Premiers ministres tibétains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Premier ministre tibétain
image illustrative de l’article Premiers ministres tibétains
Emblème officiel du gouvernement tibétain en exil

image illustrative de l’article Premiers ministres tibétains
Titulaire actuel
Lobsang Sangay
depuis le

Durée du mandat 5 ans, renouvelable une fois consécutivement
Résidence officielle Kashag, Dharamsala, Drapeau de l'Inde Inde
Site internet http://www.tibet.net

Le Premier ministre tibétain dénommé Lonchens, Sileun ou Kalon Tripa, est le chef du Kashag, ou cabinet des ministres du gouvernement tibétain, puis du gouvernement tibétain en exil.

Les premiers ministres ont été nommés par le 13e dalaï lama, puis par le 14e dalaï-lama.

Peu après son exil, le 14e dalaï-lama a réalisé des efforts importants pour établir une société démocratique, non seulement pour assurer les droits démocratiques des Tibétains, mais aussi pour moderniser le Tibet[1].

Après 1990, les premiers ministres furent élus par le Parlement tibétain en exil[2],[3].

Depuis 2001, le Kalon Tripa, est élu au suffrage universel par les Tibétains en exil. Son mandat est de cinq ans, renouvelable une seule fois[4].

Liste des Premiers ministres du gouvernement tibétain[modifier | modifier le code]

Liste des Premiers ministres du gouvernement tibétain en exil[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Basic Policies and Programs of the National Democratic Party of Tibet
  2. (en) Fondation Friedrich-Naumann, Friedrich-Naumann-Stiftung für die Freiheit - Tibetans in-exile elect a new Parliament.
  3. Audrey Garric Le dalaï-lama renonce à son rôle politique mais pas à son influence, Le Monde, 10 mars 2011.
  4. Tenzin Lekshay, Kalon Tripa's election: Crucial time of our history, sur le blogue Enjoying Snow Lion and a Dragon, July 17, 2009 : « Since the exile charter commissioned only two terms for an individual to be Kalon Tripa, the incumbent Kalon Tripa will relegate the post to his successor (...) ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]