Prieuré Saint-Sauveur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sauveur.
Prieuré Saint-Sauveur
Melun prieure st sauveur.JPG
Les vestiges de l'église du prieuré
Présentation
Type
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
5 rue Saint-Étienne, 1 3 5 rue du Château et 2 4 rue Saint-SauveurVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Seine-et-Marne
voir sur la carte de Seine-et-Marne
Red pog.svg

Le Prieuré Saint-Sauveur est un édifice situé sur l'île Saint-Étienne, rue Saint-Étienne, à Melun. Ses vestiges sont inscrits à l'inventaire des monuments historiques depuis 1946.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bâti en pierre calcaire et en grès, le prieuré Saint-Sauveur est, avec la collégiale Notre-Dame, l'un des plus anciens édifices de Melun. Des fouilles récentes ont montré la présence de cryptes du Xe siècle situées sous le chœur de l'église du prieuré. Sa construction aurait été terminée sous le règne de Robert II le pieux. Au XIIe siècle, la collégiale est transformée en prieuré. En 1125, Louis VI donne Saint-Sauveur à l’abbaye Saint-Victor de Paris. Louis VII en fait don à l’abbaye Saint-Séverin de Château-Landon en 1170. La transformation en prieuré entraîne d'importantes modifications afin d'implanter des bâtiments communautaires. Le collatéral sud est alors détruit pour construire un cloître.

Aux XIVe siècle et XVe siècle, l'importance du prieuré décline. Dès la fin XVe siècle, le prieur Jean Féron rétablit la vie conventuelle. De nouveaux dortoirs sont construits. Au XVIe siècle, des travaux sont effectués dans l'église et les locaux prieuraux. Le prieuré est endommagé pendant les troubles de la Ligue. Le clocher, abîmé par des tirs d'artillerie, doit être abattu en 1610. Le conflit avec l'abbaye-mère, puis le passage sous le régime de la commende affaiblit le prieuré. En 1690, le prieuré est rattaché à la collégiale Notre-Dame située également sur l’île Saint-Étienne. L'église est abandonnée à la fin du XVIIe siècle et transformé en grenier à sel. Une chapelle dite « des coches » est aménagée toutefois dans les deux dernières travées du collatéral.

Les bâtiments sont vendus comme bien national à la Révolution et partagés entre plusieurs propriétaires. La nef est transformée en ateliers, habitations et commerces. La chapelle est démolie en 1869 pour permettre l’élargissement de la rue du Château. Le cloître est détruit en plusieurs phases successives au XIXe siècle et XXe siècle. L'ensemble est racheté par la ville de Melun en 1974. Des maisons sont alors démolis pour dégager le monument en 1974-1977 et d'importants travaux de restauration sont menés en 2002-2003.

Description[modifier | modifier le code]

L'église formait à l'origine un imposant édifice à trois vaisseaux. Seule la partie orientale a été conservée en élévation complète. La nef date des XIe et XIIIe siècles, avec voûtes d'ogives retombant sur des chapiteaux du XIIIe siècle. Le vaisseau nord a complétement disparu. Des bâtiments claustraux, ont été conservés une galeries du cloître avec voûtes en croisée d’ogives et le bâtiment de la salle capitulaire situé dans l'angle sud-ouest du prieuré. Le logis du prieur, qui s'élevait de l'autre côté de la rue Saint-Sauveur et qui était relié au prieuré par un archelet, n'existe plus.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]