Prix Anagrama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prix Anagrama
Image associée à la récompense
Logo de la maison d'édition Anagrama.

Nom original Premio Anagrama
Prix remis 8 000 euros[1]
Description Prix récompensant un essai inédit en castillan.
Organisateur Editorial Anagrama (es)
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Date de création 1973
Dernier récipiendaire José Luis Pardo (es)
Site officiel www.anagrama-ed.es

Le Prix Anagrama (en espagnol : Premio Anagrama, ou de son nom complet Premio Anagrama de Ensayo), est un prix littéraire qui est attribué chaque année par la maison d'édition Editorial Anagrama (es) à un auteur pour le meilleur essai inédit écrit en castillan. Le prix est doté de 8 000 euros. Dans les bases du prix[1], il est spécifié que bien que le thème est libre, le jury préférera les travaux d'imagination critique à ceux de caractère érudit ou strictement scientifique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créé en 1973, il prend son nom de la maison d'édition Editorial Anagrama (es), qui édite les livres récompensés. La dotation est de 8 000 euros et le lauréat ainsi que le finaliste seront publiés en mars de l'année suivant la cérémonie, qui a lieu en avril[2].

Lauréats[modifier | modifier le code]

Eugenio Trías (es), lauréat en 1975.
Fernando Savater, lauréat en 1982.
Antonio Elorza, lauréat en 1984.
Antonio Escohotado, lauréat en 1991.
Carlos Monsiváis, lauréat en 2000.
Vicenç Navarro (es), lauréat en 2002.

Ce prix a été décerné depuis sa création en 1973 sans interruption, excepté en 1977, 1979 et 1988[3],[2], et les lauréats sont espagnols, sauf mention :

— Non décerné à un finaliste
— Finalistes : Antonio Escohotado (1941-), pour De physis a polis. La evolución del pensamiento filosófico griego desde Thales a Sócrates ; Eduardo Subirats (es) (1947-), pour Utopía y subversión ; Jenaro Talens (es) (1946-), pour El espacio y las máscaras. Introducción a la lectura de Cernuda
— Finaliste : Fernando Cesarman (?-?, Drapeau du Mexique Mexique), pour El ojo de Buñuel. Psicoanálisis desde una butaca
— Finalistes : José Luis Pardo (es) (1954-), pour Transversales. Texto sobre los textos ; Luis Racionero (es) (1940-), pour Filosofías del underground
  • 1977 – Non décerné
— Non décerné à un finaliste
— Non décerné à un finaliste
  • 1979 – Non décerné
— Non décerné à un finaliste
— Non décerné à un finaliste
— Finalistes : Francesc Hernández, Francesc Mercadé et Benjamín Oltra, pour La ideología nacional catalana ; Josep Muntañola (es) (1940-), pour Poética y arquitectura
— Finalistes : Magda Catalá (?-?), pour Reflexiones desde un cuerpo de mujer ; José Jiménez (?-?), pour El ángel caído
— Non décerné à un finaliste
  • 1984Antonio Elorza (1943-), pour La razón y la sombra. Una lectura política de Ortega y Gasset
— Non décerné à un finaliste
— Non décerné à un finaliste
— Non décerné à un finaliste
— Finaliste : Enrique Lynch (?-?, Drapeau de l'Argentine Argentine), pour La lección de Scheherezade
  • 1988 – Non décerné
— Non décerné à un finaliste
— Finaliste : Vicente Verdú (es) (1942-), pour Días sin fumar
— Finalistes : Pedro Azara (?-?), pour De la fealdad del arte moderno ; J. R. Llobera, pour La identidad de la antropología
— Finalistes : José Luis Brea (es) (1957-2010), pour Las auras frías ; Óscar A. Guasch (?-?), pour La sociedad rosa
— Finalistes : Pedro Azara (?-?), pour Imagen de lo Invisible ; Sergio González Rodríguez (?-?, Mexique), pour El Centauro en el paisaje
— Finalistes : Norbert Bilbeny (es) (1953-), pour El idiota moral ; Enrique Ocaña (?-?), pour El Dioniso moderno y la farmacia utópica
— Finalistes : Gurutz Jáuregui (?-?), pour La democracia en la encrucijada ; Julio Quesada (?-?), pour Ateísmo difícil
— Finaliste : Santiago Alva Rico (?-?), pour Las reglas del caos. Apuntes para una antropología del mercado
  • 1996 – Vicente Verdú (1942-), pour El planeta americano
— Finaliste : Gabriel Zaid (es) (1934-, Mexique), pour Los demasiados libros
  • 1997 – Norbert Bilbeny (1953-), pour La revolución en la ética. Hábitos y creencias en la sociedad digital
— Finaliste : José Miguel G. Cortés (?-?), pour Orden y caos. Un estudio cultural sobre lo monstruoso en el arte
— Finaliste : Mercedes Odina (es) et Gabriel Halevi, pour El factor fama
  • 1999Manuel Delgado (1956-), pour El animal público. Hacia una antropología de los espacios urbanos
— Finaliste : Miguel Dalmau (?-?), pour Los Goytisolo
  • 2000Carlos Monsiváis (1938-2010, Mexique), pour Aires de familia. Cultura y sociedad en América Latina
— Finaliste : Albert Forment (?-?), pour José Martínez : la epopeya de Ruedo Ibérico
— Finaliste : Helena Béjar (?-?), pour El mal samaritano. El altruismo en tiempos del escepticismo
  • 2002Vicenç Navarro (es) (1937-), pour Bienestar insuficiente, democracia incompleta. Sobre lo que no se habla en nuestro país
— Finaliste : Tomás Abraham (es) (1946-, Argentine), pour Situaciones postales
  • 2003Josep Casals (1955-), pour Afinidades vienesas. Sujeto, lenguaje, arte
— Finaliste : Tomás G. Perdiguero (?-?), pour La responsabilidad social de las empresas en un mundo global
  • 2004Jordi Gracia (1965-), pour La resistencia silenciosa. Fascismo y cultura en España
— Finaliste : Rafael del Águila (1953-2009), pour Sócrates furioso. El pensador y la ciudad
  • 2005Manuel Cruz (es) (?-), pour Las malas pasadas del pasado. Identidad, responsabilidad, historia
— Finaliste : J. Benito Fernández (es) (1956-), pour Eduardo Haro Ibars : los pasos del caído
— Finaliste : Pere Saborit (?-?), pour Vidas adosadas. El miedo a los semejantes en la sociedad contemporánea
— Finaliste : Antoni Martí Monterde (es) (1968-), pour Poética del Café. Un espacio de la modernidad literaria europea
— Finaliste : Andreu Domingo (?-?), pour Descenso literario a los infiernos demográficos
— Finaliste : Agustín Fernández Mallo (es) (1967-), pour Postpoesía. Hacia un nuevo paradigma
— Finaliste : Beatriz Preciado (1970-?), pour Pornotopía. Arquitectura y sexualidad en «Playboy» durante la guerra fría
— Finaliste : Jorge Fernández Gonzalo (?-?), pour Filosofía zombi
— Finaliste : Graciela Speranza (?-?, Argentine), pour Atlas portátil de América Latina: arte y ficciones errantes
— Finaliste : Jorge Carrión (1976-), pour Librerías
Pas de finaliste
  • 2016 - José Luis Pardo (es) (1954-, Espagne), pour Estudios del malestar. Políticas de la autenticidad en las sociedades contemporáneas
— Finaliste : Luciano Concheiro (Mexique), pou Contra el tiempo. Filosofía práctica del instante

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) « Premio Anagrama - Bases », sur anagrama-ed.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  2. a et b (es) « Liste des lauréats du prix Anagrama », sur www.epdlp.com, (consulté le 28 octobre 2013)
  3. (es) « Premio Anagrama - Premiados », sur anagrama-ed.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  4. (es) El Cultural.es, « El venezolano Gustavo Guerrero gana el XXXVI Premio Anagrama », sur elcultural.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  5. (es) EuropaPress, « Jesús Ferrero, Premio Anagrama de Ensayo », sur europapress.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  6. (es) Laura Fernández, « Eloy Fernández Porta gana el Anagrama de Ensayo », sur elmundo.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  7. (es) « Vicente Serrano gana el Premio Anagrama de Ensayo con 'La herida de Spinoza' », sur lavanguardia.com, (consulté le 8 octobre 2013)
  8. (es) Núria Cuadrado, « José Ovejero gana el Premio Anagrama de Ensayo », sur elmundo.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  9. (es) David Moran, « Luis Goytisolo, Premio Anagrama de Ensayo », sur abc.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  10. (es) El Cultural, « Sergio González Rodríguez gana el Premio Anagrama de Ensayo », sur elcultural.es, (consulté le 8 avril 2014)
  11. (es) Mercè Pérez Pons, « Una exmodelo gana el Anagrama de Ensayo con una crítica a la moda », sur El País, (consulté le 20 avril 2015).