Pressiat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pressiat
Pressiat
La mairie.
Blason de Pressiat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Saint-Étienne-du-Bois
Intercommunalité Treffort-en-Revermont
Commune Val-Revermont
Maire délégué Jean-Louis Revel
Code postal 01370
Code commune 01312
Démographie
Population 246 hab. (2016 en augmentation de 6,96 % par rapport à 2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 27″ nord, 5° 23′ 10″ est
Altitude Min. 235 m
Max. 660 m
Superficie 6,01 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Val-Revermont
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 15.svg
Pressiat

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 15.svg
Pressiat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Pressiat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Pressiat

Pressiat est une ancienne commune française, du département de l'Ain dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, située au pied du mont Myon sur la route du Revermont qui relie Treffort-Cuisiat, le chef-lieu de canton, à Coligny. Le elle fusionne avec Treffort-Cuisiat pour former la commune nouvelle de Val-Revermont.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est dominé par un paysage de petite montagne où domine le mont Myon (site classé) à 662 mètres. Depuis plusieurs années, outre les chemins de randonnée qui y aboutissent, il est devenu un lieu prisé de parapente qui rassemble tous les amateurs de la région et s'adresse à tous avec ses journées découvertes, ses baptêmes et ses compétitions.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Pressiat
Courmangoux
Courmangoux Pressiat Bourcia (Jura)
Treffort-Cuisiat (Val-Revermont)

Histoire[modifier | modifier le code]

Trois évènements ont marqué l'histoire du village :

  • En 1370, Hugues d'Andelot fait construire un nouveau château dans cette région ruinée par des guerres endémiques qui ont sévi ici aux XIIIe siècle et XIVe siècle. Le bourg édifié autour du château prit le nom de Pressiat. De l'ancien château démantelé à la Révolution, il ne reste actuellement guère qu'une tour accolée à une maison ;
  • En 1810, les habitants se révoltent contre la volonté des autorités de rattacher Pressiat à la paroisse voisine de Courmangoux. En représailles, il refusèrent de participer aux réparations à effectuer dans l'église Saint-Oyen de Courmangoux. C'est ainsi que Pressiat évita son rattachement à une autre commune ;
  • En 1944, le village fut en partie détruit, incendié par les troupes allemandes avec des auxiliaires de légion de l'Est (osttruppen) pendant leur repli le , pour la punir de ses actes de résistance. Il est vrai que les deux communes de Pressiat et de Courmangoux (incendie des bourgs voisins de Roissiat et de Chevignat) furent très actives en matière de résistance. Pour cette raison, la commune de Pressiat a reçu la croix de guerre avec citation à l'ordre de la Nation. En outre, un odonyme local (Rue du 18-Juillet-1944) rappelle ces événements.
Article connexe : Freiwilligen-Stamm-Division.
  • En 2016, fusion avec la commune de Treffort-Cuisiat pour donner la commune nouvelle de Val-Revermont.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 René Ansellem    
mars 2008 2014 Luc Martinot    
mars 2014 2015 Jean-Louis Revel SE Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2016, la commune comptait 246 habitants[Note 1], en augmentation de 6,96 % par rapport à 2011 (Ain : +5,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
339371370452404336352345341
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
333323343316315304288274265
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
266262254246222197171150188
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
168163127148155191200224241
2016 - - - - - - - -
246--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le mont Myon vu de Pressiat.
Façade principale de l'église.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château est reconstruit par Hugues d'Andelot, seigneur de Marmont, vers 1330.
  • L'église Saint-Laurent avec ses deux chapelles latérales à toit de lauzes, sa statue en bois doré de saint Laurent et ses fonts baptismaux datant du XVe siècle. Ce monument est inscrit au titre des Monuments historiques.
  • Les ruines du hameau de la Ferrolière.
  • Depuis 2012, la commune n'est plus village fleuri.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pressiat est le village natal de deux maîtres-chirurgiens fort réputés à leur époque :

  • André Bondet né vers 1735 ;
  • Louis Hyacinthe Bondet, son fils né en 1762, qui a exercé à Besançon.

Et également :

  • Joseph Journet (1901-1988) né à Confrançon, s'installe définitivement à Pressiat en 1958. Le 24 mai 1944, il est arrêté par les Allemands pour fait de résistance au château de la Teyssonnière et sera interné en Allemagne d'où il ne rentrera qu'en mai 1945. À Pressiat, il décide d'écrire ses Mémoires et publiera finalement deux ouvrages : Les Mines du Neckar (souvenirs d'un déporté en août 1974) et Voyage en URSS (en septembre 1976).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.


Armes de Pressiat

La commune de Pressiat porte :

Tranché : au premier d'argent à la montagne de trois pics de sinople rangés en bande, celui du chef brochant sur un soleil non figuré d'or rayonnant de gueules, au deuxième d'or à la croix de sable sommant un clocher d'argent entuilé de sable, brochant sur des flammes de gueules, le tout mouvant de la pointe; à la cotice de gueules brochant sur la partition..

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]