Prison centrale de Kondengui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Prison centrale de Kondengui
Image de l'établissement
La prison centrale de Kondengui en mars 2018
Localisation
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Centre
Ville Yaoundé IV
Coordonnées 3° 51′ 20″ nord, 11° 32′ 33″ est
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
(Voir situation sur carte : Cameroun)
Prison centrale de Kondengui
Géolocalisation sur la carte : région du Centre
(Voir situation sur carte : région du Centre)
Prison centrale de Kondengui
Géolocalisation sur la carte : Yaoundé
(Voir situation sur carte : Yaoundé)
Prison centrale de Kondengui
Fonctionnement
Effectif (2019) ~ 5 000
Date d'ouverture 1968

La prison centrale de Kondengui à Yaoundé est la principale prison de la région du Centre au Cameroun, créée en 1968.

Organisation[modifier | modifier le code]

icône vidéo Vidéo externe
Prison centrale de Kondengui : Il est plus facile de sortir mort que vivant sur le compte YouTube de Africa Circle TV

C'est une prison mixte ; toutefois, les quartiers des hommes, des femmes et des mineurs sont séparés.

En juillet 2008, l'administration pénitentiaire camerounaise faisait état de 4 410 détenus pour 1 000 places[1].

Intervention de la police à la prison le 23 juillet 2019 durant les émeutes de la prison de Kondengui et de Buea.

La prison est découpée en 14 quartiers. Toutefois, les deux quartiers dit Kosovo rassemblent à eux seuls environ 3 000 détenus. Il y a 110 femmes dans le quartier des femmes, et 245 mineurs dans le quartier réservé aux mineurs.

Il s'agit d'« un établissement surpeuplé où les conditions sanitaires sont déplorables et la nourriture insuffisante » note Amnesty International[2].

Personnalités ayant séjourné à la prison centrale de Kondegui[modifier | modifier le code]

Date d'entrée Date de sortie Durée Chef d'accusation Jugement/Décision Situation Actuelle
Olivier Bibou Nissack - 1 an, 10 mois et 19 jours - Incarcéré
Alain Fogué - 1 an, 10 mois et 19 jours - Incarcéré
Maurice Kamto 8 mois et 7 jours Non-lieu Libéré
Gervais Mendo Zé - Décédé
Titus Edzoa Gracié Libéré
Polycarpe Abah Abah Opération Épervier - Incarcéré
Ephraïm Inoni - 10 ans, 3 mois et 25 jours Opération Épervier - Incarcéré
Yves Michel Fotso 8 ans, 8 mois et 18 jours Opération Épervier Condamné Évacué sanitaire au Maroc[3],[4],[5]
Yondo Black 19 février 1990[6] Gracié Libéré
Marafa Hamidou Yaya 16 avril 2012
Sébastien Ebala
Wilfried Siewe 1 mars 2019 5 decembre 2020 1 an, 9 mois et 4 jours Interpellé avec le livre L'urgence de la pensée et des photos de lieux publics à Yaoundé Libéré
Mamadou Mota 1ier juin 2019 5 février 2021 1 an, 8 mois et 4 jours Marches de protestation à l'arrestation de Maurice Kamto Libéré
Paul Eric Kingue 26 janvier 2019 5 octobre 2019 8 mois et 24 jours Incitation à la manifestation publiques Libéré

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cameroon Tribune du 27/08/2008
  2. a et b « Un étudiant toujours en danger », sur Amnesty International Suisse (consulté le )
  3. « Cameroun : Yves-Michel Fotso hospitalisé à Casablanca – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  4. « Cameroun: Yves Michel Fotso évacué au Maroc pour raison de santé », sur RFI, (consulté le )
  5. « YVES MICHEL FOTSO, CONDAMNÉ À PERPÉTUITÉ, S'ÉVADE AU MAROC | | Coups Francs », (consulté le )
  6. « PROCÈS DE MAURICE KAMTO ET ALLIÉS : L'HISTOIRE SE RÉPÈTE | | Coups Francs », (consulté le )
  7. « Sébastien Ebala condamné à 02 ans de prison ferme », sur Actu Cameroun, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Rose Chia Fonchingong, Stifled justice in Cameroon : detained for six years without judgement, Langaa Research & Publishing CIG, Bamenda, 2016, 98 p. (ISBN 9789956763764)
  • Georges Dougueli, « Reportage à Kondengui, la prison centrale de Yaoundé », Jeune Afrique, 15 décembre 2009 [1]
  • « Une journée à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé », Mediapart, 15 février 2015 [2]
  • Michel Biem Tong, « À la prison de Yaoundé, les chanceux dorment assis, les autres debout », Le Monde Afrique, 15 février 2017 [3]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]