Prêt à jeter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Prêt à jeter
Titre original The Light Bulb Conspiracy
Réalisation Cosima Dannoritzer (de)
Genre Documentaire
Durée 75 minutes
Première diffusion 2010


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Prêt à jeter est un film documentaire réalisé par Cosima Dannoritzer (de) en 2010. Son titre d'origine en allemand est : Kaufen für die Müllhalde. Il a pour sujet l'obsolescence programmée des produits de consommation courante (biens de consommation). Ce principe industriel et commercial vise à réduire soit la durée de vie du produit manufacturé, soit celle d'un de ses composants.

Le film est sorti en salles en 2010 dans quelques pays. Il a été diffusé pour la première fois en France sur Arte le [1].

En anglais, son titre est The Light Bulb Conspiracy (La conspiration de l'ampoule électrique) et son sous-titre Pyramids of Waste (Pyramides de déchets). Ce titre en anglais évoque l'exemple d'un accord secret survenu entre tous les fabricants d'ampoules au monde, dans le cadre du Cartel Phœbus visant, entre 1924 et 1939, à limiter la durée de vie des ampoules à 1 000 heures seulement.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un historique de cette stratégie commerciale et industrielle visant à limiter la durée de vie de certains produits ou appareils est relaté à travers plusieurs exemples particulièrement significatifs.

Exemples traités[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Durée : 75 min

Produit par : Arte France, Radio Televisión Española, Televisió de Catalunya. En coproduction avec : Article Z, Media 3.14.

Suite : La tragédie électronique[modifier | modifier le code]

En 2014 sort la suite de Prêt à jeter, elle aussi réalisée par Cosima Dannoritzer (de), intitulée La tragédie électronique[3]. Ce nouveau film est construit comme le prolongement du précédent (Prêt à jeter), remontant la filière du recyclage[4].

Critique[modifier | modifier le code]

L'économiste Alexandre Delaigue critique « un documentaire manipulateur et complotiste » [5]. Il considère que l'obsolescence programmée est un mythe, favorisé par le biais du survivant, et mis notamment en avant par les distributeurs qui vendent des extensions de garantie[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Prêt à jeter - ARTE », Arte,
  2. logiciel russe
  3. http://future.arte.tv/fr/la-tragedie-electronique
  4. « La tragédie électronique » [vidéo], sur Télérama.fr (consulté le ).
  5. Alexandre Delaigue, « Le mythe de l’obsolescence programmée », sur econoclaste.eu, (consulté le )
  6. Adrien Gaboulot, « Un économiste contre un "mythe" », sur Paris Match, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]