Bataille de Rastane (2011)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Rastane
Informations générales
Date 25 septembre -
Lieu Rastane
Issue Victoire des loyalistes
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Commandants
Abdelrahman Cheikh
Forces en présence
inconnues
250 chars et blindés[1]
700 à 1 000 hommes[1],[2]
Pertes
7 morts[3] 130 morts[3]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 34° 54′ 55″ Nord, 36° 44′ 08″ Est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Rastane (2011).

La première bataille de Rastane a lieu pendant la guerre civile syrienne, du 27 septembre au 2 octobre 2011. Elle se termine par une victoire de l'armée syrienne qui reprend le contrôle de la ville.

Prélude[modifier | modifier le code]

Le , des officiers déserteurs créent à Rastane un conseil militaire et annoncent la formation de l'Armée syrienne libre[4].

Profitant du siège de Homs et de la mobilisation de l'armée pour reprendre cette ville, des déserteurs aidés de civils se soulèvent à Rastane et prennent facilement le contrôle de la ville. Cependant les loyalistes réagissent et encerclent la place dès le 25 septembre[5].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Selon l'agence Reuters, Rastane est défendue par 1 000 hommes ; des déserteurs de l'armée syrienne ayant ralliés l'Armée syrienne libre et des civils insurgés[2]. Un opposant local parle quant à lui d'« une centaine de déserteurs et 600 hommes en armes à Rastane »[1]. Les forces de l'ASL appartiennent au Bataillon Khalid bin al-Walid[3]. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, le régime syrien engage de son côté au moins 250 chars et blindés[1].

Le 25 septembre, l'armée syrienne se déploie et commence le siège de Rastane, pendant deux jours les blindés et les hélicoptères des loyalistes font feu sur la ville. Le 27 septembre, à l'aube les forces du régime passent à l'offensive. Elles entrent rapidement dans la ville et prennent le contrôle des axes routiers principaux et secondaires[5].

Le 1er octobre, l'armée syrienne reprend Rastane après quatre jours de combats[1], les rebelles du Bataillon Khalid bin al-Walid se retirent en direction de Houla[3].

Plusieurs centaines d'habitants sont arrêtés par les soldats qui utilisent des écoles en centres de détention[3].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Selon une source de l'agence Reuters issue de l'opposition, 130 déserteurs et civils ont été tués lors de l'assaut loyaliste[3].

Le régime affirme de son côté dans un communiqué officiel que sept soldats et policiers ont été tués dans les opérations à Rastane[3].

Suites[modifier | modifier le code]

Après leur victoire, les forces armées se retirent de Rastan qui reste calme jusqu'en février 2012, lorsque les rebelles l'infiltrent à nouveau et là déclarent "Ville libre". Une nouvelle bataille s'engage alors entre l'ASL et l'armée syrienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Syrie : la ville de Rastane prise d'assaut, Le JDD avec agences, 1er octobre 2011.
  2. a et b Khaled Yacoub Oweis, Syrian tanks pound anti-Assad fighters for 2nd day, Reuters, 28 septembre 2011.
  3. a, b, c, d, e, f et g Pro-Assad forces regain rebel Syrian town: agency, Reuters, 1er octobre 2011.
  4. Baczko, Dorronsoro et Quesnay 2016, p. 175.
  5. a et b Neuf morts dans des opérations militaires en Syrie, Le Monde avec AFP et Reuters, 27 septembre 2011.

Bibliographie[modifier | modifier le code]