Prix Martin Ennals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le prix Martin Ennals pour les défenseurs des droits de l'homme, appelé aussi « le prix Nobel de droits de l'homme », a été créé en 1993 pour honorer et protéger les individus du monde entier qui font preuve d'un « courage exceptionnel » pour défendre et promouvoir les droits de l'homme.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'objectif du Prix Martin Ennals est de fournir une protection aux défenseurs des droits en attirant l'attention sur leur sort, principalement grâce à la télévision, radio, internet et la presse, en particulier dans leur pays d'origine.

Le prix s'accompagne d'une bourse de 20 000 francs suisses pour soutenir le travail des lauréats dans le domaine des droits de l'homme. Micheline Calmy-Rey, présidente de la Fondation Ennals depuis 2012, indique que la récompense n'est pas que financière, elle permet de mettre un éclairage particulier sur les personnalités distingués et ainsi de les faire connaitre au niveau international[1]. La cérémonie a lieu à Genève au mois d'octobre de chaque année[2].

Le prix porte le nom de Martin Ennals ancien secrétaire général d'Amnesty International.

Un jury international, composé de représentants des dix principales organisations des droits humains, sélectionne le lauréat de chaque année. Les membres du jury sont Amnesty International, Human Rights Watch, Fédération internationale des droits de l'homme, l'Organisation mondiale contre la torture, Commission internationale de juristes, Front Line Defenders, Human Rights First, International Service for Human Rights et Huridocs.

Lauréats[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. «Le prix Martin Ennals honore les plus braves» La Tribune de Genève, 4 octobre 2015 : « Le prix est financé par la Confédération, le Canton et d’autres pays, comme l’Irlande, le Danemark, l’Espagne et la Norvège. Le lauréat reçoit 20 000  francs auxquels s’ajoutent 11 650 fr. offerts par la Ville de Genève, dans le but de l’encourager à poursuivre son action. Les deux autres nominés reçoivent un accessit de 5 000  francs et également 11 650  francs de la Ville. Mais le prix n’est pas que financier. Il donne une reconnaissance internationale à ces personnes. Notre directeur les accompagne pour leur faire rencontrer des représentants de pays qui défendent les droits humains. »
  2. Prix Martin Ennals Ville de Genève, 29 avril 2016
  3. Ahmed Mansoor reçoit le Prix Martin Ennals 2015 pour les défenseurs des droits humains Amnesty international, octobre 2015

Lien externe[modifier | modifier le code]