Prêt numérique en bibliothèque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le prêt numérique en bibliothèque est un dispositif d’accès à la lecture de livres numériques dans les bibliothèques publiques francophones[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

L’accès aux livres numériques se fait par l’intermédiaire du portail de la bibliothèque, sous forme de prêt d’une durée définie à l’avance et via une connexion en streaming ou en téléchargement.

Ce projet fait l’objet du soutien du Centre national du livre et d’une gouvernance répartie entre les acteurs de l’industrie du livre : éditeurs, libraires, bibliothécaires et sociétés de services informatiques, dans l'esprit des « Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques »[2].

Les éléments de suivi sont centralisés et publiés[3] par le Ministère de la Culture et de la Communication afin de garantir le respect des engagements pris en et « l’accès des bibliothèques publiques à une offre numérique variée et de qualité ».

Après deux ans d'utilisation du dispositif, des responsables de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne publient dans la revue RESSI un bilan détaillé. « Après 27 mois d’exploitation, le bilan de l’expérience eLectures est plus que positif pour la BCUL, ses lecteurs et ses collaborateurs. En premier lieu, cette offre a trouvé son public avec 1'800 inscrits sur les 29’000 usagers actifs de la BCUL. Notre premier défi est, bien entendu, de continuer à la faire connaître auprès de notre public mais aussi d’en faire un outil permettant à la BCUL d’attirer de nouveaux lecteurs »[4].

Parmi les bibliothèques partenaires du projet, la bibliothèque municipale de Grenoble fait figure de pilote avec l'intégration des catalogues de PNB et la publication d'études sur les pratiques de lecture des usagers : « au-delà du poids des facteurs sociaux et culturels, le numérique en bibliothèque peut être un médium facilitateur de la diversification des pratiques d’emprunts et de lectures »[5].

En Suisse romande, la fondation Bibliomedia a lancé sa plateforme e-bibliomedia de prêt de livres numériques en . Elle réunit à fin 2018 80 bibliothèques publiques de Romandie des plus grandes villes comme Genève, Lausanne ou Neuchâtel aux plus petites communes comme St-Georges ou Tavannes. Depuis 2017 des bibliothèques de Suisse alémanique ont rejoint la plateforme. Elle compte 11'550 lectrices et lecteurs actifs et depuis son lancement a prêté plus de 185'000 livres numériques, la moyenne des prêts se situant à 6'500 téléchargements par mois[6].

Le , la Cour de justice de l’Union européenne, conformément à la directive européenne de 1992 sur l'exception applicable au prêt de livres papier, l'étend aux e-books[7].

L’Association des bibliothécaires de France demande alors son application dans les bibliothèques publiques engagées dans ce dispositif[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Présentation du dispositif », sur pretnumeriqueenbibliotheque.fr.
  2. « Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques - Ministère de la Culture », sur culturecommunication.gouv.fr, 2014consulté le=2018-01-15
  3. « L’offre de prêt de livres numériques en bibliothèque a accéléré son développement en 2015 », sur culturecommunication.gouv.fr, (consulté le 15 janvier 2018).
  4. « eLectures : la lecture numérique grand public à la BCUL », sur revue RESSI,
  5. Bibook à son lancement : quels usagers, quels usages ?, enssibLab, , 72 p. (lire en ligne)
  6. e-bibliomedia dans Ressi : http://www.ressi.ch/num16/article_115
  7. « La Cour de l'UE assimile le prêt numérique à celui du livre papier », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  8. « L’ABF réclame l’application du droit de prêt pour les livres numériques », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)