Premarin (médicament)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Premarin est un médicament à base d'œstrogènes conjugués, utilisé pour traiter les troubles de la ménopause chez la femme. Son nom vient de l'anglais pregnant mare urine désignant l'ingrédient principal, l'urine de jument gestante.

Controverse[modifier | modifier le code]

La production du Premarin est largement dénoncée (notamment par PETA et le Front de libération des animaux) comme étant à l'origine de maltraitances animales. Environ 100 000 juments gestantes sont maintenues immobilisées dans des stalles au Canada et en Chine, les poulains sont tués peu après la naissance pour que la jument soit de nouveau mise en gestation[1],[2],[3].

Ces juments sont maintenues dans un état de soif permanent pour produire une urine plus concentrée, et vivent avec une sonde qui provoque des démangeaisons. D'après certains témoignages, elles sont fréquemment battues et avortent en raison de ces conditions de vie. Malgré les multiples pétitions adressées au laboratoire, la production du Premarin continue vraisemblablement (2014) dans les mêmes conditions, car le marché est très porteur[4]. À cette controverse s'ajoutent des soupçons sur la cancérogénité des œstrogènes, des hormones et des sous-produits issus de ces juments chez la femme[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Premarin: A Prescription for Cruelty », PETA (consulté le 22 janvier 2015)
  2. (en) « Keeping Mares Pregnant so that Women Can Consume Horse Urine », Animals liberation front (consulté le 22 janvier 2015).
  3. (en) « PMU Industry », Equine Advocates (consulté le 27 janvier 2015)
  4. Michel Dogna, Prenez en main votre santé : Toutes les maladies courantes, t. 1, Guy Trédaniel, (ISBN 281321163X et 9782813211637), chap. Hormonothéraîe et progestérone naturelle.
  5. Dr. Louis de Brouwer m.d., La mafia pharmaceutique et agroalimentaire, Louise Courteau éditrice, (ISBN 2897280166 et 9782897280161), chap. « Le prémarin est cancérogène ».