Prise de Madras (1746)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Prise de Madras
Description de cette image, également commentée ci-après
Représentation de la prise de Madras, par Nicolas Ozanne.
Informations générales
Date 16-[1]
Lieu Madras
Issue Victoire française et prise de la ville
Belligérants
Drapeau du royaume de France Royaume de FranceDrapeau de la Grande-Bretagne. Grande-Bretagne
Commandants
Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais
Joseph François Dupleix
Nicholas Morse
Forces en présence
300

Guerre de Succession d'Autriche

Batailles

Cette boîte : voir • disc. • mod.

La prise de Madras oppose, en , la garnison britannique de la ville de Madras et des assaillants français menés par Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais ainsi que son second, le capitaine Thomas Herbert de La Portbarré, et Joseph François Dupleix, pendant la première guerre carnatique, durant la guerre de Succession d'Autriche asiatique.

Préambule[modifier | modifier le code]

Dans le temps où les Français possédaient des établissements considérables dans les Indes, le général Labourdonnaye, commandant les colonies françaises de l'île de Bourbon et de l'île de France, arme en guerre neuf vaisseaux, y embarque deux mille deux cents hommes, et cingle vers Madras, qui était l'entrepôt général du commerce anglais dans ces parages[2].

La bataille[modifier | modifier le code]

Il trouve aux approches une flotte anglaise, commandée par l'amiral Barnett (en), qui en défendait les abords.

Il l'attaque, la disperse, et met le siège devant Madras. Il débarque sans résistance, fait gronder son canon contre les murailles de la ville, qui était alors peu fortifiée, et où l'on comptait seulement cinq cents hommes de garnison[2].

La défense du gouverneur anglais étant irrésolue et molle, celui-ci se rend. La ville est imposée à neuf millions. Le vainqueur rétablit le calme dans une population de cinquante mille âmes de toutes couleurs, par une conduite généreuse[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. David Annousamy, L'intermède français en Inde : Secousses politiques et mutations juridiques, Éditions L'Harmattan, , 414 p. (ISBN 978-2-296-37542-0, présentation en ligne)
  2. a b et c Nouveau dictionnaire des sièges et batailles TomeIV