Prise de Sontay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prise de Sontay
Description de l'image Prise de Son Tay.jpg.
Informations générales
Date 14 au 16 décembre 1883
Lieu Viêt Nam
Issue Victoire française
Traité de Hué (1884)
Belligérants
Drapeau de la France France Drapeau : Chine Empire de Chine
Black Flag Army Flag.jpg Pavillons noirs
Annam
Commandants
Drapeau de la France Amédée Courbet Drapeau : Chine Tang Zhiong
Black Flag Army Flag.jpg Liu Yongfu
Hoang Ke Viem
Forces en présence
6 000 soldats
6 canonnières
10 000 soldats chinois
10 000 Pavillons-Noirs
5 000 Annamites
Pertes
83 morts
319 blessés
900 morts
~ 2 000 blessés

Guerre franco-chinoise

Batailles

Expédition du Tonkin · Bac Ninh · Fuzhou · Keelung · Tamsui · Kep · Shipu · Zhenhai · Lang Son (1re) · Nui Bop · Tuyen Quang · Yu Oc · Hoa Moc · Phu Lam Tao · Bang Bo · 2e Lang Son · Pescadores

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 21° 08′ 16″ nord, 105° 30′ 18″ est

Géolocalisation sur la carte : Viêt Nam

(Voir situation sur carte : Viêt Nam)
Prise de Sontay

La Prise de Sontay, qui se déroula du 14 au 16 décembre 1883, est une bataille française contre les troupes chinoises de l'armée du Kouang-Si[1] au nord du Viêt Nam pendant la campagne du Tonkin (1883–86). Sontay a été prise le 16 décembre 1883.

Contexte[modifier | modifier le code]

Après le premier traité de Hué (23 août 1883) établissant le protectorat français sur l'Annam, la Chine refuse toujours au gouvernement de Hué le droit de traiter directement avec la France, se réservant « le droit entier et exclusif d'agir sur le Fleuve Rouge »[2]. Deux armées régulières chinoises, celle du Yun-Nân et celle du Kouang-Si, se joignent aux bandes des Pavillons Noirs qui sévissent au Tonkin. Bientôt, ils occupent les deux forteresses de Sontay et Bac-Minh, et menacent de passer à l'offensive. Dans l'urgence, Courbet proclame l'état de siège, et décide de profiter de la hauteur des eaux pour marcher sur Sontay, en bordure du Fleuve Rouge, devenue depuis août le point de réunion et de défense des Pavillons Noirs et des réguliers chinois.

Ordre de bataille chinois[modifier | modifier le code]

Les Pavillons Noirs, commandés par Liu Yongfu (Lu-Vĩnh-Phước en vietnamien), occupent à deux kilomètres du fleuve, la grande citadelle de Sontay, entourée d'une digue haute de six mètres, garnie de canons et de meurtrières, plantée d'une haie de bambous, défendue, ainsi que les digues et villages groupés sur les quatre routes qui rayonnent autour d'elle par 10 000 Pavillons Noirs, 10 000 réguliers chinois et 5 000 annamites; les retranchements sont armés d'une nombreuse artillerie.

Ordre de bataille français[modifier | modifier le code]

En novembre 1883, le Corps expéditionnaire du Tonkin comptait 9 500 hommes, constitué de régiments de marche à trois bataillons d'infanterie. Ne pouvant dégarnir toutes les garnisons, Courbet, avec 6 000 hommes, forme deux colonnes qui partent de Hanoï le 11 décembre.

La colonne de gauche, commandée par le colonel Belin, suit la route de terre par Phu-Hoaï, Pa-Lau et Phun; la colonne de droite, commandée par le colonel Bichot remonte le Fleuve Rouge avec six canonnières (Pluvier, Trombe, Éclair, Hache, Mousqueton et Yatagan).

Déroulement[modifier | modifier le code]

Plan de Son Tay.jpg Le 11 décembre, la colonne qui remontait le fleuve, débarque en amont du confluent du Day et s'y fortifie. Elle est rejointe le 13 par la colonne terrestre et Courbet s'empare de Phu-Sa le 14 décembre.
Devant Sontay, Courbet se masse avec ses adjoints, Bichot, Belin, Badens et Revillon devant la porte Ouest, ses batteries bombardant les arrières de la citadelle. À cinq heures, la Légion étrangère en tête, l'assaut est donné. La citadelle tombe entre les mains des troupes françaises le 16 décembre à six heures du soir.
La baisse des eaux ne permettant pas aux canonnières de Courbet de remonter le fleuve au-delà de Sontay, Liu Yongfu se retire sur Hong-Hoa et s'y fortifie.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les Pavillons noirs de Liu Yongfu refoulés sur le haut du Fleuve Rouge, la prise de Bắc Ninh devient plus facile.
Promu vice-amiral et élevé à la dignité de grand officier de la légion d'honneur, Courbet, dépité, doit céder le commandement du corps expéditionnaire au général Millot.
La poursuite de la campagne et les défaites infligées au Céleste Empire entraîneront l'accord de Tientsin, signé le 11 mai 1884, prévoyant un retrait des troupes chinoises du Tonkin en échange d'un traité complet réglant des problèmes commerciaux entre la France et la Chine, et la démarcation de la frontière sino-vietnamienne

Décoration[modifier | modifier le code]

  • SONTAY 1883 ou TONKIN 1883 sont inscrits sur le drapeau des régiments cités lors de cette bataille.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ou Guangxi en transcription pinyin.
  2. Dépêche du « marquis » Tseng au ministre des Affaires étrangères Challemel-Lacour en date du 15 octobre

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Troupes de Marine 1622-1984, Paris, Lavauzelle, 1986.
  • Histoire de France contemporaine, Paris, Larousse, 1916.