoir judiciaire » et y voit un débat entre la légalité et la légitimité[80]. Il rappelle à ce égard le cas de Paul Grüninger, commandant de la police cantonale saint-galloise ayant sauvé des Juifs durant la Shoah[80].

Selon le Prix Nobel de chimie Jacques Dubochet, en continuant au rythme actuel, l'objectif de 1,5 °C devrait être dépassé en 2030 et de grandes zones de la Terre deviendront impropres à la civilisation d'ici la fin du siècle[81]. Il soutient les jeunes qui « s’engagent avec passion et intelligence » et s'interroge « Monsieur le procureur général du canton de Vaud, pouvez-vous m'entendre ? »[81].

Réception de l'arrêt du Tribunal fédéral[modifier | modifier le code]

Influences[modifier | modifier le code]

Crédit suisse[modifier | modifier le code]

Concernant ses investissements, la banque Crédit suisse rejette le désinvestissement complet des combustibles fossiles mais déclare en qu'il « cherche à aligner ses portefeuilles de prêts sur les objectifs de l'Accord de Paris » et « n'investira plus dans de nouvelles centrales à charbon »[2],[14],[82].

Les activistes montent en trois jours[réf. nécessaire] un site pour répondre au communiqué de presse de la banque du [83].

Le , après le jugement, le directeur général de Crédit suisse, Tidjane Thiam, évoque les activistes lausannois, disant qu'ils le font sourire et les invite à dialoguer avec lui[84]. Les activistes lui répondent en lui proposant un débat transparent et télévisé par un communiqué de presse le .

En , lors du procès en appel, Crédit suisse annonce avoir une « stratégie de gestion des risques climatiques » depuis 2019 et une « fonction dédiée à la durabilité » au sein de la direction depuis [1]. Selon Le Temps, la date d’entrée en vigueur des mesures annoncées par la banque « semble confirmer que l’action des militants [...] n’aura peut-être pas été vaine »[1].

Roger Federer[modifier | modifier le code]

Les militants se sont déguisés en joueurs de tennis pour faire appel à Roger Federer, qui a répondu en exprimant son « admiration pour le mouvement des jeunes pour le climat ».

À la suite d'une campagne d'interpellation sur les réseaux sociaux (en particulier Twitter), soutenue par mouvements tels que Fridays for Future et Youth for Climate, Roger Federer (dont Crédit suisse est l'un des sponsors depuis 2009) répond aux militants[5],[85]. Le , Roger Federer publie la déclaration suivante[86],[87] :

« [...] J'ai beaucoup de respect et d'admiration pour le mouvement des jeunes pour le climat, et je suis reconnaissant aux jeunes militants pour le climat de nous pousser tous à examiner nos comportements et à agir [...] J'apprécie les rappels à ma responsabilité [...] et je m'engage à utiliser cette position privilégiée pour dialoguer sur des questions importantes avec mes sponsors. »

International[modifier | modifier le code]

Selon 24 heures, « jamais une simple infraction au règlement de police de Lausanne n’a rencontré l’écho médiatique auquel ont eu droit « les joueurs de tennis » du climat »[22]. Les pressions sur Roger Federer sont reprises notamment par 350.org et Greta Thunberg[4],[87].

Le procès est relayé par divers médias internationaux dont The New York Times[82], The Guardian[87] et la BBC[88].

Affaires similaires[modifier | modifier le code]

Les questions soulevées par le jugement du sont importantes, car, selon un ancien juge fédéral, la jurisprudence pourrait évoluer[58].

En Suisse, un premier procès climatique a lieu en , celui des Ainées pour la protection du climat contre l'inaction du gouvernement[89]. Différentes actions de justice climatique en Suisse menées depuis 2018 ont des suites judiciaires (notamment les « Mains rouges » et des occupations de lieux).

En France, en , le tribunal correctionnel de Lyon acquitte les décrocheurs du portrait du président Emmanuel Macron invoquant l'état de nécessité[3]. L'état de nécessité climatique est reconnue dans divers affaires par des tribunaux aux États-Unis et au Pérou[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce montant représente la somme des amendes, frais et jours-amende avec sursis des douze personnes.
  2. Tel que permis par l'article 134 de la Constitution du canton de Vaud : « Les juges du Tribunal cantonal peuvent exprimer des avis minoritaires dans les jugements et arrêts ».
  3. « Das Gericht gibt zwar zu, dass Kollektivrechtsgüter nicht notstandsfähig sind, völlig inkonsistent und in direktem Gegensatz dazu versucht es aber, die Möglichkeit eines Notstandes auch bei Rechtsgütern der Allgemeinheit trotzdem herbeizureden. Es verwendet dazu einen [...] Trick: Es unterscheidet mittelbare und unmittelbare bzw. direkte und indirekte Wirkungen und behauptet, dass auch Kollektivrechtsgüter notstandsfähig sind, sofern Individualrechtsgüter indirekt tangiert werden. Weil das bei allen Kollektivrechtsgütern per definitionem der Fall ist, gibt das Gericht damit die Unterscheidung zwischen Individual- und Kollektivrechtsgütern auf. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Boris Busslinger, « Le Tribunal fédéral tranchera sur la désobéissance climatique », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2020).
  2. a b c d e et f Emmanuel Borloz, « Les premiers activistes du climat face à la justice », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).
  3. a b et c Fati Mansour, « Jugement sur l'occupation de Credit suisse : l’urgence climatique repousse les contours de l’état de nécessité », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).
  4. a b c d e et f Boris Busslinger, « Les manifestants pour le climat mettent Credit suisse à terre », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).
  5. a et b Sophie Dupont, « Les activistes climatiques acquittés à Renens », Le Courrier,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).
  6. a et b Arrêt du TF, 6B_1295/2020 du [lire en ligne].
  7. Article 2 de l'Accord de Paris sur le climat du (état le ), RS 0.814.012.
  8. Office fédéral de l'environnement, « Risque carbone : première étude concernant la place financière suisse », sur admin.ch, (consulté le 19 octobre 2020).
  9. [PDF] Office fédéral de l'environnement, « Stratégies d’investissement respectueuses du climat et performance », sur admin.ch, (consulté le 9 novembre 2020).
  10. Office fédéral de l'environnement, « Un premier pas vers des flux financiers compatibles avec le climat », sur admin.ch, (consulté le 9 novembre 2020).
  11. Alliance climatique suisse, « Masterplan climat Suisse », sur wwf.ch, (consulté le 19 octobre 2020)
  12. Sophie Dupont, « Un espoir pour le climat », Le Courrier,‎ (lire en ligne, consulté le 14 janvier 2020).
  13. Miguel Martinez, « Écologistes menacés d’amende », Le Courrier,‎ (lire en ligne, consulté le 10 novembre 2019). Voir photographies en ligne : Lausanne Action Climat.
  14. a et b Dominique Choffat et Agence télégraphique suisse, « Le « procès climatique » hors norme de douze activistes romands a débuté », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2020).
  15. a b c d et e Boris Busslinger, « Le procès des militants climatiques devient celui des banques », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).
  16. Infractions à la loi sur les contraventions : refus de se conformer aux ordres d’un agent de police et défaut d’autorisation de manifester, selon les articles 29 et 41 du règlement général de police de la Commune de Lausanne.
  17. a b c d et e Pauline Turuban et Frédéric Boillat, « Les 12 activistes du climat ont été acquittés lors du procès à Renens », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).
  18. Claude Ansermoz, « Désobéir civilement. Et démocratiquement ? », 24 heures,‎ (lire en ligne)
  19. « Procès du LAC - Première instance », sur actionClimat.ch (consulté le 25 février 2021)
  20. Emmanuel Borloz, « « L'avenir de l'humanité mérite que la loi soit dépassée » », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020)
  21. Lausanne action climat, « Les témoins présentés par la défense », sur reseau43.ch (consulté le 19 octobre 2020).
  22. a b c d et e Emmanuel Borloz, « La justice reconnaît l'urgence climatique », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).
  23. a b c d e et f Arnaud Nussbaumer, « L'acquittement des activistes du climat à Lausanne », sur Lawinside.ch, (consulté le 19 avril 2020)
  24. Art. 186 CP.
  25. a et b Art. 17 CP.
  26. Payer 2020.
  27. Boris Busslinger, « Éditorial : La justice légitime la désobéissance civile », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).
  28. Bernard Wuthrich, « La loi sur le CO2 comme réponse aux activistes », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2020).
  29. Aline Ecuyer et Philippe Maspoli, « Le procureur général fait appel contre l'acquittement des activistes », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 14 janvier 2020).
  30. Agence télégraphique suisse, « Acte II pour les 12 militants climatiques acquittés en janvier », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 13 septembre 2020).
  31. a b et c Agence télégraphique suisse, « Ouverture du procès en appel des douze militants du climat », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020).
  32. a b et c Frédéric Nejad Toulami, « La désobéissance civile sur le banc des accusés », 20 Minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020).
  33. Agence télégraphique suisse, « Les militants du climat expriment leur peur du futur », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020).
  34. Lausanne action climat, « Allée des faits », sur reseau43.ch (consulté le 19 octobre 2020).
  35. a et b Sophie Dupont, « Procès climatique : « Inscrivez-nous dans l’histoire » », Le Courrier,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020).
  36. a et b Boris Busslinger, « Deuxième set entre les activistes du climat et Credit suisse », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020).
  37. a b et c Emmanuel Borloz, « Privés de procès, les climatologues veulent tout de même s’exprimer », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020).
  38. a et b « Lettre », sur reseau43.ch, (consulté le 19 octobre 2020)
  39. a b c d e f g h et i « Jugement de la Cour d'appel pénale du 22 septembre 2020 », sur vd.ch (consulté le 19 octobre 2020).
  40. a b et c Emmanuel Borloz, « Les militants du climat condamnés en appel », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2020).
  41. Conseil fédéral, « Le Conseil fédéral vise la neutralité climatique en Suisse d’ici à 2050 », sur admin.ch, (consulté le 19 octobre 2020).
  42. Agence télégraphique suisse, « La Suisse doit viser la neutralité carbone dès 2050 », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2020).
  43. a b et c Agence télégraphique suisse, « À Renens, les activistes climatiques sont condamnés en appel », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2020).
  44. Art. 186 et 286 CP.
  45. Art. 48 CP.
  46. a et b Art. 52 CP.
  47. a b c d et e « Procès du LAC - Recours au Tribunal Fédéral », sur actionClimat.ch (consulté le 25 février 2021).
  48. a et b Fati Mansour, « Le Tribunal fédéral refuse d’absoudre les activistes du climat », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juin 2021).
  49. « Partie de tennis au Credit Suisse : les activistes désavoués au Tribunal fédéral », sur rts.ch, (consulté le 11 juin 2021).
  50. Arrêt du TF, 6B_176/2010 du [lire en ligne], consid. 2.1
  51. Payer 2020, nos 8 et suivant.
  52. a et b Gabriel Sassoon, « L’acquittement des activistes du climat secoue les juristes », Tribune de Genève,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  53. Christiane Imsand, « Des militants qui se jouent des lois », La Liberté,‎ (lire en ligne)
  54. (de) Sarah Serafini, « Weshalb sich Experten nach dem Freispruch der Klimaaktivisten an den Kopf fassen », watson.ch,‎ (lire en ligne).
  55. (de) Antonio Fumagalli, « Ein historisches Urteil: Klima-Aktivisten siegen gegen die Credit Suisse mit 6:0 », NZZ,‎ (lire en ligne).
  56. (de) Lucien Scherrer, « Richter im Aktivistenmodus », NZZ,‎ (lire en ligne).
  57. « À Renens, sur le climat, la justice est sortie du déni », La Revue durable,‎ printemps-été 2020, p. 16-19.
  58. a et b Sophie Dupont, « Le climat à nouveau devant la justice », Le Courrier,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020).
  59. Payer 2020.
  60. (de) Université de Zurich, « Stefan Trechsel, Prof. Dr. », sur uzh.ch, (consulté le 9 décembre 2020)
  61. (de) Hansueli Schöchli, « «Das würde zu Chaos führen» – warum das Waadtländer Urteil für Strafrechtsexperten nur schwer nachvollziehbar ist », NZZ,‎ (lire en ligne).
  62. (de) Université de Fribourg, « Marcel Alexander Niggli », sur unifr.ch (consulté le 9 décembre 2020).
  63. Niggli et Muskens 2020, no 28, p. 8.
  64. « Der Richter hat nicht Recht betrieben, sondern Politik. Im Prinzip müsste man ihn entlassen. », (de) Andreas Maurer, « Strafrechtsprofessor kritisiert den Freispruch der Klimaaktivisten: «Diesen Richter müsste man entlassen» », Aargauer Zeitung,‎ (lire en ligne).
  65. Université de Lausanne, « Camille Perrier Depeursinge », sur unil.ch (consulté le 9 décembre 2020).
  66. a et b Emmanuel Borloz, « Militants du climat : les enjeux d’un procès hautement symbolique », 24 Heures,‎ (lire en ligne, consulté le 9 décembre 2020).
  67. Payer 2020.
  68. Raphaël Mahaim, « « Rodgeur », le baron et les crises : État de droit et libertés, un dialogue à réinventer », dans Anne-Catherine Menétrey-Savary, Raphaël Mahaim et Luc Recordon, Tumulte postcorona : les crises, en sortir et bifurquer, Éditions d'en bas, (ISBN 9782829006173), p. 22-26.
  69. SG-Komm. BV-Schweizer, Vorbemerkungen zur Sozialverfassung no 2.
  70. ATF 141 I 1 du [lire en ligne], consid. 5.5 p. 8.
  71. Arrêt du TF, 5A_232/2020 du [lire en ligne], consid. 5.1.
  72. ATF 132 II 305 du [lire en ligne], consid. 4.3 p. 320.
  73. SG-Komm. BV-Vallender, article 73, nos 33 et suivants.
  74. « 19h30 du  », sur rts.ch, (consulté le 19 octobre 2020).
  75. Agence télégraphique suisse, « Les militants pour le climat sont condamnés en appel », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2020).
  76. Sophie Dupont, « Climat: Les ornières de la justice », Le Courrier,‎ (lire en ligne).
  77. « […] erhielten vor dem Waadtländer Kantonsgericht doch noch die verdienten Strafen für ihren Hausfriedensbruch und ihren Widerstand gegen die Staatsgewalt. », (de) Urs Paul Engeler, « Der Abbau der Bürgerrechte ist im Gange », Die Weltwoche,‎ (lire en ligne).
  78. (de) Daniel Gerny, « Die Klimaaktivisten werden zu Recht verurteilt – und doch sind sie die Sieger », NZZ,‎ (lire en ligne).
  79. Emmanuel Borloz, « Après les balles en mousse, les pavés? », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne).
  80. a et b Jacques Neirynck, « Le devoir de désobéissance civile », blog personnel dans Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2020).
  81. a et b Jacques Dubochet, « Réchauffement climatique : le courage de croire ce que l’on sait », Le Temps,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2020).
  82. a et b (en) Associated Press, « 12 climate activists on trial for stunt at Swiss bank office », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2020).
  83. « RogerWakeUp - DisCreditSuisse », sur discreditsuisse.ch (consulté le 24 janvier 2021).
  84. Darius Rochebin, « Le patron du Credit suisse « invite Greta et les activistes du climat à venir discuter » », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le 20 janvier 2020).
  85. Laurent Favre, « Comment Roger Federer est sorti de son silence », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).
  86. « Épinglé, Roger Federer dit prendre au sérieux le changement climatique », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2020).
  87. a b et c (en) « Roger Federer responds to climate crisis criticism from Greta Thunberg », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2020).
  88. (en) « Federer responds to climate change critics over Credit suisse links », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).
  89. Sarah Clément, « L'action en justice des Aînées pour le climat est rejetée par le TAF », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2020).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bases légales[modifier | modifier le code]

Bases légales internationales[modifier | modifier le code]

Bases légales nationales[modifier | modifier le code]

Décisions de justice[modifier | modifier le code]

Jugement du Tribunal de police de l'arrondissement de Lausanne
Audience Matière traitée Document
du Généralités (page de garde)
Identité des prévenus (passage anonymisé)
Document 1
Audition de Sonia Seneviratne
Audition de Jacques Dubochet
Audition de Jérémy Désir
Document 2
Auditions des prévenus
du Plaidoiries
du Considérants en fait et en droit et dispositif Document 3

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Littérature juridique[modifier | modifier le code]

  • (de) Bernhard Ehrenzeller (dir.), Benjamin Schindler (dir.), Rainer J. Schweizer (dir.) et Klaus A. Vallender (dir.), Bundesverfassung : St. Galler Kommentar, Zurich/Saint-Gall, Dike, , 3e éd., 3320 p. (ISBN 978-3-03751-606-5).
  • (de) Marcel Alexander Niggli et Louis Frédéric Muskens, « Recht und Moral, Auflösung der Kategorien : Am Beispiel der Rechtfertigung von Hausfriedensbruch durch Notstand infolge Klimawandels (Bezirksgericht Lausanne) », Richterzeitung, no 2,‎ (ISSN 1661-2981, DOI 10.38023/97c203d8-9f9f-4e35-afc5-9d9e0654ab84, lire en ligne).
  • Arnaud Nussbaumer, « L’acquittement des activistes du climat à Lausanne », Lawinside.ch,‎ (lire en ligne).
  • (de) Andrés Payer, « Klimawandel als strafrechtlicher Notstand », sui-generis,‎ , p. 226-241 (DOI 10.21257/sg.132, lire en ligne).
  • Dominique Bourg, Clémence Demay et Brian Favre, Désobéir pour la Terre : défense de l'état de nécessité, Presses universitaires de France, , 330 p. (ISBN 978-2-13-083035-1). En particulier chapitre 2 : « L'action de Lausanne action climat à l'encontre du Crédit suisse, témoignages », pages 27-38 ; chapitre 3 : « Construire un procès de principe, « Ce sera le jugement de la jeunesse qui se lève pour sa survie » », pages 39-54 ; chapitre 6 : « Extrait des plaidoiries du premier procès climatique contre la place financière helvétique », pages 103-151 ; et chapitre 7 : « Extraits du jugement de Renens du 13 janvier 2020 », pages 153-174.

Littérature scientifique[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]