Principauté de Brême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Allemagne
Cet article est une ébauche concernant l’Allemagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La principauté de Brême dans le Saint-Empire en 1648, juste avant sa sécularisation.

La principauté épiscopale de Brême était un État eccclésiastique du Saint-Empire romain germanique. Il n'incluait pas la ville de Brême mais s'étendait à son nord, entre les rivières Elbe et Weser.

En 1047, à la suite de la rébellion de Godefroid le Barbu, Henri III dote Adalbert de Brême du Fivelgo. L'archevêque ne réussit à s'en mettre possession qu'en 1057 : Egbert, le marquis de la Frise moyenne, s'en était sans doute emparé. Lors de la chute d'Adalbert, en 1066, Egbert le Jeune réussit sans doute à se remettre en possession ; mais la confiscation générale qui le frappa en 1086 atteignit également le Fivelgo[1].

Cette principauté fut sécularisée par le traité de Westphalie (1648) en « duché de Brême » et donnée en fief à la reine Christine de Suède avec la principauté de Verden : ces deux États furent alors désignés sous le nom collectif de duchés de Brême-et-Verden.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Léon Vanderkindere, La Formation territoriale des principautés belges au Moyen Âge, vol. II, Bruxelles, H. Lamertin, (réimpr. 1981) (lire en ligne), p. 292-293