État d'Hyderabad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Principauté d'Hyderabad)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'État princier. Pour l'État au sein de l'Inde indépendante, voir État d'Hyderabad (1948-1956).

Hyderabad
ریاست حیدرآباد (ur)

హైదరాబాద్ రాష్ట్రం (te)

17241948

Drapeau Blason
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

L'Hyderabad en 1909.

Informations générales
Statut État princier des Indes
Capitale Hyderabad
Langue Dakhini, télougou, persan, marathi (langue), kannada
Religion Hindouisme, islam
Salve 21
Histoire et événements
1724 Établissement de la dynastie des Asaf Jahi
1798 Devient un État princier
1948 Annexion par l'Inde
Nizam
1720-1748 Asaf Jah Ier (premier)
1911-1948 Asaf Jah VII (dernier)

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L'Hyderabad est un ancien État du centre de l'Inde. Dirigé par un nizam héréditaire musulman de 1724 à 1950, il est intégré au Raj britannique comme État princier en 1798.

Au moment de l'Indépendance de l'Inde en 1947, l'Hyderabad est le plus grand des États princiers. Le nizam Asaf Jah VII ambitionne de retrouver l'indépendance mais l'armée indienne envahit l'Hyderabad et l'annexe comme État de l'Union indienne.

La capitale de l'État était Hyderabad (aujourd'hui au Telangana). Bien que le nizam était musulman, la majorité de la population était hindoue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Hyderabad est fondée en 1586 par Muhammad Qulî Qutb Shâh, le cinquième sultan de la dynastie des Qutb Shahi (en) de Golkonda. En 1686, l'empereur moghol Aurangzeb fait campagne dans le Deccan pour contrôler les prétentions des Marathes et pour faire la conquête des sultanats du Deccan. Avant cette campagne, le territoire moghol s'arrêtait à la Godavari. Lorsqu'Aurangzeb a conquis Golkonda et Bijapur en 1687, son empire s'étend jusqu'au sud de la Krishna.

Cependant, l'empire ne tarde pas à s'affaiblir après la disparition d'Aurangzeb. En 1724, un fonctionnaire moghol, Asaf Jah, défit le gouverneur moghol des provinces méridionales de l'empire et s'établit à leur tête, se déclarant Nizam al-Mulk d'Hyderabad, l'empereur, affaibli et occupé à lutter contre les Marathes, ne pouvant s'y opposer. En 1763, le nizam Ali Khan déplace la capitale de son État d'Aurangabad à Hyderabad.

Hyderabad, un des États princiers les plus importants et les plus riches du Raj britannique, comme le prouve l'honneur de la salve de 21 coups réservée à son souverain par les Anglais, s'étendait sur 212 000 km2. À son apogée, durant les années 1930, le nizam était l'un des hommes les plus riches au monde, son palais employant quelque 11 000 domestiques.

Quand l'Inde devient indépendante le 15 août 1947, le nizam, de religion musulmane, refuse d'intégrer son État à l'Union indienne, bien que son territoire est entièrement enclavé, exigeant la création d'un État séparé - cette possibilité ayant été prévue - de 18 millions d'habitants, en très forte majorité hindous. Après une courte guerre — l'opération Polo du 13 au 17 septembre 1948 — les troupes de l'armée indienne s'emparent de l'Hyderabad qui devient l'année suivante un nouvel État de l'Inde. Néanmoins le nizam ne cesse officiellement de régner qu'en 1950.

Liste des nizams[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Asaf ad-Dawla Mir Ghazi ad-Dîn Khân Bahadur Firuz Jang :, prétend à la succession de son frère Mir Ahmad Nasir Jang. Il est empoisonné par la mère de Fateh Jang Nizâm ad-Dawla `Alî Khan Bahadur Nizâm al-Mulk, Asaf Jâh II

Liens externes[modifier | modifier le code]