Pro-opiomélanocortine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La pro-opiomélanocortine ou POMC est un précurseur protéique de très nombreuses hormones polypeptidiques qui a été identifié en 1977-1978[1],[2],[3],[4].

La POMC est codée par un gène principalement exprimé de façon normale dans les cellules corticotropes[5] de l'hypophyse antérieure, certaines cellules de l'hypothalamus (cellules du noyau arqué, et quelques neurones dorso-médians), et dans les mélanocytes. Le gène est situé sur le chromosome 2 humain.

La maturation de ce précurseur protéique de 241 acides aminés par des endoprotéases spécifiques, appelées pro-hormone convertases ou PC, aboutit selon les types cellulaires à la production de différentes hormones polypeptidiques dont les plus importantes sont :

  • dans les cellules mélanotropes de l'hypophyse :
    • les mélanotropines ou α-MSH et β-MSH. La synthèse de β-MSH existe chez l'humain mais pas chez les rongeurs, car leur POMC ne possède pas le site de clivage enzymatique adéquat ;

En médecine[modifier | modifier le code]

Il existe des pathologies cancéreuses liées à une dérégulation de l'expression du gène de la POMC au niveau de l'hypophyse (adénomes hypophysaires) ou dans des tissus atypiques tels que les bronches (carcinoïdes bronchiques) ou le pancréas, aboutissant à une synthèse et sécrétion massive non contrôlée d'ACTH. Cette hypersécrétion d'ACTH va stimuler perpétuellement les glandes surrénales sécrétant alors des quantités importantes de cortisol provoquant une pathologie appelée syndrome de Cushing.

Une mutation du gène POMC entraîne une obésité précoce, un hypocortisolisme, un teint pâle, par déficit des différentes hormones dont la pro-opiomélanocortine permet la synthèse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) R.E. Mains, B.A. Eipper et N. Ling, « Common precursor to corticotropins and endorphins », PNAS, vol. 74, no 7,‎ , p. 3014-3018 (ISSN 0027-8424, lire en ligne).
  2. B.A. Eipper et R.E. Mains, « Existence of a common precursor to ACTH and endorphin in the anterior and intermediate lobes of the rat pituitary », Journal of Supramolecular Structure, vol. 8, no 3,‎ , p. 247-262 (ISSN 0091-7419, DOI 10.1002/jss.400080304, lire en ligne).
  3. J.L. Roberts, M. Phillips, P.A Rosa et E. Herbert, « Steps involved in the processing of common precursor forms of adrenocorticotropin and endorphin in cultures of mouse pituitary cells », Biochemistry, vol. 17, no 17,‎ , p. 3609-3618 (ISSN 0006-2960, lire en ligne).
  4. Y.P. Loh, « Immunological evidence for two common precursors to corticotropins, endorphins, and melanotropin in the neurointermediate lobe of the toad pituitary », PNAS, vol. 76, no 2,‎ , p. 796-800 (ISSN 0027-8424, lire en ligne).
  5. Hormone corticotrope.