Prix Bédéis causa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Prix Albéric-Bourgeois)
Aller à : navigation, rechercher

Les Prix Bédéis causa visent à souligner l’excellence et la vitalité de la bande dessinée québécoise.

Historique[modifier | modifier le code]

Remis dans le cadre du Festival de la bande dessinée francophone de Québec (FBDFQ) depuis ses débuts en 1988, ces prix ont connu des identités variables pendant de nombreuses années, et bien que chaque année certains d'entre eux récompensaient des auteurs québécois, la majeure partie prenait davantage la forme de remerciements symboliques offerts aux auteurs franco-belges invités par le Festival. Cependant, après une réforme en 2007, la formule s'est resserrée et stabilisée, et, depuis, ce sont les cinq mêmes prix qui sont attribués, dont quatre visant la bande dessinée québécoise.

Grand Prix de la Ville de Québec[modifier | modifier le code]

Ce prix est décerné au meilleur album de langue française publié au Québec. Son appellation varie (Prix [BD/album] québécois(e) (de l’année)) de 1989 à 2001. Il est brièvement appelé Prix Réal Fillion de la meilleure BD québécoise (2002-2003), puis rebaptisé Prix de la meilleure BD québécoise en 2004, avant de prendre sa présente appellation en 2005.

Liste des lauréats[modifier | modifier le code]

Zviane reçoit le Grand prix de la Ville de Québec 2014
  • 2016 : Promise, t.3 : Incubus, Mikaël (dessin) et Thierry Lamy (scénario), Glénat Québec[3]
  • 2017 : La Femme aux cartes postales, Jean-Paul Eid (scénario et dessin) et Claude Paiement (scénario), La Pastèque.

Prix Réal-Fillion[modifier | modifier le code]

Nommé en l'honneur du cofondateur du Festival, ce prix est remis à l'auteur québécois (scénariste ou dessinateur) s’étant le plus illustré avec son premier album professionnel. Il a été attribué sous l'appellation Prix (de l') espoir (québécois) de 1988 à 2004 (sauf en 1989, 1991 et 2002, et bien qu'il ne fut pas à l'époque strictement attribué lors d'un premier album), avant de prendre sa présente appellation en 2005.

Liste des lauréats[modifier | modifier le code]

Prix Albéric-Bourgeois[modifier | modifier le code]

Julie Rocheleau reçoit le prix Albéric-Bourgeois 2015.

Nommé en l'honneur d'Albéric Bourgeois, un des pionniers de la bande dessinée québécoise, ce prix est attribué au meilleur album de langue française publié à l’étranger par un auteur québécois, dessinateur ou scénariste. Il est attribué depuis 2007.

Liste des lauréats[modifier | modifier le code]

Prix Albert-Chartier[modifier | modifier le code]

Nommé en l'honneur d'Albert Chartier, un autre grand pionnier de la bande dessinée québécoise, ce prix est offert en hommage à l’apport important d'un individu ou d'une institution au milieu de la bande dessinée québécoise. Attribué sous cette dénomination depuis 2006, il a auparavant été remis irrégulièrement sous le nom de Prix Reconnaissance ou Prix Honoris causa (lorsque remis à un auteur québécois). Curieusement, le Prix Albert-Chartier a d'abord été remis à des auteurs franco-belges pour souligner l'ensemble de leur œuvre (Jean Roba en 2004, Régis Loisel en 2005).

Liste des lauréats[modifier | modifier le code]

Thomas-Louis Côté, directeur du FBDFQ, et Michel Rabagliati, alors que celui-ci reçoit le prix hommage Albert-Chartier 2014
  • 2015 : La maison d’édition Drawn and Quarterly[2]
  • 2016 : Le collectif Chiendent. Composé du poète Claude Haeffely et des illustrateurs Marc-Antoine Nadeau, André Montpetit et Michel Fortier, Chiendent a contribué, à la fin des années 1960, à une renaissance pour la production nationale du 9e art au Québec.[3]
  • 2017 : Yvette Lapointe, première auteure québécoise de bande dessinée (posthume).

Prix Maurice-Petitdidier[modifier | modifier le code]

Nommé en l'honneur du principal auteur de bandes dessinées figurant au sommaire des mensuels Hérauts (période 1955-60) et Le Petit Héraut (1958-61) de l'éditeur Fides[5], il est décerné au coup de cœur du jury pour un album francophone publié à l’étranger. Attribué sous ce nom depuis 2003 (sauf en 2004), le prix a auparavant connu plusieurs dénominations (Meilleur album francophone, Album francophone de l'année, BD de l'année, etc.) tout en étant, avant 2007, plus ou moins attribué à un auteur en visite au Festival. Le prix n'a pas été attribué en 1995, 1997 et 2004.

Liste des lauréats[modifier | modifier le code]

Prix Traduction[modifier | modifier le code]

Le prix Traduction, créé en 2014, récompense un album francophone issu d'une traduction.

Liste des lauréats[modifier | modifier le code]

Prix Jacques-Hurtubise[modifier | modifier le code]

Le prix Jacques-Hurtubise comprend une bourse visant à favoriser la nouvelle création et les auteurs émergents au Québec. Il est attribué pour la première fois en 2016. Il est nommé en l’honneur de l’auteur, scénariste et éditeur Jacques Hurtubise.

Liste des lauréats[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Alexis Giroux, pour son projet Bras de fer[3]
  • 2017 : Stéphane Johnson, pour son projet La Clique Vidéo

Autres prix[modifier | modifier le code]

Avant la réforme de 2007, de nombreux autres prix ont été donnés aux auteurs présents au Festival.

Ensemble de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Les Grand Prix du Festival, Grand Prix de la ville de Québec, Prix spécial du Jury et Prix Honoris causa ont tous été remis à un moment ou à un autre pour souligner l’ensemble de l'œuvre d'un auteur présent.

Ceux-ci ont été les suivants : Bob De Moor (1988), Jean Graton (1989), Greg et Marcel Gotlib (1990), Jean Giraud / Moebius (1991), Morris (1992), Jean-Claude Mézières (1992 et 1997), Jacques Martin (1993 et 2000), Jean Roba (1993 et 2004), Tibet (1994), François Craenhals (1995), André Juillard (1996), Enki Bilal et Albert Weinberg (1998), François Boucq et Bernard Yslaire (1999), Batem (2000), Régis Loisel (2001 et 2005), Turf (2001), Ted Benoît (2002), Frank Le Gall (2003) et Félix Meynet (2004). Une fois a été récompensé un auteur décédé (André Franquin, 2001).

Il est à noter que le Prix spécial du jury a été décerné deux fois à un auteur québécois ayant réalisé un ouvrage de référence :

Prix Humour[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps décerné à des auteurs étrangers (1988, 1989 et 1991), il est par la suite attribué quatre fois à des auteurs québécois.

Liste partielle des lauréats[modifier | modifier le code]

  • 1998 : La Vie qu'on mène, t.4 : Chacun son île, Line Arsenault, Mille-Îles
  • 1999 : Les Vaginocrates, Serge Ferrand, Mille-Îles
  • 2002 : Jim le malingre, t.6 : Avatars ataviques, Phlppgrrd, Zone convective
  • 2003 : La Vie qu'on mène, t.5 : On se faxe, on se digitalise, on se téléporte et on déjeune !, Line Arsenault, Mille-Îles

Prix Coup de cœur[modifier | modifier le code]

Parmi ses neuf remises (1991, 1995, 1999 à 2003, 2005 et 2006), il a récompensé un auteur québécois, et un auteur français résidant au Québec.

Liste partielle des lauréats[modifier | modifier le code]

Prix éphémères[modifier | modifier le code]

Notons aussi le Prix Jeunesse, remis cinq fois (1989, 1990, 1995, 1996 et 2001), le Prix Aventure, deux fois (1990 et 2002), le Prix S.-F. (1988), ainsi que les Prix Fantastique, Polar et Édition (tous les trois remis en 1989).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]