Preikestolen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Preikestolen
Vue de profil de Preikestolen à l'arrivée sur le site avec en contrebas le Lysefjord.
Vue de profil de Preikestolen à l'arrivée sur le site avec en contrebas le Lysefjord.
Localisation
Pays Drapeau de la Norvège Norvège
Comté Rogaland
Commune Forsand
Coordonnées géographiques 58° 59′ 11″ N 6° 11′ 18″ E / 58.98646, 6.1884258° 59′ 11″ N 6° 11′ 18″ E / 58.98646, 6.18842
Caractéristiques
Type Falaise
Nature de la roche Granite
Âge de la formation ≈ 10 000 ans
Origine Érosion glaciaire et climatique
Hauteur 604 m[1],[2]
Largeur 25 m
Profondeur 25 m
Altitude 604 m[1],[2]

Géolocalisation sur la carte : Rogaland

(Voir situation sur carte : Rogaland)
Preikestolen

Géolocalisation sur la carte : Norvège

(Voir situation sur carte : Norvège)
Preikestolen

Preikestolen est une imposante falaise de Norvège qui culmine à 604 mètres au-dessus des eaux du Lysefjord. Attirés par le point de vue offert au bord du vide, les milliers de randonneurs qui se rendent sur le site chaque année en font un des plus importants sites touristiques du pays.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Preikestolen en nynorsk ou Prekestolen en bokmål sont deux toponymes en norvégien qui signifient en français « La Chaire ». Sa forme mais aussi le fait que des sacrifices y auraient été pratiqués expliquent ce nom[2].

Le rocher était autrefois appelé Hyvlatånnå ou Hyvlatonnå qui signifie « dent rabotée »[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Preikestolen est situé dans le Sud-Ouest de la Norvège, sur le territoire de la commune de Forsand, dans le landskap de Ryfylke du comté de Rogaland. Cette avancée de la falaise granitique[3] surplombe de ses 604 mètres la rive Nord du Lysefjord à l'est de Stavanger[1],[2]. De par sa forme plate d'environ 600 m2 soit 25 mètres sur 25[2], sa section carrée et son léger surplomb sur le fjord, la falaise est comparable à une chaire[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Preikestolen s'est formé il y a environ 10 000 ans à la fin de la dernière période glaciaire. Le retrait des glaces provoque la décompression des roches qui se fragmentent[1]. Les éléments climatiques et la gravité érodent la paroi selon les failles de détachement et donnent naissance au promontoire actuel. Certaines de ces failles sont toujours visibles comme celle située à la base de Preikestolen et qui la sépare du reste de la montagne[1],[3].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Environ 120 000 personnes se sont rendues en 2008 à Preikestolen[2]. Deux heures de marche[2] sont nécessaires pour franchir les 350 mètres de dénivelé, les 3 800 mètres de distance et atteindre la falaise[3], à travers bruyère, rochers et lacs[1]. Certains passages de la randonnée sont escarpés.

Les autorités ont choisi de ne pas installer de barrières ni de recourir à toute autre mesure de sécurité afin d'éviter de nuire à la beauté du site. De plus, les accidents mortels sont extrêmement rares malgré les 200 000 visiteurs annuels[4]. En outre, de telles mesures de sécurité pourraient paradoxalement favoriser des comportements dangereux de la part de certains visiteurs, tels que l'escalade des barrières. Une politique habituelle de la part des autorités norvégiennes est de considérer que « l'on ne peut pas clôturer toute la nature du pays », politique soutenue par une population norvégienne plus habituée à cet aspect de « nature dangereuse » que les touristes étrangers.

Jusqu'en 2003, il n'y avait jamais eu d'accidents mortels sur le site. Cependant, il y avait déjà eu des suicides et tentatives de suicide. En février 2000, une Australienne et un Norvégien ont commis un double suicide en sautant ensemble de la falaise après s'être rencontrés sur Internet et avoir formé un pacte de suicide[5]. En octobre 2004, un couple de jeunes Allemands étaient sur le point de commettre un suicide lorsqu'ils ont été interrompus par les autorités avant d'avoir pu passer à l'acte[6]. En 2013, un touriste espagnol a été la première victime d'une chute accidentelle[7] ; des éléments ultérieurs ont cependant accrédité la thèse d'un suicide[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Pulpit Rock - Preikestolen » (consulté le 14 septembre 2011)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Pulpit Rock », Stavanger-web (consulté le 14 septembre 2011)
  3. a, b et c (fr) « Des vallées pas comme les autres : les fjords », Les paysages glaciaires (consulté le 7 janvier 2013)
  4. (no) Håvard T. Knutsen et Stenberg, « Vi har alltid fryktet at dette kunne skje », NRK,‎ (lire en ligne)
  5. Inngikk dødspakt Vg.no
  6. Ville hoppe fra Prekestolen – Innenriks – Dagbladet.no
  7. [1]
  8. [2]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :