Priapulida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la faune
Cet article est une ébauche concernant la faune.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les Priapulides ou Priapuliens (Priapulida ou Priapula, du grec πριάπος, priāpos 'Priape' + diminutif latin -ul-) sont un embranchement de vers marins possédant une trompe extensible.

Description et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Leur corps oblong arbore plus ou moins la forme d'un pénis humain, d'où son nom, priapulus, « petit pénis », avec un arrière effilé et à l'avant une bouche d'où peut sortir une trompe épineuse extensible, servant à capter de la nourriture. Chez la plupart des espèces, la partie intérieure de cette trompe comprend 25 rangées longitudinales de petites dents crochetées. La partie supérieure, quant à elle, comporte une armature buccale formée de plusieurs colliers de dents pentagonaux entourant la bouche. Les Priapuliens sont des carnivores actifs qui capturent puis avalent leurs proies en entier. Une espèce se nourrit de détritus[1].

On en connaît des fossiles datant du Cambrien moyen. ll y aurait 17 espèces décrites. Leur taille varie de 0.5 à 200 mm. Leurs plus proches parents sont probablement les Kinorhyncha et les Loricifera, avec lesquels ils constituent le taxon Scalidophora.

Classification[modifier | modifier le code]

Selon World Register of Marine Species (15 avril 2015)[2] :


Classification alternative comprenant les groupes éteints 

Priapulida ?

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Delage, Y. & Hérouard, E. 1897 : Les Vermidiens. Traités de Zoologie concréte. p. 1-372.
  • Lemburg, 1999 : Ultrastrukturelle Untersuchungen an den Larven von Halicryptus spinulosus und Priapulus caudatus. Hypothesen zur Phylogenie der Priapulida und deren Bedeutung für die Evolution der Nemathelminthes. Cuvillier, Göttingen p. 1-393.

Notes et références[modifier | modifier le code]