Prissé-la-Charrière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prissé-la-Charrière
La gare.
La gare.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Niort
Canton Mignon-et-Boutonne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Niortais
Maire
Mandat
Jean-Claude Fradin
2014-2020
Code postal 79360
Code commune 79078
Démographie
Population
municipale
655 hab. (2014)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 12″ nord, 0° 28′ 59″ ouest
Altitude Min. 30 m
Max. 73 m
Superficie 19,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Prissé-la-Charrière

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Prissé-la-Charrière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Prissé-la-Charrière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Prissé-la-Charrière

Prissé-la-Charrière est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Prissé-la-Charrière[1]
La Foye-Monjault,
Usseau
Beauvoir-sur-Niort
Thorigny-sur-le-Mignon Prissé-la-Charrière[1] Villiers-en-Bois
Dœuil-sur-le-Mignon
(Charente-Maritime)
Belleville

Économie[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tumulus du Péré.

La nécropole néolithique de Péré est connue depuis 1840. L'étude du tumulus C a commencé en 1995. Long de 100 mètres, large de 20 mètres à son extrémité est, où il est le plus haut et le plus large, le tumulus de pierres sèches est bordé sur toute sa longueur au nord et au sud par un fossé ayant servi de carrière d'extraction de blocs de calcaire pour l'édifier. Mais plus que sa taille, c'est la complexité du monument qui le rend exceptionnel. Il contenait au moins trois chambres funéraires correspondant à autant de projets architecturaux distincts et parfois successifs.Sont intervenus sur le site Roger Joussaume, maître de recherches au CNRS, Luc Laporte du CNRS, Chris Scarre chercheur du Mc Donald Institute for Archaeological Research de Cambridge En 2004, une chambre funéraire néolithique inviolée fut découverte[2]. Elle contenait plusieurs squelettes et céramiques en offrande. La fouille des squelettes fut réalisée par l'anthropologue Ludovic Soler. Cette année-là et depuis Robert Cadot, bénévole, réalisa des travaux de restauration de murets.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 1er mars 1972, les communes de La Charrière et Prissé fusionnent sous le nom de Prissé-la-Charrière[3]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008   Jean-Claude Fradin[4]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1972, les communes de La Charrière et Prissé fusionnent.

Avant la fusion des communes de 1972[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Prissé
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
167 178 177 168 205 211 210 204
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
207 199 200 206 218 211 218 191
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
229 251 242 239 238 245 259 263
1936 1946 1954 1962 1968 - - -
231 241 240 214 204 - - -
À partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Source : Ldh/EHESS/Cassini [5].)
Évolution démographique de La Charrière
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
601 568 623 709 685 673 624 625
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
632 670 717 700 673 658 660 580
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
540 511 511 469 450 444 453 437
1936 1946 1954 1962 1968 - - -
416 474 459 449 427 - - -
À partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Source : Ldh/EHESS/Cassini [6].)

Après la fusion des communes[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Prissé-la-Charrière, cela correspond à 2007, 2012, 2017[7], etc. Les autres dates de « recensements » (comme 2006, 2009, etc.) sont des estimations légales.

Évolution démographique de Prissé-la-Charrière
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2009 - -
543 562 575 586 604 606 606 - -
De 1975 à 1999 : population sans doubles comptes ; à partir de 2006 : population municipale légale.
(Sources : Insee : 1975-1999[8], 2006[9], 2007[10], 2009[11])

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. http://www2.cnrs.fr/journal/1618.htm
  3. Code officiel géographique - Fiche de la commune de Prissé-la-Charrière sur le site de l'Insee, consulté le 27 novembre 2010.
  4. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  5. « Notice communale de Prissé », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 27 novembre 2010)
  6. « Notice communale de Prissé-la-Charrière », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 27 novembre 2010)
  7. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 16 avril 2012)
  8. « Évolution et structure de la population », sur Insee (consulté le 16 avril 2012)
  9. « Populations légales 2006 des communes du département », sur Insee (consulté le 16 avril 2012)
  10. « Populations légales 2007 des communes du département », sur Insee (consulté le 16 avril 2012)
  11. « Populations légales 2009 des communes du département », sur Insee (consulté le 16 avril 2012)