Primarette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Primarette
Primarette
L'église en 1911.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Intercommunalité Communauté de communes Entre Bièvre et Rhône
Maire
Mandat
Serge Mercier
2020-2026
Code postal 38270
Code commune 38324
Démographie
Population
municipale
720 hab. (2017 en diminution de 2,04 % par rapport à 2012)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 24′ 10″ nord, 5° 01′ 52″ est
Altitude Min. 300 m
Max. 485 m
Superficie 21,76 km2
Élections
Départementales Canton de Roussillon
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Primarette
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Primarette
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Primarette
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Primarette
Liens
Site web http://www.primarette.fr

Primarette est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le village, historiquement situé dans la province du Dauphiné, est connu en raison de l'existence d'un loup anthropophage (ou plusieurs loups) dénommée « Bête de Primarette » qui tua plusieurs enfants au cours du XVIIIe siècle.

Ses habitants sont les Primarettois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et description[modifier | modifier le code]

Primarette est un petit village à vocation nettement rurale, situé dans le nord-ouest du département de l'Isère, non loin de la ville de Beaurepaire.

Après avoir appartenu à la communauté de communes du Territoire de Beaurepaire, la commune a adhéré à la communauté de communes Entre Bièvre et Rhône depuis le 1er janvier 2019 à la suite d'une fusion des communautés de communes de ce secteur du département.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Dans ce secteur du département de l'Isère, les étés sont généralement chauds avec des périodes sèches mais des orages fréquents surviennent durant cette période. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Dolon, rivière d'une longueur de 33,5 km[2] s'écoule au sud du territoire communal, selon un axe est-ouest avant de rejoindre le Rhône au niveau de la commune de Chanas.

La Varzay, d'une longueur de 3,56 km, s'écoule aux limites orientales du territoire communal, séparant son territoire avec celui de Saint-Julien-de-l'Herms. Il s'agit d'un affluent de la Varèze[3] qui s'écoule plus au nord.

Le territoire communal comprend quelques étangs disséminés dont l'étang de Primarette, situé dans le Bois Marguary.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par la RD538 dénommée ainsi entre Vienne et Salon-de-Provence se dénommait autrefois Route nationale 538. Cette ancienne route nationale qui passe à l'ouest du bourg permet de rejoindre l'agglomération de Beaurepaire.

La RD51 qui relie la RD1085 (ancienne Route nationale 85 reliant Grenoble à Bourgoin-Jallieu) à la RN7 passe au sud du territoire (dans la vallée du Dolon).

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la ligne LGV Rhône-Alpes mise en service en 1994 et qui assure le contournement de l'agglomération lyonnaise par l'est avant de rejoindre la gare de gare de Valence TGV.

La gare ferroviaire la proche est la gare du Péage-de-Roussillon, située sur la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles, desservie par les trains des réseaux TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Hameaux, Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Primarette est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes de son secteur géographique[4].

Terminologie des zones sismiques
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Un hache polie datant de l'époque néolithique a été découverte par un habitant de la commune indiquant que le site était certainement habité à cette époque.

Des Celtes parviennent sur le territoire de ce qui sera le bas-Dauphine. Une de ces tribus, les Allobroges (terme signifiant ː les gens venus d'ailleurs) arrivent autour du Ve siècle av. J.-C.. Le territoire contrôlé par cette peuplade dont la capitale sera Vienne, s'étendra de Genève au mont Pilat, en passant par Cularo (future ville de Grenoble).

Moyen Âge et temps Modernes[modifier | modifier le code]

Un loup solitaire (voire une meute) peut s'attaquer à des êtres humains isolés (gravure du XVIII)

Entre 1747 et 1752, un animal anthropophage, appelé la « Bête de Primarette », est à l'origine de la mort de plusieurs enfants sur le territoire de la paroisse.

La dernière victime sur le territoire est retrouvée en 1752. Le curé de la paroisse, dénommé Favre a dessiné des têtes de loup en marge de ces actes de décès[5].

D'autres attaques de loup surviendront entre Vienne et Meyzieu, puis dans les environs de Savigny (Rhône), à l'été 1754. jusqu'à la fin de l'année 1756,

Après ces attaques, il n'est plus fait mention dans les registres paroissiaux de personnes dévorées par des bêtes féroces dans ce secteur de la région.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 mars 2001 Joseph Giordano PCF  
mars 2001 mars 2008 Jean Collion    
mars 2008 en cours Angéline Apprieux SE  
Juin 2020 en cours Serge Mercier SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2017, la commune comptait 720 habitants[Note 1], en diminution de 2,04 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
9301 0009331 0031 1051 149825836803
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
804838757752696647698676677
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
657655587624604565485456408
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
365364428595620687697735720
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Équipements sportifs et culturel[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition de Vienne Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité de la communauté de communes, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Pierre de Primarette.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Primarette possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :