Principe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Sur les autres projets Wikimedia :

Un principe est, communément, une habitude (« par principe ») ou un raisonnement servant de point de départ.

  • Le principe est une notion de philosophie.
  • Un principe est une vérité générale et fondamentale : loi, doctrine ou hypothèse étendue et fondamentale sur laquelle d'autres reposent ou dont elles sont dérivées. À la différence d'une loi qui est précise et provisoire, un principe a une portée plus large voire intemporelle.


En (al)chimie ancienne, il était postulé trois principes et quatre éléments, par les tenants des chaires d'Universités à la fin de l'époque médiévale et au début de l'époque moderne. Les trois principes se nommaient soufre, mercure et sel. Les quatre éléments fondant un monde idéal de propriétés restaient l' eau, l' air, la terre et le feu. Ils étaient sensés expliquer les divers cycles de vie, animaux, végétaux, minéraux, météoriques... parfois unifiés, ainsi que les cycles de survie de l'âme ou de résurrection des corps, les rémanences spirituelles... donnant accès à la réalité matérielle et à la compréhension des corps existants, des mutations et migrations supposées du monde réel.

Il serait évidemment erroné ou anachronique de leur conférer un sens commun trivial ou moderne savant, surtout s'il est influencé par le matérialisme ou le vitalisme du XVIIIe siècle. Le soufre n'est pas le soufre des émanations volcaniques, ni le mercure l'ancien vif argent, ce curieux métal mercure liquide qui s'évapore...

Les trois principes, base de la tria prima, peuvent toutefois être décrits succinctement :

    • Le soufre noté S est un principe mâle et actif : il est associé à l'élément feu, union des qualités "chaud" et "sec".
    • Le mercure noté Hg est un principe femelle et passif : il est associé à l'élément eau, union des qualités "froid" et "humide".
    • L'union de la première noble et pure dyade céleste, lumineuse, parfaite, à la fois lunaire et solaire, à savoir S et Hg peut engendrer les composés naturels par les voies sèches et les voies humides, froides ou chaudes, qui correspondent à des anciennes préparations communs de l'(al)chimie.
    • Le principe sel, expliquant la pérennité des composés engendrés, forme une triade avec les deux premiers pour expliquer la plus vulgaire des matières terrestres ou sublunaires, et peut-être sa complexité. Le sel porte en germe, à nos yeux contemporains, la compréhension des stabilités ioniques ou (macro)moléculaires, autrefois un grand mystère.
Le principe S pourrait en un sens restreint être rapproché de la matière, au sens des terres sulfureuses, et des métalloïdes de la chimie moderne et autres porteurs d'électronégativité, alors que le principe Hg rappelle de façon emblématique les métaux, les éléments électropositifs et autres porteurs d'électro-positivité.
Il faut rappeler que l'observation du mouvement des planètes, une astronomie rudimentaire avec commentaires mythologiques et gloses parfois planantes, rassemblés par les maîtres astrologues donnaient accès à une connaissance abstraite du monde céleste ou supralunaire, caractérisé au point de vue de ses propriétés parfaites et harmoniques, par le cinquième élément éther, pourtant considéré avec suspicion comme un pseudo-élément très souvent pour les forgerons ou les hommes pratique de la chimie technique, et également distinct de l'éther des physiciens. L'astrologie, prétendue maîtresse de l'interprétation de cette dernière quintessence, affirmait en sa possession les règles supérieures de compréhension, ouvrant au moins la voie à une chaîne prédictive. L'alchimie a été souvent marquée par cette association astrologique, au point d'en être irrationnellement vassalisée.

En sciences,


En informatique,


En pratique,

  • en diplomatie ou dans les théories de jeux, un principe de base est une règle.


Histoire antique


En géographie, Principe peut également désigner :

Principe est également un nom propre :

Voir aussi[modifier | modifier le code]