Proactiva Open Arms

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Proactiva Open Arms
Logo de l'organisation
Réfugiés arrivant à Lesbos, aidés par des membres de Proactiva Open Arms
Situation
Création octobre 2015
Type Fondation humanitaire privée sans but lucratif
Budget donations de particuliers
Organisation
Membres +14 volontaires

Site web proactivaopenarms.org

Proactiva Open Arms (parfois abrégé POA) est une ONG espagnole, plus précisément catalane, destinée au sauvetage de vies humaines à la mer. Créée en , sa première action a été la mise sur pied à Lesbos d'un groupe de volontaires, chargés d'aider les réfugiés syriens qui essayaient d'atteindre l'île, en leur évitant la mort pendant le trajet.

L'action de Proactiva a été saluée par plusieurs prix, parmi lesquels le prix du Citoyen européen (en) en 2016[1]. Son fondateur, Òscar Camps (ca), a obtenu le prix du Catalan de l'année (en) 2015.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

À l'origine[Quand ?], Proactiva était une entreprise de services maritimes, spécialisée en sécurité maritime, dénommée Pro-Activa Serveis Aquàtics, installée à Badalona[2]. En , à cause de la crise des réfugiés, et lorsque des cadavres apparaissent sur les écrans de télévision, le directeur de Proactiva, Òscar Camps (ca), décide de se rendre à Lesbos avec trois membres de son entreprise. Face au manque d'organisation sur place, l'entreprise catalane décide de s'y installer[3]. Elle met à profit son expérience en surveillance de plages pour faire face aux nombreux décès qui se produisaient quotidiennement en mer Égée[4].

Installation à Lesbos[modifier | modifier le code]

Dès septembre[Quand ?], les premiers volontaires de Proactiva arrivent pour participer aux sauvetages. Au début, Proactiva ne disposait alors que de quelques combinaisons en néoprène, de palmes et de tubas. Les membres de Proactiva aidaient alors les migrants à atteindre les plages, principalement des Syriens venant de Turquie à bord de barques[réf. nécessaire]. Progressivement cependant, l'équipement disponible s'améliore, principalement grâce aux dons de particuliers lors de la création de l'ONG Proactiva Open Arms[5].

Dès sa création, plusieurs médias espagnols et européens font écho de l'action de Proactiva à Lesbos, relayant notamment les images que l'association diffuse sur internet. En Catalogne, Proactiva gagne en popularité lors de la diffusion par TV3 du documentaire To Kyma. Rescat al mar Egeu (To Kyma. Sauvetage en mer Égéé), réalisé pour Arantza Díez et David Fontseca et produit pour La Kaseta Ideas Factory. Le film suit l'activité de ces secouristes lors de plusieurs interventions au large de l'île grecque[6].

Grâce aux dons de particuliers récoltés sur un site de financement participatif, Proactiva installe ses bureaux à Lesbos, où elle peut désormais employer des bateaux de sauvetage[7]. En , après six mois de présence à l'île, l'ONG de Badalone compte un dispositif permanent de 14 personnes, trois embarcations de sauvetage, quatre motomarines et un équipement professionnel. Leurs actions ont permis d'aider 143 358 personnes au large de la Grèce[8].

Sauvetage en mer Méditerranée[modifier | modifier le code]

L'Open Arms à Pozzallo le 26 mars 2018

Fin , Proactiva annonce dédier un de ses bateaux aux opérations en Méditerranée centrale pour aider les migrants lors de leur traversée depuis les côtes libyennes. En effet, depuis l'accord intervenu entre l'Union européenne et la Turquie, la traversée était devenue plus difficile par la mer Égée, et d'autres routes, qui s'étaient d'abord taries du fait de leur dangerosité, étaient de nouveau employées. Pour cette raison, l'ONG catalane déploie des embarcations entre la Libye, l'Égypte et l'Italie[9]. Après une interruption[Quand ?], le navire reprend son activité fin , et le , son navire Open-Arms dépose 310 rescapés en Espagne[10]. Mi-, l'Espagne empêche le navire de reprendre la mer[11]. En , il patrouille au large des côtes libyennes, alors que l'Espagne le menace d'une amende de 200 000 à 900 000 [12].

Début , il est bloqué en Méditerranée, interdit de débarquer, avec 160 personnes à bord, dont 30 enfants et 2 bébés[13],[14]. L’Italie, Malte, et l’Espagne lui refusent l'accès, et l’ONG prévoit d'envoyer un autre bateau de ravitaillement en nourriture et en médicaments[15]. L'acteur américain Richard Gere montre son soutien en montant à bord[16]; il compare Salvini à Trump[17] et s'exprime dans une conférence de presse à Lampedusa:[18]« la plupart en parlent comme des migrants mais pour moi ce sont des réfugiés en fuite. Des gens extraordinaires (...) Ils sont si forts, ils ont vécu des horreurs, un enfer, la torture, les viols, l’emprisonnement. [Il faut] arrêter de diaboliser des êtres humains »[18]. Le décret que Mateo Salvini avait fait adopter le , prévoyant de très fortes amendes pour les navires de sauvetage qui entreraient dans les eaux italiennes[19] est annulé le par la justice italienne à la suite d'un recours de Proactiva Open Arms, dont le navire s'approche alors de Lampedusa pour s'abriter du mauvais temps[20]. L'arrivée de l'Open Arms cristallise les désaccords politiques entre Giuseppe Conte (MS5) et Mateo Salvini (LN)[21], qui instrumentalise la crise[22]. Six pays (France[23], Allemagne, Roumanie, Portugal, Espagne[24] et Luxembourg) sont prêts a accueillir les migrants[25],[26]; l’Espagne propose un port de débarquement, mais qui trop éloigné de la position du navire[27] et le ministre italien des transports (MS5) n'accepte de transférer les migrants jusqu’en Espagne qu'à condition que celle-ci retire son pavillon à l’Open-Arms[28]. Le , vingt-sept migrants mineurs non accompagnés sont autorisés à débarquer[29], et la situation à bord du navire devient « hors de contrôle », certains migrants se jetant à la mer pour rejoindre la côte italienne. Le procureur d’Agrigente, Luigi Patronaggio, ordonne finalement le débarquement des rescapés le , et met sous séquestre le navire espagnol, dans le cadre d’une enquête ouverte pour « séquestration de personnes, omission et refus d’actes officiels » visant Salvini[30]. Immobilisé dans le port d’Agrigente, le navire est inquiété par la justice italienne après que les garde-côtes ont détecté « une série de sérieuses anomalies (...) concernant la sécurité de la navigation », et par la justice espagnole, qui lui avait interdit depuis janvier dernier « de réaliser des opérations de recherche et de sauvetage » en mer, en particulier « pour des raisons de sécurité »[31].

L'Open Arms est resté à quai pendant six mois pour des "travaux de modernisation et de rénovation". Le navire espagnol est désormais équipé de "nouvelles mesures de sécurité et de prévention adaptées au coronavirus", avait indiqué l'ONG lors de son retour en . Du personnel médical de l'association italienne Emergency a rejoint l'équipe afin d'assurer les soins de santé à bord. De plus, le navire possède dorénavant la technologie nécessaire pour effectuer des diagnostics des maladies infectieuses telles que le Covid-19, la tuberculose et le VIH. L'Open Arms est ainsi le premier bateau à avoir un tel dispositif médical, observé jusque-là uniquement dans les hôpitaux[32].

Le , le bateau a quitté le port de Barcelone pour reprendre ses maraudes en Méditerranée[33].

Prix et reconnaissances[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « EUR-Lex - 52016XP0701(01) - EN - EUR-Lex », sur eur-lex.europa.eu (consulté le )
  2. (ca) « Socorristas de Badalona forman una ONG para atender a los refugiados que llegan por mar a la isla de Lesbos », sur www.publico.es (consulté le )
  3. (ca) « Un equipo de socorristas españoles salvan vidas de refugiados a diario en las costas de la isla de Lesbos », sur www.europapress.es, (consulté le )
  4. (es) « Vídeo: Un grupo de socorristas españoles rescata a tres refugiados junto a Lesbos », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le )
  5. « Socorristas catalanes rescatan a 242 personas naufragadas en Lesbos », sur La Vanguardia, (consulté le )
  6. (es) Manuel De Luna, « Los ángeles de Lesbos », sur www.elperiodico.com, (consulté le )
  7. « Proactiva Open Arms tendrá dos embarcaciones de salvamento más gracias a los donativos », sur La Vanguardia, (consulté le )
  8. (ca) « L'ONG badalonina Proactiva Open Arms ha rescatat 143.000 persones a Lesbos », sur Ara.cat, (consulté le )
  9. (ca) « Proactiva Open Arms posa rumb cap a la costa de Líbia », sur AraBalears.cat, (consulté le )
  10. « Migrants : l’Espagne autorise l’accostage d’un navire refusé par l’Italie et Malte », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. « Migrants: L’Espagne empêche le bateau de l’ONG Open Arms de prendre la mer », sur LA VDN (consulté le )
  12. « La capitaine du Sea-Watch arrêtée après avoir accosté de force à Lampedusa », sur Courrier international, (consulté le )
  13. « Méditerranée: deux navires avec 164 migrants à bord à la recherche d'un port », sur RFI, (consulté le )
  14. « Méditerranée : 400 migrants bloqués à bord de navires humanitaires, sans port d’accueil », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Le dessin du jour. Le navire “Open Arms” est partout indésirable », sur Courrier international, (consulté le )
  16. « Richard Gere apporte son aide aux migrants du bateau humanitaire Open Arms », sur parismatch.be, (consulté le )
  17. « Open Arms : Richard Gere tacle Salvini et le compare à Trump », sur parismatch.be, (consulté le )
  18. a et b « Sauvetages humanitaires : plus de 500 migrants sur l’«Ocean Viking» et l’«Open Arms» », sur Libération.fr, (consulté le )
  19. Olivier Bonnel, « L’Italie adopte un décret antimigrants, avec des amendes records pour ceux qui leur viennent en aide », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. Yohan Blavignat, « Migrants : la justice italienne désavoue Salvini et ouvre ses bras à l’Open Arms », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. « Italie : le drame humanitaire de l’« Open Arms » accélère la cassure de la coalition », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. « Crise de l’Open Arms. Migrants : l’Europe ne doit plus tolérer Salvini », sur Courrier international, (consulté le )
  23. « Navire « Open-Arms » : une délégation française auprès d’une quarantaine de migrants à Lampedusa », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. « « Open-Arms » : la marine espagnole va récupérer 15 migrants à Lampedusa », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. « Le sort des 147 migrants du navire « Open-Arms » lié à la crise politique en Italie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. « Six pays acceptent d'accueillir des migrants de l'Open Arms, Salvini contrecarré », sur Courrier international, (consulté le )
  27. AFP, « Imbroglio européen autour du sort des 107 migrants à bord de l’« Open Arms » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « « Open-Arms » : des migrants sautent à la mer pour tenter de rejoindre Lampedusa », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. AFP, « Salvini se résout à laisser 27 migrants mineurs de l’« Open-Arms » débarquer en Italie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. « Les migrants de l’« Open-Arms » ont débarqué à Lampedusa », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  31. « Méditerranée. L’Open Arms, venu au secours de migrants, n’a plus de port d’attache », sur Courrier international, (consulté le )
  32. « L'Open Arms de retour au large de la Libye après six mois d'arrêt », sur InfoMigrants, (consulté le )
  33. https://www.infomigrants.net/fr/post/28239/l-open-arms-repart-en-mer-et-se-dirige-vers-les-cotes-libyennes
  34. (es) Agencias, « Òscar Camps avisa a la UE: "Ningún político evitará que 'Open Arms' proteja la vida humana en el mar" », sur elperiodico, (consulté le )
  35. (es) Carlos Márquez Daniel, « En el nombre de Aylan », sur elperiodico, (consulté le )
  36. (ca) « El Català de l'Any 2015 presenta la llista dels seus candidats », sur /www.elperiodico.cat, (consulté le )
  37. (ca) « L'ONG de Badalona Proactiva Open Arms guanya el Premi Ciutadà Europeu 2016 », sur CCMA, (consulté le )
  38. (ca) NacióManresa, « La oenegé Proactiva Open Arms rep el Premi Pere Casaldàliga a la Solidaritat 2016 | NacióManresa », sur www.naciodigital.cat, (consulté le )
  39. (ca) Silvia Martinez, « L'oenagé catalana Proactiva Open Arms, Ciutadà Europeu 2016 », sur elperiodico, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]